Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 19:43

KREYOLAD 445

 

An sel…….

Nou té ja konnet an 2011 an brital kankan ek bon goumen asou : an sel artik. 73 épi 74.

Asiparé sé jou-tala ni gro konba ka paré, é sa ka vini cho toubannman pou  an sel dat. Gouvelman lè i voté 73, i té di sé té pou 2014. Atjelman ni ka sanm yo anvi sa tadé titak pli lontan. Pas yo pa asiré viré éli. Yo anvi mizé jik an 2015.

An pati ka di yo pòkò asé mi, yo lé vini ansanm pou an Matinik nouvel é yo simié 2015. Chaben limenm, di :

 Mim, ga sa pa kontrarié mwen, fok aplitjé lalwa, é sé 2014 an sel dat.

Pa koté l’UMP, an parti politik pabò Lafrans, gro kankan ka woulé, ni ki jik ka di gro mo, ek vié pawol. Asiparé yo pa té ké konté dé militan andéwò Lafrans. Sa fè ki an kandida ka viré pran laba épi sé élektè « antièwman apar-tala ». Sa cho telman, ni ki ja jik mennasé alé douvan tribinal. I ni dé moun ka di yo rivé prèmié mé sé an sel prézidan ki pou ni. Nou ka wè, sé pa Matinik selman moun ka goumen pou pos prézidan.

Manmay, si sa ka kontinié Jan-Filip (pa tala ki ni lò a, pa koté Sentlis) mé tala éti ni menm non épi prézidan Ayiti a. Misié ké kontinié chanté toujou :

-         Pa ni an bon moun, yen ki …. (zot ja sav).

An  malpalan di mwen :

-         Chanté : Edamizo é ya, dan an komin pa ni dé mè, si ni dé mè ni …(zot ja sav). Eben sa pasé lanmod, pas atjelman yo pé chanté :

-         Edamizo é ya, dan an komin ni pliziè mè, ki pé mayé tout… (zot ja sav) pou zot pa di man malélivé.

 

An sel bagay man ka propozé sé an sel chanté nowel épi MIM, PPM UMP ék kisasayésa pou an sel Matinik san chomaj. Mé man ja sav zot ké di man ni : an sel tibranch. Mé man asiré tousa pa ka ankourajé ni jénes, ni moun ki pa ka voté alé mété an bilten pou an sel kolektivité.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 19:56

Sé sa manman té di

Yo di mango vet pa ka tonbé avan mango mi

Mi an bagay ki red, tjè’w ka démi

 lè ou wè an mango matrité chapé tonbé, blip.

Ou té ka fè fos anlè’y, mé bouch ou pé rété wouvè, vid.

Yo di mango vet pa ka tonbé avan mango mi

Délè ou ka palé ba ich ou

I ka jik di, ou ka fè kon an vié liv déchiré

Pas ou sav sa « sa ou pa sav lontan gran pasé’w »

Wou ki ja wè lavi padan pliziè jou ouvè zié’y

Wou ki ja tann lavi sanslé anba mizé

Wou ki wè la vites makakri

Ka fè makak ek ka ri

Mé I ka kouté kanmarad

Ka mété’y an vié kalvakad.

Lè ou ni pou mété an rad dèy

Asiré sa sé an vié rad.

E la pa ni parad.

Yo di mango vet pa ka tonbé avan mango mi

Atjelman an vié manniè gadé

(Pas ou ka réfléchi trop)

Pé fè’w trapé, pa an kout zié, mé an krévé

Yo pé pitjé’w kon an ba laglas.

Yo di mango vet pa ka tonbé avan mango mi

Manmay pou an pawol

Ich ou pé kité lékol

Dé pié douvan

I pé kité lavi

I pé kité lafanmi

Dan soufrans épi lézanmi.

Kon man tann Manman Téddy

E kon défen manman té di :

« pengad, pas lavi an moun pa lavi an chien »

Sé sa manman té di mwen ni lontan

« mango vet pé tonbé avan mango mi »

Sirtou lè lajénes vréyé woch dèyè’y

Ek i pa atann li matrité, ek bien mi.

Lè i tonbé konsa grenn li pa menm oblijé lévé.

Sé sa manman té di

E man ka chonjé manman Teddy.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:57

 

timbre de voix

 

« Sé pa an sel jou bef bouzwe latjé’y pou kouri dèyè mouch »

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:57

 

timbre de voix

 

« Sé pa an sel jou bef bouzwe latjé’y pou kouri dèyè mouch »

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 20:52

An sel…….

Nou té ja konnet an 2011 an brital kankan ek bon goumen asou : an sel artik. 73 épi 74.

Asiparé sé jou-tala ni gro konba ka paré, é sa ka vini cho toubannman pou  an sel dat. Gouvelman lè i voté 73, i té di sé té pou 2014. Atjelman ni ka sanm yo anvi sa tadé titak pli lontan. Pas yo pa asiré viré éli. Yo anvi mizé jik an 2015.

An pati ka di yo pòkò asé mi, yo lé vini ansanm pou an Matinik nouvel é yo simié 2015. Chaben limenm, di :

 Mim, ga sa pa kontrarié mwen, fok aplitjé lalwa, é sé 2014 an sel dat.

Pa koté l’UMP, an parti politik pabò Lafrans, gro kankan ka woulé, ni ki jik ka di gro mo, ek vié pawol. Asiparé yo pa té ké konté dé militan andéwò Lafrans. Sa fè ki an kandida ka viré pran laba épi sé élektè « antièwman apar-tala ». Sa cho telman, ni ki ja jik mennasé alé douvan tribinal. I ni dé moun ka di yo rivé prèmié mé sé an sel prézidan ki pou ni. Nou ka wè, sé pa Matinik selman moun ka goumen pou pos prézidan.

Manmay, si sa ka kontinié Jan-Filip (pa tala ki ni lò a, pa koté Sentlis) mé tala éti ni menm non épi prézidan Ayiti a. Misié ké kontinié chanté toujou :

-         Pa ni an bon moun, yen ki …. (zot ja sav).

An  malpalan di mwen :

-         Chanté : Edamizo é ya, dan an komin pa ni dé mè, si ni dé mè ni …(zot ja sav). Eben sa pasé lanmod, pas atjelman yo pé chanté :

-         Edamizo é ya, dan an komin ni pliziè mè, ki pé mayé tout… (zot ja sav) pou zot pa di man malélivé.

 

An sel bagay man ka propozé sé an sel chanté nowel épi MIM, PPM UMP ék kisasayésa pou an sel Matinik san chomaj. Mé man ja sav zot ké di man ni : an sel tibranch. Mé man asiré tousa pa ka ankourajé ni jénes, ni moun ki pa ka voté alé mété an bilten pou an sel kolektivité.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 11:24

Latousen tris

Latousen pres mò, i lagoni. Tianmay atjelman pa ka alé an senmitiè ankò pou liminé. Oti sé bouji Sentantwàn la ?

Sé épi yo nou té ka fè bel kakabouji pou jwé ti-zwel-séré alantou sé tonb la.

Tout lafanmiy té ka sanblé, manman té ka fè nou konnet kouzen papa. Kantapou té ka fè nou fè konésans tantant épi tonton ki té ni bel ti-kouzin. Nou tout té ka sòti dan tout komin pou té limen an ti limiè alantou Papa Doudou, Manman Doudou oben tonton Emé.

Menmsi nou té ka fè an sel moman ek latousen épi Jou lé mò le dé novanm. Sa pa té tro grav, nou pa té ka oubliyé lé mò.

Jòdijou, senmitiè ni gro limiè lektrisité, pres pa rété bouji ka limen. Epi la modernizasion sé lanpion dan fiol plastik ka limen san koulé. Tout flè an plastik, (asiparé pou pa ni moustik).

Sé moun mò a tou tris, nou pa ka palé di yo ankò dépi yo pasé lot koté a. Poutan yo ka wè ek tann tousa nou ka fè. Sa ka fè yo fini bat pou toutbon. Tout lafanmiy té ka sanblé pou fè an ti-lapriyè ba-yo. Yo té ka tann an ti-milan, jennjan té ka jik fè an ti-koulè dèyè ti-fi. Mé lafanmiy abandoné yo. Disparet pran yo an senmitiè. Pa ni limini ankò. Tonb-yo tou sal, i pa nétwayé, i plen épi vié zeb. Kavo-yo pa ripenn, yo tou led.

Tonton Simon pa ka rakonté bagay ankò pou fè nou pè. Kontel sa ki fet épi soukouyan. Valérin an fanm angajé té ka volé lannuit, tjenbazez. Tousa sé bagay vié neg jan lontan.

Jòdijou nou ka jik adopté ti-kamo adan liv « Harry Potter » oben « Halloween ».

Latousen lagoni, ni yonn moun ka tjenbé la tradision, mé yo kouman fébli, ni anlo ka disparet. Yo ka mandé : « Es nou ké vini liminé an bel ti-bouji ba-yo, lè yo ké pozé tet-yo an senmitiè ?

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 11:19

Siklòn Igo

   

Le 16 septembre 1989, le cyclone Hugo dévaste la Guadeloupe. Deux ans plus tard, « Hugo le terrible » de Maryse Condé fait revivre cette page sombre. Plus de deux décennies après, Jude Duranty en fait une traduction créole.

 

La semaine du créole organisée en Martinique et ailleurs, en est une preuve éloquente : Le créole ne s’envisage plus aujourd’hui comme un patois, ou comme une langue exclusivement parlée et dont la pratique ouverte a été réservée autrefois aux seules « grandes personnes ».

Elle est désormais considérée comme une langue à part entière. La langue hybride a dépassé le  simple stade de l’oralité pour atteindre, ou en tout cas tendre vers ses lettres de noblesse et prendre une place qui lui a tété longtemps inaccessible dans le monde de l’écrit. C’est ce que démontre une fois de plus Jude Duranty, avec la traduction el’ créole de l’ouvrage »Hugo le terrible » de Maryse Condé. Mais pas seulement.  Peut-être aussi l’auteur a-t’il voulu contrarier les convictions de certains qui affirment que le créole ne saurait rivaliser avec la richesse, l’élégance et  la poésie de la langue de Molière, car dépourvu lui-même, de manière intrinsèque, de ces attributs.  

Quoi qu’il en soit, pour celles et ceux qui ont réussi à franchir l’étape de la lecture du créole, la traduction de « Hugo le terrible » ne les décevra pas. Non seulement elle relate les faits avec la même émotion et la même intensité que l’ouvrage originel, mais elle nous précipite dans les méandres de cet environnement bel et bien créolophone de la société guadeloupéenne de l’époque. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si Jude Duranty a choisi ce  livre-là pour cet exercice littéraire non dénué de risques. De plus, même si nul n’appelle de ses vœux le retour d’un tel phénomène naturel, l’hivernage n’ayant pas encore dit son dernier mot, la période est particulièrement bien choisie pour donner une nouvelle vie à l’œuvre de Maryse Condé. Souhaitons donc à « Siklòn Igo », le livre, un long et fructueux voyage.

Barba Orel-Balata

Siklòn Igo, Editions Zaboka, 2012, 136 p. ISBN 978-2-9539571-1-2

DSC05930

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 21:18

KREYOLOMAJ

ba

Misié Joj

(Georges E. Mauvois)

 

        Mi Yo  sé dé ti-liv pou met ek zélev ou mété déwò épi dé mal fanm. Lè ou bien gadé ou ka di : Es sé pa nou ki la ? Matinik épi kréyol li, mes li tout bel manniè’y épi tanzantan mové manniè’y tou.

Dépi Agénor Cacoul Misié Joj ou ka ba nou bel teks téyat alé viré. E sé konsa nou aprann lamanniè Misié Molina ay wè Man Chomil dèyè Le Guichet apré i té jwenn Nasse et Filbec ki té fini Arrivé d’ Paris dan an sel Dézagréman. Misié trapé an ti-gòn (sirtou pa mandé mwen sa sa yé, alé li Antigòn zot ké sav).

Sé di la Ovando paret asou an ti-mizik Jazz an manniè bodzè kon Don Jan. Sa té bel telman, pa koté Kiba i risouvrè an zétrenn an 2004 : Prix Casa de las Américas. Misié té ka palé ba kò’y sel, i pa té fou pies mé i té ka fè sa yo kriyé an fransé an  Monologue du Foyalais. Ni anlè misié kriyé tou fò : Akouré é sé la anlo moun paret kontel Gélius ki pa vini tou sel i té épi disip li, tout moun té ka di mi : Gélius et son disciple.

Pandan tan an, Janine ek Ton Gilmane asiz dwet adan an kat kwazé pou té kouté Contes les quatre croisées ek Contes du monologue. Sé la Zin l’abeille an ti-mouchanmiel, aprann démélé san konprann.

Mé misié Joj épi 90 karenm anlè tet-ou, ou toujou fè plim ou vini léjè pou fè nou révé, mé pou nou wouvè zié nou tou adan jounal Justice. Ou toujou djoubaté pou dénonsé manigans ek pofitasion lé pofitan épi dé artik ki pa té toujou senpatik dapré la kritik.

Misié Joj Mauvois nou kontan ou la épi nou. Nou lé di’w mèsi, pas nou ni Ti-Zétwel an zié tjè nou. Nou sé lé ou tann, manniè nou kontan tousa ou ja ba nou, ek tousa ou lé ba nou toujou pou nou aprann enmen dé lang nou an, sirtou kréyol.

Epi konba ou mennen magré sélérates an lordonans gouvelman an 1960, ou montré nou sa sa vé di : tjenbé red pa moli. Ou fè nou chonjé listwa péyi nou atè Chelchè épi bel liv ou a éti ou ripran pou ba nou Case Navire : Figures Schoelchéroise, épi Un certain Victor Schoelcher tou. San mennen nou lanmanten éti ou fè nou konnet Château Aubéry. Ou di nou pa bliyé Henry Lémery pas sé jan Matinik tou. Wou ki toujou défann maléré ou pa té pé pa kriyé a la ba : Georges Gratiant : un avocat dans le siècle.

Misié Joj, ou toujou fé tout kalté liv : rési, woman, kont, téyat, ek poézi osi vit ki létè. Sé bien pou sa an malpalan di mwen yo ka kriyé’w Joj é létè Movwa.

Nou palé atann akoma lonjé pou nou sa miziré tout londjè’y.

Pou tousa ou ja fè ba fanmiy ou, ba kréyol, ba komin ou, ba péyi’w Matinik ek tout péyi kréyolopal éti ki enmen litérati, épi kréyolomaj-tala nou ka di’w : mèsi misié Joj Movwa

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 19:18

 

Copie-de-affiche-28-octobre-reduc-1.jpg

 

C’est par une conférence-débat autour de la place du créole dans l’espace public que les organisateurs autour de Georges Eleuthère Mauvois ont décidé de focaliser leurs réflexions, à l’occasion de la Journée Internationale du Créole.

Des publications récentes montrent s’il en était besoin la vitalité et surtout le souci de cette langue de gagner un statu littéraire. Précisément Mi Yo le dernier ouvrage de Georges Eleuthère Mauvois, Marie-Denise Grangenois et Laure Etilé sera à nouveau présent lors de cette soirée.

Il reviendra respectivement à Manuéla Antoine, Formatrice en langue créole à l’université, au linguiste Jean Bernabé et à l’écrivain Raphaël Confiant qui vient, lui aussi, de traduire en créole Albert Camus (Moun andéwò a). Par leurs interventions ils vont alimenter le débat de leur point de vue et le public est attendu nombreux pour débattre de cette langue pas toujours aimée en tout cas avec des positions ambiguës. Beaucoup aime « leur ti-kréyol » mais il ne faut surtout pas s’en occuper en la dotant d’outils comme la graphie par exemple. D’autres conscients de la mort lente de la langue se battent pour préserver sa force et sa vitalité et la rende bien vivante.

C’est la grande salle Aimé Césaire qui accueillera le public attendu nombreux pour ce débat qui s’annonce fort intéressant dimanche 28 octobre 12 après-midi à 18h00 à l’Atrium.

 

Annou gloriyé Jounen Entènasional kréyol

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 17:09

Karen-tr-10.jpg

 

 

Dans le cadre de Kanpis Kréyol qui se tient tout au long du mois d’octobre, la Bibliothèque Universitaire de Schoelcher invite la population pas seulement estudiantine à participer à ses rencontres diverses. Après Bokantaj le vendredi 12, malgré la pluie, la soirée débat sur le rap s’est bien déroulée. Sur le même balan, mardi soir c’était au cours du An ti kozé autour de la traduction en créole que le public nombreux s’est retrouvé.

 

Sous forme de Café-littéraire consacré à la traduction, Alice Gradel et son équipe a intitulé ce moment Transbòday. Karen Lauréote, doctorante en traductologie menait le débat autour des traducteurs présents : Jean-Pierre Arsaye, Raphaël Confiant, Jude Duranty et Jean-Marc Rosier. Si le premier à fait sa thèse de doctorat sur le sujet, les trois autres viennent de publier en créole.

Raphaël Confiant a traduit l’Etranger de Albert Camus sous le titre Moun andéwò a aux éditions CaraïbEditions ;

Jean-Marc Rosier à lui aussi traduit un ouvrage d’Albert Camus, Caligula qui est devenu en créole Kaligoula. Notons qu’une autre traductrice d’œuvre théâtrale, Térez Léotin n’a pu être parmi les intervenants ce soir là en raison du décès d’un de ses proches.

Jude Duranty a traduit l’ouvrage de Maryse Condé : Hugo le terrible qui est devenu Siklòn Igo.

Les intervenants ont répondu aux questions croisées de Karen Lauréote comme par exemple les raisons de leur choix sur une œuvre de fiction ou de théâtre.

Jude Duranty a montré que son choix était conditionné par son souci de rendre hommage à Maryse Condé dans le cadre de sa mise à l’honneur sur le site de Gens de la Caraïbe. Il a aussi parlé de son étonnement sur la position de l’auteur à propos de la traduction de ses œuvres en créole.

Sur la question, Avez-vous eu la pression pour la traduction d’Albert Camus qui a reçu un prix Nobel. Raphaël Confiant qu’il n’a pas eu outre mesure plus de pression que cela. Techniquement il a connu certaines difficultés à résoudre quant au temps employé par l’auteur. Il a mentionné qu’il avait eu plus de pressions lors de la traduction de Cahier de retour au pays natal d’Aimé Césaire.

Jean-Marc Rosier a souligné ses difficultés pour les noms en latin, mais le traducteur doit faire des choix. C’est ce qu’à rappeler Jean-Pierre Arsaye qui a publié un recueil de nouvelles de Maupassant An dousin kanpay. Son choix, justement portait sur la forme de ces textes qui ne sont pas longues. Chacun a donné ses arguments, mais il apparaît que le choix reste subjectif et les notions de plaisir de traduire, de « défier » la langue pour montrer que la langue créole peut relever ce défi en réalisant cette prouesse. Ce sont là les principales motivations des traducteurs. Jean-Marc Rosier à rappeler que souvent le traducteur est lui aussi auteur.

Chaque intervenant a parlé de ses difficultés, qui de choisir un titre, qui de trouver des mots qui parfois n’existent comme équivalent dans la langue créole. Jean-Pierre Arsaye faisait état par exemple de la couleur rouge avec toutes ses nuances. Il n’était pas toujours facile de les rendre littéralement. Ceci conduit le traducteur à recourir à la paraphrase voir à la création de mots, ou encore à partir à la rencontre de mots d’autres créoles. Ce procédé qualifié de pan créole est utilisé souvent par Raphaël Confiant qui bouture les mots de créole des Antilles voire de l’océan indien.

L’on a parlé de la nécessité de glossaire en fin d’ouvrages et l’ensemble des intervenants l’introduisait en fin d’ouvrage. Jude Duranty a fait remarquer que son ouvrage était totalement en créole puisque les parties techniques grâce à l’outil de Eric Martheli  Non chak mòso an liv  qui lui permit cette approche.

S’il apparaît nécessaire de traduire des ouvrages pour « mettre à l’épreuve la langue et les traducteurs » il est fondamental que le lectorat créole suive. La population étant analphabète en créole, puisque n’ayant pas appris à lire à l’école, il convient à chacun de faire cet effort de s’approprier la langue avec la graphie GEREC-F qui est aujourd’hui la plus usitée dans les publications. En effet, comme le soulignait Raphael Confiant la langue subit une dé créolisation et surtout une dévalorisation. Il a même prit l’image d’un bébé qui serait plusieurs fois abandonné d’abord par les colons qui l’ont créé, puis les noirs, les mulâtres, les indiens et les petits fils d’esclaves.

A une semaine de la Journée Internationale du créole le 28 octobre, il est important de souligner le manque de soutien politique vis-à-vis de la langue. Des exemples durant la soirée ont montré l’implication du peuple catalan vis-à-vis de sa langue. Combien les habitants eux-mêmes s’impliquaient dans la défense de la langue. On ne doit pas singer ni copier-coller ce qui se fait ailleurs. Si chaque martiniquais ne prend pas conscience de la nécessité de « s’occuper » de la langue, le créole risque de disparaître. C’est le même sort qui lui fut réservé à Trinidad, puis à Grenade où l’on ne le parle plus. Disparet pran’y.

Saluons donc cette belle initiative autour du créole par Kanpis Kréyol, cela permet à la langue d’être mieux considérée et surtout d’accéder à sa marche vers la littérarité. Tout comme la dictée créole à Trinité bien renforcée cette année par Ti Lison proposé sur Martinique 1ere avec Karine Gendrey et Marie-José Saint-Louis qui nous familiarise ou nous réconcilie avec l’écriture du créole. Tout cela est encourageant et supporte la langue créole dans sa position dite basse par rapport au français, dans cette situation de diglossie.

Cette soirée sur la traduction nous a montré combien la langue et la culture créole sont importantes car elles procèdent de l’essence même du martiniquais dans son équilibre. Il est temps peut-être de marcher résolument vers l’équilibre et cesser de brété ou de marcher à cloche pied en ignorant le pied créole. Il est peut-être temps d’inviter la langue créole à s’installer dans le fauteuil littéraire et non plus à lui concéder un strapontin ou simplement an vié ti-ban.

 

Partager cet article
Repost0