Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 16:43

 

timbre de voix

 

 

« Dèyè chien sé chien, douvan chien sé Misié chien »

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 16:41

Djo ni…

 

Djo ni bon léro, Djo ni anlo chans pas misié jik chwézi koté pou’w alé lolopital. Asiparé lopital Lapwent pa té asé an pwent pou tjè’y. Lè misié rivé Laména anlo moun trapé mal tjè. Mi sa an enfimiez di :

-      Si Djo ni an chans kochon lavey nwel, épi Bazil désidé kriyé star la Matinik, sa yo ké di ?

Yo ja ka agrésé touris, si star ka vini kasé pip yo lakay nou, nou fini bat épi vié piblisité.

Antouléka man konnet anlo moun ki pa djè ni lakontantman. Yo ka trouvé ni trop sik pou an moun malad. Ni enfimié ki pa ni dwa pran asansè personnel. Virjil ka kontrolé yo, ka mandé non tout jénérasion yo. Menm serten doktè pa ni dwa pasé serten koté pas man Djo, ni pou pasé. Virjil ka blotjé toupatou, pas fok trop neg pa vini bò koté’y.

Yo fè élikoptè ay chaché’y Gwadloup. An vwazen Met Jo mandé mwen :

-      Ki moun ké péyé sa, es sé pa asou lajan ritret mwen an, ki ja meg kon an taso ?

Antouléka si i vini Laména sé ki la ni bon doktè pou tjè. Sinon i pa té ké vini isi a. Sel bagay man ka konstaté Matinik, sé silon ou ni oben ou rafen ou ka trouvé plas Laména.

Met Jo di mwen asiré Djo ni chans pasé’y pas i pa menm atann an nè’d tan pou yo fè radio bay. Pou’y, skanè a té an pàn, pou Djo, ni réparasion lamenm.

Met Jo ki ka atann randévou dépi an mwa jis trapré mal tjè, é i mantjé trapé konjésion. I jik di mwen i ké éséyé mofwazé non’y pou yo sa kriyé’y : Misié Johnny.

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 13:55

 

timbre de voix

 

Ti-kochon té mandé manman’y poutji djol li long konsa : manman’y réponn li :tanto tanto o a wè !

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 13:52

VAKANS DIT

Nou adan dènié simenn vakans lan é sé lawout la ki fè nou chonjé sa.

Anbétéyaj viré koumansé,travo TCSpré ka fè siwawa é ni vankansié ki pa té ka rété di :

-      O didon, vou zavé de gro zaboutéyaj isi, sé pli zenpowtan ke le périf a Pari !

Man di manzel :

-      Ou poko menm wè ayen la !

Sé ki manzel té lotel pa koté Diaman. Kom sé moun an pété lagrev pas dépi di jou, yo poko wè lajan mwa juiyé a. Magré yo alé SeLe Laréjion lé zafè mélé é sa poko ranjé.

Lè man di manzel es i tann palé di jenn pofésè épi stajiè ki té isi yo lé vréyé an Frans, mi sa i réponn mwen :

-      O didon, il fo kil part pour vwaw kòman on travay an métropol !

Man di’y ni adan ki ja ni tret loto pas ou pé pa konté asou transpò piblik. An plis di sa ka mantjé pofésè isi a, é ni pos pou yo.

Manzel kom tjansé, ek i di mwen :

-      Poutji yo pasé an konkou nasional?

Man di’y konsa, jik atjelman Matinik poko endépandan kidonk yo pépa fè konkou pou met lékol.

Manzel di mwen :

-      O didon, sé tro konpliké an Martinik, je repar an Métropol!

Man gadé’y, man pa twazé’y (sé pa té lapenn I pé pa konprann sa ankò pas yo pa ka fè sa an Métropol) man pa di’y ayen.

I anni réponn mwen :

-      Je repran le boulo mardi é mon trentren : metro boulo dodo!

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 15:11

 

année avec judes

 

Si’w pa dòmi an poulayé ou pé pa di si poul ka ronflé” Jid

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 15:10

Enternet pa toujou net

 

Lasimenn pasé man aprann an mové nouvel. Adjilbè ki fini genyen an owdinatè, mandé mwen alé asou Enternet. Man ka di Enternet mé li sé Internet i ka di pou sa montré i alapaj (dapré’y).

Poko té ni di jou misié té anlè Enternet ni an vakabon (man kwè yo ka kriyé sa an aquer), misié piraté adres mel li.

Yo pran adres Adjilbè ek yo fè di ki misié jik an Nafrik ek I ni problem, yo anviolé an zanmi’y ek I bizwen lajan.

Anpami tout konpè’y (kontak li) yo vréyé vié nouvel-tala ki rivé a la minit mwen senk dan an batzié. Ni an bon zanmi’y ki pri an sa misié vréyé lajan ba swadizan Adjilbè. An final dikont sé vakabon-an ki trapé lajan-an. Adjilbè pa janmen alé pli lwen ki Fod-frans. Misié pa janmen pran avion , sel bagay i ja pran sé pétrolet  pou monté Senpiè oben pou alé Lans-Mitan.

Manmay ki anlè Enternet fok pengad. Pa vréyé kod zot ba pèsonn pas asiré zot pé maré é zafè zot ké mélé kon sann épi farin.

Pa genyen nenpot kalté bagay nenpot koté.

Adjilbè ki té mété an foto anlè Facebook, ében yo mété misié adan an mové pozision. I té ké asou an sit porno alow ki misié pa janmen sòti bòkay li.

Manmay, lévolision pa toujou ka lévé bon solision, pengad pas akondi pawol la : « lapo kochon sé manman Félisité ».

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 15:08

 

timbre de voix

 

 

La chouval rivé asiré bourik ka rivé tou

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 15:07

Ako Mapipi

 


Omaren ni bon maren, sé sa 28èm tour yol Matinik la ka montré nou. Jan Omaren montré moun sé pa selman Ofanswa ek Robè ki ni bon yolè.

Sé moun Omaren an fè moun sav ki sé pa pou ayen yo ni pi gran marina Matinik. Lè man di an boug sé « Brasserie Lorraine » ki douvan misié di mwen :

-         E frer ou ka bwè trop labiè ! Bwè dlo pito !

Man fè misié rimarké ki Félis bwè dlo telman pas I anlè “Chanflor” eben misié koulé 5 fwa adan twa étap.

Ni an yolè Omaren (i poko té boulé) mé misié vréyé bon labou pas sé jounalis la di :

« les marinois vont pouvoir sabler le champagne »

 

Misié di i ka konsomé lokal é sé Labiè Lorèn bien frapé i ka bwè kimafouti chanpàn é sa, kalté bwason-tala pa ka antré an goj li.

Manmay ni anlo moun ka wouspété

(toujou ni) pas tour la ka fet an mwa dawou a. Yo mandé pou mété an juiyé konsa yo pé ké ni siklòn pou annilé pies kalté étap.

 

Ni an lison pou nou aprann sé « lé piti toujou ka vini gran  pas tianmay pa ti-woch»

 

AtjelmanAko sé an mapipi kon Félis, Joj-Anri, Félis….

Jan ofanswa lé mò yo pa sa mò, sa’w lé fè van an ka tounen, mandé Ernesto i ké di zot

 

Jid.

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 16:26

Nicole CAGE

« D’îles je suis suivi de Où irait mon cri ?

 

Nicole Cage nous propose son cri pour réaffirmer son origine. Beaucoup semblent oublier que celle qui nous livre ce nouveau recueil a déjà été récompensée plusieurs fois à l’extérieur, rappelons qu’elle a reçu en 1996 le  Prix Casa de las Americas, pour le recueil de poèmes-jeunesse Arc en ciel. L'espoir, en 2002 le Prix Oe Neu Mi de poésie, République de Macédoine et en 2006 le Prix Gros Sel (Belgique), pour C'est vole que je vole.

C’est donc une écrivaine et une poétesse d’une valeur sûre mais qui ne semble pas être appréciée à sa juste valeur dans son pays. Son dernier spectacle en mai à l’occasion de la commémoration de la mort de Aimé Césaire n’avait pas déplacé la grande foule malgré la grande qualité de ce moment et des intervenants qui l’entouraient. Visiblement elle n’est pas épargnée par le vieil adage « nul n’est prophète dans son pays » quand on est de surcroît poétesse il semble que cela soit plus lourd à porter.

Cependant, elle affirme contre vents et marées :     

Je suis d’ici, de ce lieu, isidan, Je suis de là, c'est-à-dire de nulle part. Nulle part de sérénité, nulle part de quiétude, pièce d’horizon d’espérance, nulle part de paisible bonheur, à l’ombre du Fromager de la sagesse….

Elle vient de ces îles naturellement tumultueuses

« Je suis d’îles, D’îles volcans, D’îles tempêtes, D’îles séisme, D’îles lilliputiennes, D’iles grandiloquentes. »

Ce qui fait d’elle naturellement d’Eau :

«  Je suis d’eaux, D’eau morte croupissante, Dans la geôle d’une rivière, D’eau vive jaillissante d’une cascade de Terre-mer et de terre de mangrove. »

      Pourtant le peuple semble ignorer et la poétesse nous dit :

« Ce peuple ne sait pas aimer, Comment m’aimerait-il moi, Dont il ignore tout, L’essentiel en un mot ! »

Au-delà de ce cri d’incompréhension, la poétesse adresse son cri par la deuxième partie de son ouvrage sous forme d’interrogation : Où irait mon cri ?

Elle adresse son cri cette fois, à l’Aimé par le truchement d’une belle lettre à Birago Diop puis dans un rap imparfait qui nous avec perfection la détresse devant la perte de son poète phare. La poétesse est « comme un chant qui se meurt, La débâcle d’un cœur, Un pays sous boussole, Perdu sans ta parole ».

Elle nous donne rendez-vous vendredi 22 juin à 19h00 A LIVRE OUVERT à la Bibliothèque municipale de Schoelcher à l’anse madame avec un accompagnement musical. Vous êtes attendu nombreux pour la soutenir car cet ouvrage, parut aux éditions « Le chasseur abstrait » lui revient finalement très cher. C’est une production  à compte d’éditeur et votre présence va certainement l’encourager en tout cas sera un soutien à cette grande discrète (par la force de choses) de la littérature martiniquaise.

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 12:10

BIGUINE JAZZ 4  Mardi 14 août *

Grand Carbet

Ultime soirée de la dixième édition de Biguine-Jazz sous le kwi au parc culturel Aimé Césaire

 

Pour la dernière soirée de ce 10ème anniversaire de Biguine-Jazz l’animateur José Dalmat a chaleureusement remercié la Ville de Fort-de-France qui a permis à la manifestation de se tenir. C’est comme si dans sa reculade il fallait un bwa koré pour empêcher de reculer.

 

Bwa koré

Le quintet composé des 2 José (Marie-Rose et Zébina) Alwin Lowensky aux saxophones Claude Césaire au piano et Max Télèphe aux saxs, flûte et chant. Comme à l’accoutumé le groupe nous a proposé de belles compositions mais aussi des nouveaux titres. Il a magistralement revisité le bélia mais en nous proposant de nouveaux titres du nouvel album en préparation.

 Avec une musique toujours engagée à l’aide d’un danmié, musique de combat par excellence, il nous exhorte à : « ouvé zié’w pas sé pa pésonn ké fè’y ba’w ». Lors du fameux Bwa brilé avec Mona en fond d’écran, on avait la sensation de sa présence lorsque Max Télèphe disait : Mwen tanbou, man sé fos neg ki neg pou bon » Toujours en prenant appui sur les rythmes du pays, bèlia, bèlè lisid, lavwa bef, le groupe nous a littéralement transportés avec son Dézawa. Bwza koré nous a convaincu que nos richesses rythmiques sont disponibles et à notre disposition pour peu que nous en fassions cas d’eux. Avec ces richesses il y a de l’espoir (et pas an lespwa mal papay) pour la musique martiniquaise. Et l’on comprend et adhère à leur refrain : « an  péyi a sé la man lé mò ».

Très bon moment  musical  et la soirée a bien commencé. En partant  Alwin Lowensky n’a pas manqué de féliciter les ingénieurs du son (Marc Escavis, Gilles Pastel) pour la qualité de leur travail car ils font de la musique vivante.

L’animateur José Dalmat a profité de la pose pour saluer tous ceux qui travaillent aux succès de cette manifestation, les partenaires et les  bénévoles. Il sollicita pour l’occasion Chrisitian Boutant, Laurent Viellet, Catherine Adèle chargée de la communication, David Rodap régisseur de plateau Jean-Michel  Eudaric et Franck Zaméo cheville ouvrière dans la communication et  la programmation. Cette équipe entourée de nombreux bénévoles se donne sans compter pour la réussite de l’opération pas toujours évidente.

 

Denis LAPASION TRIO

Le pianiste guyanais s’est entouré de deux valeurs sûres pour nous proposer sa musique, José Zébina à la batterie et Alex Bernard à la basse. Ils ont, comme d’habitude, parfaitement assuré en dépit d’une seule répétition. Denis Lapassion nous a  proposé des compositions originales à partir des rythmes de Guyane. Oun mayouri qui s’apparente à notre koudmen, ceci sur un rythme de bélia. Route vers l’inconnu un titre dédié à l’esclavage. Djoubaté proposé avec une polyrythmie (kasékò, débot,et samba).

Régine Martial-Lapasion son épouse l’a rejoint pour deux titres  où elle a sollicité la participation du public, en bonne adepte du gospel. Jod la, réflexion sur le comportement des guyanais d’aujourd’hui et Tjenbé dibout pour nous exhorter à ne point baisser les bras malgré l’adversité, c’est notre tjenbé red.

Le public a incontestablement vécu un beau et bon  moment où le piano s’est exprimé en guyanais certes mais surtout en swing amazonien.

 

Zannzolaj

L’an dernier le Festival Biguine-Jazz accueillait le groupee vocal Bay lavwa. Cette année elle n’a pas tergiversé pour programmer à nouveau du travail vocal aux accents jazzy avec des harmonies très cubaines. Ce groupe composé de cinq chanteurs dont la soprano Manuela Joseph-Angélique, sous la direction de l’alto Norma Gomez, du  baryton Olivier Réo, du ténor pour l’occasion Jean-Christophe Germain et de la basse David Jeanbart.

De leurs voix ensoleillées ils nous ont chanté Soleil mais assurément leur joli clin musical à La Perfecta fut parfaitement reçu par le public. Ils ont été ovationnés bien avant la fin du chant. II est intéressant de constater que les visions extérieures sont parfois les plus aptes à nous réconcilier avec notre propre musique. En effet, ils abordent avec beaucoup de respect, sans à priori, nous pépites musicales. Le clin d’œil à Jeff Joseph fut de ce point de vue plus que génial. Ce groupe qui s’est déjà produit plusieurs fois sur les scènes martiniquaises, dans les églises, en concert fera sans doute encore parler de lui car son travail sur les chansons du terroir est instructif et sort des sentiers battus. Ce travail vocal fut apprécié des mélomanes mais encore plus des arrangeurs. Il mérite assurément un enregistrement pour nous rappeler de l’importance de cet instrument extraordinaire qu’est la voix.

 

 

GMX

 

José Dalmat nous a présenté sous le vocable de GMX, il a dit bien GM et pas BM parce que l’artiste de la soirée n’est pas né sous X, bien au contraire il vient d’une famille de musiciens bien connue les Vadeleux des valeurs sûrs de la musique martiniquaise. Guy-Marc Vadeleux a pris ce vocable pour nous présenter son nouvel album éponyme. Lui aussi bien entouré d’une solide équipe composée de soufflant : au sax Zina qui nous vient de Cuba, Pierre Williet à la trompette et Antoine Mader au trombone. Wilfried Bédacier à la batterie, Jean-Marc Albicy à la basse, Agou aux percussions, Frank Rochard à la guitare et le violoniste Yohanes (dont j’ai oublié le nom) très habile à l’archer mais aussi aux claviers. Cette fine équipe était rejointe par deux choristes Johanne Galonde et Noëlle Lemin. Pratiquement l’ensemble du nouvel album fut passé en revue. Le public avait donc l’exclusivité de ce nouvel opus aussi bon que le précédent.

GMX, avec ses dix musiciens, a donc clôturé en beauté ce dixième anniversaire de Biguine-Jazz. Dors et déjà, la réflexion est engagée sur l’opportunité de la tenue de cette manifestation au mois d’août. Doit-il absolument se tenir à ce moment ?

Cette dixième édition restera dans les annales tant par la qualité musicales des intervenants aussi surprenant les uns que les autres, que par les trésors d’imagination déployés pour arriver au bout.

 

Jid

 

Partager cet article
Repost0