Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 15:37

An parti politik ww

 

Dimanch moun té ka chonjé yenki foutbol, otan an Frans kon Matinik.

Labélèm té ni lentansion fè an bel kou, yo mennen dé bi a zéro, mé yo ped kat dé.

Kantapou létjip Lafrans fanm, yo mennen bon moun Lanmanten jik Jowel an mannay ki fè zafè’y an hannbal-la épi Floréal. Yo jik mété pòtré’y asou an imeb Godisa. Jakson Richarson vini pou té batizé sa le maten an.

Pandan tan-an titak pli wo, pa koté Tivoli, an nouvo parti politik té ka fè larantré’y. Parti-tala wè jou, ja ni si mwa selman, sé « Martinique Écologie ». Fok di tou, ja ni an parti ka di i ékolojis, sé MODÉMAS.

Mé es parti-tala ka di yonndé mo, dé mas an kannaval lézot ?

Man pa sav, mé ou sé di yo pa té envité pou ba nouvo parti ékolojik-tala an pal.

Es pas parti-a fè bokantaj-li anba anba an gro piébwa ki ja ni pasé santan, é yo té pè sa potjiré yo nana ? Antouléka yo pa vini.

 

Prézidan nouvo parti-tala sé Loulou. (Sé pa ta Sentlis-la), han han zot pa té wè’y ! Man jik kwè chien-yo pa ka djè alé lachas. Pas Loulou-tala adan an parti ki pou an sel manniè wè. Yo jik di la pansé inik. Manmay fok sav an fransé « inique » vé di séléra, pa bon pies toubannman !

Loulou « Martinique Ecologie-a » sé an konséyé Laréjion ki pran an bout tren adan ta Senpiè a pou i sikilé jik Kawbé. Misié sé pé té trapé an konjésion, lè i wè pa koté Mòn-Obé, té ni anlo pano fotovoltayik asou an tè agrikol. Kidonk épi anlot konséyé jénéral Fodfrans, i mandé pou kaskodé épi kalté politik-tala yo ka mennen an. I lé yo distribié lé riches ant linò épi lisid adan lemond.

Afarel, an chaben ki konpè épi Chaben, té konfian pas i di :

-         Si nou pa wouvè zié-nou, tro ta ké baré-nou é nou ké rété pou la pléré !

Misié di épi an bel plodari konmkwa jénes Matinik ka djonmpitizé, Matinik ka bétonizé ek téren agrikol ka vaporé akondi létè oben léro jòdijou.

Sé moun « Martinique Ecologie-a» lé anlot politik pou péyi-a pran anlot chimen ki pa chimen chien éti nou pé garé. Pas yo konstaté Matinik sé péyi ki pli polié an Karayib-la menmsi Lavil Fodfrans fini mandé pou yo rikonnet La Baie des Flamands, kon pli bel bé o mond.

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 16:51

SORO

Gary VICTOR

 

 

 

Il y a des dates et des faits qui s’inscrivent de manière indélébile dans l’imaginaire collectif caribéen. Tan Sorin, Cyclone 28 ou plus récemment Hugo en Guadeloupe ; Tan Robè, Cyclone Edith, et plus récemment Dean en Martinique ; après la Bataille de Vertière le 18 novembre 1803 t pour Haïti  marqueurs incontestable dans l’imaginaire, le mardi 12 janvier 2010 est tristement mémorable pour ce pays.

Gary VICTOR a choisi de parler de cet évènement de manière non larmoyante loin d’être ennuyeuse malgré les odeurs pestilentielles de cadavre en décomposition ou l’amoncellement de gravats, avec humour et dérision.

Comme d’habitude il nous plonge dans la réalité haïtienne avec son héros de « Les cloches de la Brésilienne » l’inspecteur Azémar Dieuswalwé (avec ses deux w). Cet inspecteur s’est-il trouvé là il ne devait pas y être  au mauvais moment ?

Il sera dans un motel avec la femme de son supérieur le commissaire Solon, (seul être qui lui a manifesté un intérêt) juste au moment du séisme. Sa vie se trouvera bouleversée. Grand amateur de Soro « cette boisson avait la vertu de purifier le sang, de traiter les mauvaises fièvres et aussi de donner du tonus sexuel » ce qu’il vérifiait à ses dépens. Est-ce le Soro qui va lui faire poser cet acte répréhensible à ses yeux ? Ce Soro est il sain, ne l’a-t-on pas trafiqué ?

Il vivra de terribles migraines qui seront soulagées que par… le Soro. Et puis cette horrible scène qui le poursuivait nuit et jour malgré les trous de mémoire. Il se rappelait « la femme le chevauchait toujours ses seins nus et flasques voltigeaient en rythmes de déhanchements affamés ». Cette scène le plongeait dans le remord, mêlé de culpabilité et de non estime de soi. C’était terrible pour lui qui voulait ne pas être comme tous les autres haïtiens. Il avait son honneur et il devait préserver sa réputation avec ce nom comportant deux doublevés.

Quoiqu’il en soit cette boisson va lui laisser d’énorme trou dans sa mémoire, et pour un inspecteur de la police nationale Haïtienne, cela semble incongru. Pourra-t’il mener à bien sa « mission ». En effet, le commissaire lui confie la douloureuse et terrible mission qui consiste à trouver la personne qui était avec sa femme ce fameux mardi du 12 janvier. Il veut lui loger une balle en pleine tête.  Voila donc l’enquête d’Azémar, trouver un coupable qui est en l’occurrence lui-même.

Comme d’habitude dès la première page, nous serons pris dans le délire de Azémar pour vivre des moments aussi pathétique que douloureux, aussi hilarants qu’extraordinaire digne de ce réalisme merveilleux qu’il sait si bien nous fournir. En 199 pages le lecteur va de suspense en suspense avec des moments fort violents mais enrobé d’humour Gary Victorien. L’auteur qualifie l’ouvrage de Récit mais nous sommes là aussi en plein polar à l’haïtienne avec ces combines politico mafieuses, sa guerre de gang, l’omni présence du vaudou avec la puissance des bòkò, et même la profitasion familiale avec un crime maquillé mis sur le compte du séisme.

 

Ce livre est publié en Haïti grâce à l’appui du journal Le Novelliste, Diri Méga et la Mairie de Port-au-Prince, gageons que les libraires feront la commande de ce magnifique ouvrage sorti en juin 2011. Pour les inconditionnels de cet auteur prolifique et imaginatif c’est un moment littéraire d’évasion et de détente assuré avec ce Soro, que vous pouvez déguster sans modération

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 16:26

 

  

timbre de voix« Lè ou aprann makak voyé woch, sé tet a’w i ka krazé avan ».

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 16:22

 

Boyo-ton Préchè

 

Lafen simenn pasé, tout moun monté Préchè pou té manjé boyo-ton. Sa ki rivé sanmdi té ni  plis chans, mé tousa ki monté dimanch yo té ni anlot son pas pa té rété.

Ni touris ki pa té kontan mé yo ofè yo manjé pwason kanmenm pas la pa janmen mantjé sa.

Man konnet an kanmarad ki sòti Gwadloup ki mantjé (varé si mwen) lè man di’y :

-         Sa pa grav, mandé an koubouyon varé !

Misié té anvi gouté sa mé i pa menm ni tan pran lodè a. Maslen épi tout jan Préchè pa té ka kwè té ké ni otan moun, pas yo ni labitid di :

-         Préchè jik dèyè do Bondié, la tro lwen !

Antouléka sa té ni bon siksé. I jik di i ké viré fè sa lanné prochenn mé kou-tala i ké pran dot dispozision.

 

Man poko di zot, ki boug Gwadloup-tala enmen roulé békàn li, é kom yo di’y sa té ka vini danjéré pou siklis, i désidé pété’y monté Préchè. Déjapouyonn misié pran bon gaz adan sé mòn an, an plis di sa, lè i rivé pa té rété boyo-ton.

Kanmarad la di mwen pou lanné prochenn i ké réfléchi pas magré té ni an bel ti-moman alantou gwoka épi bèlè ek tousa ka jwé tanbou, kon an kout tonnè misié aprann an vié nouvel pa konté Sent-Mari. Sa rann moun tou fwet, lè yo aprann Bazil fè kriyé Iler Jofwa apré dènié toumblak li épi Beloka. Kanmarad-tala ki ni chivé neg, kidonk grennen désidé i pa ka mété ni pengn-afro, ni loks mé i ka koupé sa klè kon défen Yull Brinè. I désidé fè kon sé tijennjan-an tou, pas menm prézidan Ayiti a éti yo kriyé Tet-kalé, sé konsa i ka fè.

Lè man mandé’y es i wont chivé’y, jik atjelman i poko sa réponn mwen

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 13:24

Le papillon et la lumière

Patrick Chamoiseau

Editions Philippe Rey

 

 

 

 

La parole créole dit : « Ti létensel ka fè gro difé » Patrick Chamoiseau dans son nouvel ouvrage nous offre « un petit livre » illustré de papillons en noir et blanc et grossit de grandes pages philosophico poétiques. C’est par un dialogue entre deux papillons nocturnes qu’il nous fait pérégriner sur une centaine de pages.

 

 Un jeune papillon dans toute la fougue de sa jeunesse pressent qu’il ne faut pas faire comme les autres et se ruer vers la lumière. L’auteur nous dit que « l’éternité est effrayante quand on est jeune, alors il (le jeune papillon) se retrouve à dériver là où les choses vont vite ». p.16

Comme on voudrait que nombreux parmi notre jeunesse garde leur fougue et leur énergie à trouver la bonne lumière leur permettant un plein épanouissement en développant leur pays. On voit aujourd’hui de nombreux jeunes papillons brûler leurs ailes aux lampadaires de produits de consommation tintant de tout leur clinquant. On voit même des papillons plus « mûrs » céder à la tentation d’ « acheter à Noël, payer à Pâque ». Beaucoup de papillons au risque de passer pour des ringards quand ils conservent certaines valeurs et ne sont pas  encore prêt à tout abandonner pour le tout modernisme. C’est bien le cas de ce jeune papillon.

Il s’est mainte fois élancé vers la lumière des lampadaires mais au dernier moment il bifurque. Les autres le mettent à la fête mais ils se retrouvent les ailes abîmées.

 

Un vieux papillon mélancolique

            La jeunesse est souvent persuadée que les plus âgés, lé vié goril, ne connaissent rien, le proverbe dit d’ailleurs : «  si jeunesse savait et si vieillesse pouvait ». Cependant dans cette jeunesse beaucoup ont envie de connaître et se rapproche des aînés. C’est le cas de notre jeune papillon qui se rapproche d’un vieux papillon appelé vénérable qui malgré son âge, a gardé toute la beauté de ces ailes.

 

Lorsqu’il délaisse ses comparses de son âge pour se poser auprès d’un papillon mélancolique, loin de toute agitation. Commence alors un dialogue autour d’une série de questionnement permanent jusqu’à la fin de l’ouvrage.

N’est-ce pas l’appel à une continuité selon le dicton créole « gran kouté piti, piti kouté gran » qui appelle à l’inter génération. Lorsque l’on sait que toute la génération  BUMIDOM manque au pays, comment peut se faire alors la transmission dans de bonnes conditions ?

-         Peut-on rencontrer quelqu’un sans le chercher ?

-         Sommes nous en état de transmettre à ceux qui ne veulent pas, et qui connaissent déjà?

-         Attendre quelque chose, n’est-ce pas fermer la porte à tout ce que l’on attend, à tous les possibles ?

 

Les réponses du vieux papillon, appelé vénérable, vont donner des énoncés énigmatiques mais d’une lumineuse lucidité. « J’ai entendu que rien n’est jamais parfait, que vivre n’est jamais une plénitude ! Que l’insatisfaction sera toujours là ! Que c’est elle qui fait le moteur de la vie ! Qu’elle est indépassable ! »

-         Ce que vous venez d’énoncer n’est-ce pas la vérité ?

-         Non juste une trace. Une fortune pour traverser l’abîme.*

 

A la fin du livre le vénérable demande à l’admirable papillon.

      -    Dis moi ce que tu sais mon fi.. ?

Et l’admirable papillon de répondre :

-         Je sais seulement que je suis vivant et que ce n’est pas que le début d’un début.

 

 

Le lecteur est donc invité à se plonger dans cet admirable conte philosophique entre celui qui veut savoir et celui sait qu’il ne sait rien. Les doutes du vénérable vont assurément le déboussoler par certains cotés mais vont l’enrichir assurément sur tous les possibles de l’univers.

 

La parole créole dit aussi : « sa ou pa sav gran pasé’w ». Verrons-nous la lumière dans notre Martinique qui en a tellement besoin en ces temps d’obscurité et de vèglaj par les nombreuses lumières de bètafé qui semblent finalement n’éclairer que pour leur âme. La plus juste des lumières n’est elle pas celle qui est en soi ?

 

Le papillon et la lumière, Patrick Chamoiseau

ISBN : 978-2-84876-196-1

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 19:23

 

 

timbre de voix« Sé sa ou enmen ka fè’w dibien » mé « makak pa ka so tet pou li fè lagrimas ».

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 19:18

Rondé si bel !

 

Rondé, sé an bel ti-fanm. I pa anvi sanm an fil fè, jijéwè an lonbraj fisel. Sé pa Rondé pèsonn ké di komkwa, afos I meg, I pé paré lapli anba an fil élektrik.

Epi 7 fanm ki ni kont pwa-yo, Rondé désidé montré moun ki yo koket, yo obidjoul, penpant anfen, yo ni otan élégans ki sé fanm mens-la.

Sé anba gran kwi-a yo té lé montré yo ni prestans, bon kadans épi bon tibren élégans.

 

Man konstaté té ni anlo madanm, bien anfom pou man pa di an chèw, sé lé prèmié té ka kritiké-yo. Mi sa man tann yonn anpami yo di :

-         Dé gro fanm kon zot, zot pa ni ayen a fè ! Zot ka chaché an nonm ?

 

Sé ki manzel pa djè mens é i pa ka rivé mété kò’y épi otan élégans ki Rondé. Sé bien pou sa, yo ka di’w délè « lospis sè mok de lopital » oben si zot lé « kannari ka di chodiè bonda’y nwè ».

Antouléka, lè man ka gadé otan Rondé kon sé lézot kandida a, yo pa té mantjé ayen pou yo té sa bel. Sa yo sav, sé ki épi grosè-yo, yo pa mélé, yo pa anbarasé ni enpiok pas yo bien adan tet-yo épi kò-yo.

Sa ki ka kontinié kriyé yo boté « hors normes », sa sé zafè yo bien, é sa ki enpotan, yo fout lé montré, yo ni plas-yo tou dan la sosiété.

Yo té lé montré ki sé pa yenki anlè fanm meg kon taso oben mens kon an fèy-tol, éti zié moun pé gadé.

Ni anlo moun ki pa kontan kanmenm pas es fok mété gro moun douvan douvan épi tousa maladi tjè, diabet. Sa ki pa té kontan té simié alé wè « Miss India » sé tala pa té ron pies. Man té ké anvi sav ki tan ké ni « Miss an bòn santé”.

 

Antouléka, Rondé ki dépi toupiti ron kon an ti-boul, pa mantjé mélé. Li Rondé i si bel, i pa mantjé ayen pas i ni kont pwa’y dan lavi a.

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 23:21

 

 

 timbre de voix

« Lanmò brigo  ka ranjé solda » mé es fok nou réjoui nou di tousa ki nouvo ?

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 23:15

Latousen ka tousé

Matinik, ousédi nou pa konnet sa ki ta nou. Ni an pati ki di nou pa kréyol. Sé menm moun-tala pa noz di ankò sé pa an lang, mé yo ka viré do net ba tout mes-nou, kanman-nou an lavi a.

Yo kité Latousen tonbé telman, yo ka jik bokanté jou-tala épi le 2 novanm jou lé mò. Poutoutbon, akondi pawol la, ousédi tout krab la pres mò an bari-a. Lafen simenn pasé, té ni tout kalté bagay alantou « Haloween ».

Ni an bann tianmay ki vini kay Papa Doudou, pou réklamé’y bonbon. Yo té déglizé, menmsi misié té asiré nou pa té an périod kannaval, i désidé ba-yo kéchòy. I alé adan vié gad li a pou ralé yonndé akakwel kontel filibo, lotjo, tablet épi kisasayésa.

Sé tianmay la ki pa té janmen wè sa, ni tann palé di sa, yo di gran-nonm lan :

-      Pa rété la frer !

Papa Doudou té telman fraksé, sa mantjé mennen’y direk an senmitiè. Papa Doudou té oblijé di :

-      Lè Bazil ké kriyé-mwen, asiré sé pa sé jenn manmay kè vini mété an ti-bouji ba mwen. Yo pa menm sav sa  ki liminé !

Man ka mandé-mwen es sé mò nou an pa tris ? Pèsonn pa ka vini pran pies ti-milan ankò, yo pa ni pies kamo asou sa ka fet an fanmi’y la. Pies ti-jennjan pa ka vini fè an ti koulé ankò alantou sé tonb-lan. Pa ni konba kakabouji ankò, tianmay pa ka ri alantou nou. Fout sa vini tris. Avan, pandan périod Latousen té ka nni anbians atjelman sa tris kon an jou san friyapen.

Vréman, vréman Latousen ka vini tris, pa menm palé jou lé mò,le 2 novanm.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:41

Dépi lanné 1981, an bann manmay vidjò, sé té dé kréyolis pa koté Sent-Lisi, yo mété atè an sanblaj éti yo kriyé « Bannzil kréyol ».

Ni moun sa pri an dan-yo telman fò akondi an lakol, yo pa janmen rété djoubaté ba kréyol. Sa fè ki kréyol ka vansé pianm pianm, ka piété pou alé douvan.

Délè kréyol-la ka tjilé kon makata oben délè ka rété anlè kò’y kon an moun ki pété pié’y, oben kon an moun ki bwè an kou an trop.

 

Mé kréyol ka vansé kanmenm, i jik antré lékol, ( i poko an gran mé ofiranmizi i ka pran an ti-plas lè yo lé kité’y ba’y). Avan i té an lakou a selman, atjelman yo ka envité’y asiz mé ni moun ki pè’y asiz. Asiparé i pé opozé tianmay palé fransé.

 

Ni moun ka wè magré fòmasion linivèsité pou pran lisans, métriz ek doktora i pa ka alé asé lwen épi i titak tro mòlokòy.

Ni sèten moun ka di toujou, poukisa ou ka ped  tan’w aprann kréyol ? Sa sé bagay boug fou an mitan tet, oben bagay moun masibol fol.

 

Jounal ANTILLA toujou djoubaté pou lang lan alé douvan. I fè pliziè liméwo ANTILLA KREYOL. Dépi 2004, chak simenn I ka permet li kréyol chak simenn. Pétet ni moun ka di sa pa asé, mé sé san ayen ki pa bon. Antouléka, lektè ANTILLA pé li kréyol touléjou.

 

Mé kréyol toujou la, menmsi dé serten koté kontel pabò lavil, i tou mol kon an kakabef tou fré, i tjòlòlò akondi kafé ba tianmay ; menmsi dé serten koté lè yo tann kréyol yo ka kasé bwa an zorey-yo pou yo pa tann, oben yo ka fè rol pa ka konprann.

 

Kréyol toujou la, menmsi délè man ka pè pou i pa vini kon Trinidad éti an sel komin ka palé’y toujou.

Jòdi 28 oktob 2011 annou fè pou nou pa atann 28 oktob 2012 pou nou chonjé’y ankò ek nou viré kom palé’y.

Annou pa fè konsi nou pa lé’y an lavi-nou, an kilti nou an tout mes nou.

Man pé ké di ki lang lan bel kon an donzel oben an toutrel, sa tro fasil.

Mé fout sa bel lè ou pé di moun an ou enmen an akondi poet la :

« Doudou man enmen’w dann !

Ou mété mwen ajounou

adan janm ou

kon an boug fou

Pas man enmen ti-madou vizou’w la ! »

Sa pa bel ?

Lè nou pé di épi tou fondok tjè-nou « Doudou tjè-mwen ka pri difé ba’w toujou, kon pil bwa sek ka brilé boukan an tan karenm ! »

Sa pa bel ?

Nou préféré di :

Chéri jè t’aime, ki lou anlè lang-nou akondi an mas pou kasé bidim roch.

 

Kitan nou ké sispann sèvi lang nou an yenki pou vréyé gres anlè manman moun ?

 

Kitan, nou ké tann ti-pawol Daniel la « Tout lang sé lang ».

 

Jik kitan nou ké sispann enstalé Fransé adan an fotèy, épi ladjé kréyol (pou man pa di an lot mo) asou an vié ti-ban ?

Manmay, pengad pou kréyol pa pran lavol an péyi-nou épi nou jwenn li yenki …dan dikté kréyol.

Partager cet article
Repost0