Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 00:19

HAITI : Kenbé la !

35 secondes et mon pays à reconstruire

Rodney SAINT ELOI aux Editions Michel LAFON

 DyRuS-MenDoZa--Riffle-Design--002.jpg

Rodney Saint-Eloi, éditeur bien connu de Mémoire d’Encrier répond à la commande d’un autre confrère les éditions Michel Lafon.

Il a vécu le séisme, comme beaucoup d’écrivains étant sur place, à l’occasion de leur participation à la création du prix « Ecrivains nouvelle génération » adressé aux jeunes auteurs du pays, mais surtout lors de la deuxième édition du Festival Etonnants voyageurs.

Ce voyage sera étonnement inoubliable surtout pour les Haïtiens vivant à l’extérieur. Pour ceux de l’intérieur, il y a la vie avant et après le 12 janvier. « C’est une blessure avec laquelle, ils seront obligés de vivre ». L’imaginaire populaire a désigné le séisme du 12 janvier sous le vocable « Goudou, goudou ». Ils n’avaient jamais vécu pareil catastrophe et l’auteur nous dit en substance : « Chaque peuple, pour se dire et se représenter, a ses fables, se légendes et ses mythes. Haïti en plus de sa violence de l’Histoire, de la misère n’avait pas besoin de séisme. C’est une violence de trop. L’esclavage, le colonialisme, l’exploitation les occupations auraient amplement suffi. »

Ce livre fonctionnel permet à l’auteur de « faire taire en moi les fureurs du Goudou, goudou » est aussi et surtout un livre sur un retour dans l’enfance de l’auteur. Tout au long de son périple, on rencontre sa famille aussi son Haïti. Yasmin Kadra dira à ce sujet : « Rodney me parlait d’Haïti, si bien, avec une passion telle que… je ce crois avoir rencontré une personne aussi passionnée  par son pays au point où tout, un signe, un cri, une silhouette, un souvenir, n’importe quoi, débouchent inévitablement su Haïti ».

Tout au long on redécouvre le poète mais un excellent narrateur qui nous parle de chose aussi terrible que la mort, ses drames mais de multiples occasions de rire comme pour conjurer le sort avec des « sé lavi » permanents qui ne sont pas du fatalisme mais des attitudes vitales pour tenir « kenbé la » .

Rodney Saint-Eloi  écrit ce livre « pour que la vie ne tremble jamais » et surtout que « Un peuple debout cherche de l’eau et du pain, et enterre ses morts. Car les morts savent traverser les jardins et frapper aux fenêtres des rêves pour amener aux vivants l’espoir et les gros lots de la loterie nationale ». Cette voix individuelle veut aussi avoir une dimension collective « pour accompagner la construction d’un espace de citoyenneté ». Le séisme a besoin de voix pour le contraindre à arrêter sa route et ses répliques dans la vie quotidienne du Haïtien.  C’est aussi un livre d’interrogations sur l’état d’Haïti mais aussi l’Etat en Haïti. Est-il définitivement effondré comme le Palais National ?

Rodney Saint-Eloi

Haïti : Kenbé la ! Editions Michel Lafon

ISBN : 2-7499-1264-6   prix : 18.40

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Suite aux problèmes et catastrophes que les
ouragans Irma et Maria ont causés,
je suis d'accord pour ce que la Martinique puisse
aider St Martin (la partie française ) et
Saint Barthélémy, car ces îles dépendent de la
Guadeloupe qui ele, est une département français
d'outre-mer, fait partie de l'État français,
du fisc français .

Mais allez vous faire foutre Sainte-Lucie,
Haïti , et la Dominique, les pays du continent
africain !

Je ne suis pas d'accord à ce que la Martinique
puisse aider ces îles et pays car :
Quand c'est nous qui avons des problèmes,
ils ne sont pas là pour nous aider.


Il faut que le CERMAC et les M.J.C de Martinique
cessent d'accueillir des groupes musicaux de ces
îles et pays.
C'est ça qui ruine l'argent de la C.T.M
(collectivité territoriale de Martinique)
C'est à cause de cela si le T.C.S.P est voué
à l'échec.


Les haïtiennes doivent dégager de Terres-Sainville
C'est à cause d'elles si le centre-ville de
Fort-de-France n'est plus accueillant comme avant.
Elles portent la poisse.
C'est également à cause des haïtiennes si le SIDA
existe en Martinique.
Retournez dans votre pays d'origine, Haïti !
Y a assez d'espace en Haïti, pour que vous puissiez
y vivre.
Arrêtez de coloniser la Martinique.
Tous les haïtiens immigrés et nés en Martinique
dehors !
Oui y a du travail en Martinique.
Mais ce ne sont que des contrats précaires c'est
à dire mal très rémunérés alors que ces contrats
pourraient être mieux rémunérés.
Y en a qui aussi travaillent à plein temps et
qui malgré cela sont mal rémunérés
malgré la qualification .
Et même sans qualification un salaire ne doit pas
etre en dessous de 1500 euros.
Nous sommes en 2018 pas en 1978.
Les salaires n'ont pas évolué et c'est à cause
des haitiens avec leur vaudou qui ne veulent pas
que les martinicais s'épanouissent.
Sur la commune du Marigot (97225)
rien n'a changé depuis 1995.
La commune est toujours morte .
Foutez-moi le camp avec votre vaudou de merde
de dorlis qui empêche aux Martinicais d'avoir un salaire
décent !
Répondre

Présentation

  • : Le blog de jude duranty
  • : Publication régulière de textes créoles contemporains Kréyol tou lé jou
  • Contact

Recherche

Liens