Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 12:07

BIGUINE JAZZ 2ème soirée

vendredi 10 août 2012

C’est dans le cadre magnifique du parc floral Aimé Césaire que se déroulait la deuxième rencontre Biguine-Jazz.

 

 

Après l’accueil de l’animateur José Dalmat devant un public moins nombreux mais avec des conditions plus confortables que la veille il a convié le public à une belle soirée. Le programme proposé était loin d’être moins intéressant.  C’est le Trio Charly Labinsky avec un invité de marque le saxophoniste Jésus Fuentes qui a ouvert l’écoute. La grande complicité du Trio composé de Met Fé (Félix Clarion) à la guitare, Sico (Félix Joseph Rose) à la basse et Charly Labinskyaux percus ((batterie, cacun, tanbou bèlè) nous a égrené des titres d’un très bel album (Bélia- Ti-kanno…)

Notons une excellente sonorisation qui a permis aux artistes un confort maximum pour l’expression de leur art. Pour le plus grand bonheur des mélomanes, dès la semaine le groupe entre en studio en vue de la préparation du prochain album. Assurément avec l’apport de Jésus Fuentes, gageons qu’il sera sollicité au niveau international. Avec cette musique originale à plus d’un titre  bien ancré dans la traditionn, le Trio Charly Labinsky sera un digne représentant de la musique progressive martiniquaise pronée par Biguine-Jazz.

Emile Antile Quintet

            Le deuxième intervenant de la soirée  Emilie nous venait de la Guadeloupe. En digne héritier de son père Emilien, Emile Antile a de qui tenir, chien pa ka fè chat. Entouré de solide client : Guy Jonquet ancien guitariste des Vikings de la Guadeloupe, le batteur Tony Lodin du groupe Dissonance, le bassiste Jean-Pierre Girondins allias Chaga, Judes Gizòn au piano a délaissé son groupe de gospel pour l’occasion. Tout de suite, Emile est entré dans le vif du sujet avec une biguine-toumblak faisant bien percevoir la différence entre ces deux rythmes. (Yo ka sanm menm biten, mé sé pa menm bagay la).

Emile Antile nous a donné, hormis un titre de Gérard Laviny (Sa sé lé zantiy) et un thème du Chevalier Saint-Georges que des compositions originales venant de lui ou de Guy Jonquet.  Le public a vécu un grand moment de biguine-jazz avec des chorus dignes d’Emilien son père.

 

Eric Bonheur et le trio magique

            Le troisième artiste de la soirée nous a dit son grand bonheur d’être en Martinique pour cette nouvelle édition.  Il s’agit évidemment du guitariste martiniquais installé en Guyane, eric Bonheur. Bien entouré du duo Dominique Bérose et Bougrainville et du bassiste Alex Bernard. Lui aussi nous a fait entrevoir ce que sera son prochain album par l’intermédiaire d’un voyage musical dans le temps avec les titres de son album Cap sud (Abolition et Métisse). Avec ce dernier titre l’on mesure toutes les influences durant ces diverses pérégrinations et nous fait entrevoir de très belles choses à venir

Just Wody

            Le quatrième set de la soirée, en dépit de l’heure tardive restera incontestablement la  bonne surprise du Festival Biguine-Jazz. Ce parfait « inconnu » dans son pays a dit toute sa fierté et son émotion à jouer pour la première fois dans son pays avec son groupe. Le bassiste Just Woody avec son nu jazz roots a enchanté le public encore présent.

Il a débuté avec un chant de labour Ralé Ralé, précisément pour nous attirer dans son splendide univers musical. Notons que la batterie est absente mais compensée par une solide section rythmique composée de tanbou bèlè, d’un ka et d’un curieux instrument fait à partir d’une calebasse,le carbas joué par Hubert Colot. Pendant toute la durée du set, tour à tour on reconnaissait des rythmes familiers, bélia, bèlè, gran-bèlè, mazurka,,kaladja. Just Woody nous a montré toute sa maîtrise de l’instrument mais avec Thierry Vaton aux claviers c’est une musique agréablement surprenante que nous a offert Just Woody. Lorsque qu’un spectateur « spécial » Dédé saint-Prix est aperçu dans le public, il es sommé de monter sur le podium pour la plus grande joie du public.

Vraiment chapeau pour ce grand monsieur de la basse qui fut la révélation de cette deuxième soirée. Celle-ci a tenu toutes ses promesses et vraiment l’organisation nous a proposé de réels talents pour cette deuxième soirée dans le cadre des dix ans de Biguine-Jazz.

*Au moment où nous écrivions Gordon menaçait et les soirées de samedi et dimanche sont annulées et reportées à Lundi et mardi.

 

 

Jid

           

Partager cet article
Repost0

commentaires