Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 13:22

Mové tan

 

Toupandan yonndé moun té ka désann Pigeon Island adan Festival Jazz Sent-Lisi, Matinik, té konnet an katastrof pabò Moutte. Lawout jis koupé.

Tjenz fanmiy oblijé kité kay-yo pas ni an ranfalman téren ki fet é jik ni an tanp évanjélis ka mènasé désgrenngolé. Asiparé, lé zenjénié té ké di i ka glisé dis santimet pa jou.

Ni sa ki ja pati, pas yo sav kapon viv lontan. Mé ni anlo ki fini konstui é yo poko menm fini péyé kay-la. La yo ké alé ?

Sé an véritab dram, pas menmsi ni adan ki asiré, si gouvelman pa désidé sé katastrof natirel, yo ké ped sadin épi karang.

Mové tan-an ladjé bon dlo anlè nou an tan karenm-tala. Misié limè Foyal jik di karenm-tala pa gra selman mé i ja kité obez ka alé.

 

Erezdibonnè Prézidan la Répiblik kòm chonjé zanset-nou ki té anba jouk lesklavaj. Adan « Jardin du Luxembourg » gouvelman mété an plak pou chonjé-yo. Sa ka fet an menm tan yo ka di ni trop neg an étjip Lafrans.

Ni moun ki mandé poutji sé pa an jou férié. (Asiré sé pa travayè). Sé pa pou yo chonjé (yo pa bizwen sa) mé pou yo rété bò kay-yo oben alé bò lanmè.

Ni dot ki di fok lékol-la okontrè fè tianmay-nou sav ki ja ni dizan Lalwa Taubira té voté pou nou chonjé lé zabolision.

Adan tout lo polémik-tala man ka mandé es sé pa pousa an gro tronb-dlo fet asou lanmè ? Erezdibonnè i pa fè pies déga.

Menmsi soley ka déviré pianm pianm, nou toujou la bien doubout pou konnet listwa-nou. Kontel sa ki pasé Senpiè oben Préchè.

 

Tout bagay ka chanjé, anni gadé lopital Lanmanten ka chayé pou alé Mango Vulcin. Atjelman pou monté Moutte fok chanjé chimen. Akondi pawol-la : lè ou pé pa travèsé lariviè fok rondi’y !

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 20:05

Kr-yolad dos- 1-re et 4e de couverture

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 20:00

Kr-yolad_dos--1-re-et-4e-de-couverture.jpg

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:07

Erik baré van mé i sav « dépi sé pa jou’w, ou pé pasé tout losion asou’w ou ké toujou santi »timbre de voix

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:05

Karenm mouyé          

Dépi jédi, siel la krévé anlè Matinik, es sé pas prézidant té batizé « Ven dan vwel » épi diven ?

Ousédi sa pa djé pòté Erik chans. Misié mété diven dan vwel mé si i té mété van, asiré i té ké rivé pli douvan. Pétet menm i té ké rivé ansanm épi Nicolas Lunven.

Erik baré van-an, mé es sé fot-li si sèvis kominikasion’y poko sa konprann ki kréyol sé an lang kon tout lang ? Pou premié fwa an neg Matinik ka travèsé Latlantik pou rivé Matinik, fout sa red lè i pé pa matjé non bato’y la konmifo.

Le CMT sé pé té bay an ti-konsèy, mé ousédi zafè kréyol-la sé pou di selman, pa ni poblem, mé pa pou aprann matjé’y. Mé sa’w lé fè akondi lot la « menm lapap fé en fot ».

Man ka mandé- mwen es sé pa pou sa, an mitan karenm-la nou té ni tousa dlo anlè Matinik. Sa man ka konstaté sé ki anlo débriya (ki pa ni mal-ren)  kontel sé jan labank la, ni yonn ki di :

-                                                                              Man pa té pé vini vandrèdi pas man té envité an nos Kate ek William !

Ni anlot ki déklaré :

-                                                                              Sé pas Lariviè-Salé té bouché dépi jédi oswé ki fè man pa pran lapenn désann !

Pa rété sézon ankò, ti-plantè kann pa ka tann mach, kann-an ka ped sik épi lo dlo-a. Ti-agrikiltè ka wouklé pas tout melon-yo ek pastek- yo ni gou dlo épi tousa lapli. Sé Albertin selman ki pa an poul mouyé, magré dlo-a i monté wè makoumè’y dan an mézon konvalésans Trinité épi an taksi. Manzel di lavi fet épi soley ek lapli.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:03

« Sé bon tjè krab ki fè si i pa ni tet » mandé Alfred sa.

 

timbre de voix

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 21:59

B.A.K

Ni an konséyé jénéral ki ja gran-nonm. Sé li ki pli vié anpami sé lézot-la. Misié alé wè la B.A.K kidonk la Brigad Anti Krab pou té otjipé di zafè’y. Alfred Sino, sa konnet sé jou-tala sa ki an krab. Ti-Piè (an boug ki pa djè kout) fè an mové kout pat anlè’y. Misié ped yonndé pat, I pa rété pies délégasion ankò. Erezdibonnè gro mòdan-tala sé pep-la ki mété’y la, pas Piè té ké manjé’y kon an mango mi Lanmanten.

Adan zafè mango-tala, lannè pasé Ernestin té pété an dan douvan adan aparèy-li a. Manzel di sé mango-a ki pa té bien tjuit ki té fè’y sa. Sé pa sa ki té ké  opozé’y manjé krab-li. I ja di ba  tout moun, de tout lé fason i pé ké djè manjé anlo, pas pri krab-la wosé. I ja rivé a 5 éro pou yonn.

Kantapou Ernes, ki pa djè rayi zafè manjé-a, gro Vandrèdi-Sen a twazè, pandan moun té ka alé an légliz, misié té ka alé genyen konmen tjilo akra. I désann marché pou té pran akra chou, karot, kribich, té jik ni langous épi sa i pa té janmen manjé. I jik jwenn akra mango. Misié ki simié bagay dou, i pofité pou gouté akra-patat, mèlon, zabriko. Anfen i ri plen bouden’y : kra kra kra ! lè yo di’y fok I «  jeuné ». Misié pa jennen kò’y pou té pasé bon akra anlè konsians-li. I di sé an manniè pou i paré kò’y pou krab Lendi-pak la.

Adan tout zafè-tala, Garsen fè krab pou an notorizasion  ba Martizik. An festival mizik élektronik ki té pou fet (an silans) pa koté « Les « Boucaniers ». Ousédi i té ja santi sa té ké santi mové Sentàn. Podiòm la foukan, érezdibonnè pa té ni moun anba’y.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 17:37

I pres rivé.

 

 

Cela fait 7 ans déjà que plusieurs lecteurs m’avaient suggéré une compilation des Kréyolad pour en faire un petit livre. Ce fut un long périple, un chimen chien, pour aboutir enfin à une auto-publication. Cette décision s’est imposée comme un devoir puisque bon nombre d’éditeurs ne voulant pas se mouiller dans une telle entreprise arguant de la quasi absence voire de l’inexistence d’un lectorat en créole. Akondi pawol-la : Koté lajan pa ni santiman !

 

Grâce à la micro-édition et l’édition à la demande, je peux enfin, offrir un ti-mòso de la littérature créole.

Voici donc une première compilation des Kréyolad de l’année 2004. Vous pourrez très prochainement vous le procurer aux éditions TheBookEdition.com

En achetant ce premier volume de Kréyolad vous me permettrez de continuer à éditer ces chroniques en passe de devenir un des outils pour la lecture quotidienne du créole. Notre belle langue à besoin de publications pour faire taire ceux qui nient sa capacité et sa force d’expression en littérature.

 

An lanmen ka lavé lot dé lanmen ka lavé an fidji

Man ni an adres anlè B…. kabrit-la oben si zot simié an Facebook-la. An ni tapé Kréyolad, zot ké wè.

Si zot anvi ba mwen an pal, (pa an palaviré) zot sav sa zot ni pou zot fè.

Vréyé an mel ba mwen : jidiranty@gmail.com

Kriyé mwen asou ensipowtab-la : 0696 95 70 94

Liv-la ké la an mwa’d juen o pli ta, sa ki anvi ni’y pé vréyé an chek (pa an bwa, ni an blan) asou non-mwen

 

Judes DURANTY

11, rue Bob Nordey

97221 LE CARBET

 

Kréyolad, Jid Edition Zaboka/TheBookEdition, 2011 12€

 

 

Jid.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:21

 

Le-soleil-pleurait-001-copie-1.jpg

Ernest Pépin

 

C’est le titre du nouveau roman d’Ernest Pépin qui, pour l’occasion, délaisse sa Guadeloupe natale pour explorer la terre et le peuple d’Haïti. Pourquoi un tel choix semblez-vous dire ?

Pourquoi pas, semble t’il répondre. Après tout, Haïti n’est-il pas dans l’imaginaire de tous les peuples caribéens ?  L’auteur semble nous annoncer combien il est  important d’être en relation avec cet imaginaire commun. L’auteur prend comme thème un acte inqualifiable, sans nom : le kidnaping.

Régina, fille de Marie-Soleil, est kidnapée, victime d’un enlèvement tout simplement parce qu’elle est mulâtresse. Elle apprendra, au péril de sa vie, que la couleur de peau peut être une méprise. Pour les ravisseurs, la mulâtresse est forcément la fille d’un blanc. Mais un blanc est-il forcément riche ? On vivra les heures cauchemardesques de cette jeune fille de 18 ans (petite fille à l’équerre, au fil à plomb, tout sauf une dévergondée) qui n’a jamais connu son père, à part Fanfan, buveur invétéré qui « prend souvent des petits plaisirs de gorge ».

Marie-Soleil, l’héroïne de ce roman femme vaillante comme toutes ces femmes qui se démènera pour trouver la somme astronomique de cinq mille dollars, s’interroge sur Haïti. « J’aimerais savoir ce qu’on nous fait payer ! Où allons-nous ?  Tout ce qu’elle sait c’est Haïti ne mérite pas ça et elle non plus »

L’écriveur-raconteur va dans un petit village perdu pour apprendre beaucoup sur la vie extraordinaire de Marie-Soleil. Nous sommes alors en plein réel merveilleux. Des chiens vont aller jusqu’à mieux agir que les hommes. « Nous les chiens, lorsque nous avons appris cette abomination, nous nous sommes regroupés pour trouver une solution. Si les hommes s’avéraient incapables de régler leurs problèmes, il nous appartenait de le faire à leur place. » Le pays est-il si « en chien » pour laisser à des non humains le soin de régler les problèmes quotidiens ? Tout au long du roman nous sommes interpellés par des réflexions pour tenter de comprendre ce drame que vit  Marie-Soleil et Haïti. Cet amour vécu avec un prêtre n’est il pas la malédiction qui poursuit Marie-Soleil ? Cet acte de rébellion de Haïti où les esclaves pour la première fois se sont élevés pour proclamer leur liberté n’est il l’objet de leur « malheur d’audjourd’hui » ?

L’écriveur-raconteur nous fait découvrir la poésie, lui qui est « un assemblage de mots. Une machine qui parle toute seule pour meubler le silence de la mort ». Il nous dit « je suis la nuit quand elle délire, le soleil quand il pleure et la pluie quand elle tisse la vie ». Plongé donc dans les larmes de cet-écriveur-raconteur assurément pas peut-être vous en sortirez éblouis et fasciné par ce pays qui n’a pas fini de nous émouvoir comme ces mots de Davertige « Elle avait des yeux d’outre-mer quand je l’aimais, je me suis longtemps attardé comme les algues à pieds de songes sur la margelle de sa présence… »

Les éditions Vents d’Ailleurs nous offre encore une fois un beau et bon livre avec ce « Le soleil pleurait » d’Ernest Pépin

 

 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 14:21

153 ans que nos ancêtres entamèrent ce long combat pour réclamer leur part d'humanité et en finir avec ce délit d'inhumanité que fut l'esclavage.

A l'occasion de ma participation à "L AUBE DES ESCLAVES..... UN 27 AVRIL 1848"

pour la première fois au Sénégal ce jour est commémoré pour rappeler la traite

voici un texte en créole traduit l'an dernier à l'occasion de CHELCHE KA SONJE

 

 

 

 

REPUBLIQUE FRANCAISE

Décret du 27 avril 1848

(Abolition de l’esclavage)

 

 

 

La Répiblik Fransé

Dékré 27 avril 1848

(Abolision lesklavaj)

 

Libèté, égalité, fratènité

An non pep Fransé, gouvelman provizwa ka déklaré ;

Kom lesklavaj sé an natanta kon dinité limanité (nonm ek fanm)

Lè’w opozé an moun réfléchi, i pa ka sav sa pou’y fè, ni sav sa i ni dwa ni.

Sé an violasion an flagran-déli prensip répibliken-an : libèté, égalité, fratènité.

 

Si’w wè yo pa pran dé mizi lamenm apré labolision-an, dlo pé dépasé farin é gro dézod pé pété.

 

I ka dékrété :

Artik prèmié

Lesklavaj ké aboli net, dan tout koloni ek tè Lafrans, dé mwa apré adopman dékré-tala. Lè dékré-a ké rivé dan sé koloni-a, tousa ki kat-pitjé, volé, wonn-bwa, tousa ki vann moun ki pa lib, ké dit ek entèwdi an fwa pou tout.

 

Artik dé

Sistem angajman a tan, yo té ka fè Sénégal, fini bon fini.

 

Artik twa

Gouvènè oben komisè jénéral Larépiblik ké ni pou aplitjé sé mizi-tala pou asiré libèté kisiswa Matinik, Gwadloup ek dépandans-li, La Réinion, La Giyàn, Sénégal ek dot établisman fransé asou lakot oksidantal Lafrik, Mayot ek dépandans-li, épi Laljéri.

 

Artik kat

Tout ansien esklav grasié, menmsi sé té an nonm lib ki té fè’y, yo pa té ké pini otan. Sa yo té dépòté ké pé déviré.

 

Artik senk

Lasanblé nasional ké réglé woté lajan i ké ba chak bétjé.

 

 

Artik sis

Lè sé koloni-a ké lavé bien prop, épi sé tè Lend la yo ké pé ni éli Lasanblé Nasional.

 

Artik Set

Prensip la ka fè kid épi an nesklav touché tè Lafrans, i ka afranchi, ké aplitjé dan tout sé koloni-a épi tout tè Larépiblik.

 

Artik yuit

Adan tan ka vini, pies fransé pé ké ni dwa ni esklav, ni pou achté ni pou vann non pli, pa menm palé di trafik oben dot leksplwatasion.

Tousa ki pa respekté sa pé ké sitwayen fransé ankò.

Toutfwazant , fransi ki anba entèdision-tala, ké ni an délé twa an pou ranjé zafè-yo. Sa ki trapé esklav an péyi étranjé, pa éritaj, pa mariyaj, esklav yo ba yo, ké ni pou afranchi-yo oben vann-yo adan menm délè twazan-an

 

Artik nef

Minis Lamarin épi lé koloni, minis ladjè, ké ni pou yo chak pòté mannev pou sa aplitjé dékré-tala.

 

Sa fet Pari, andidan Konsey gouvelman-an, le 27 avril 1848.

 

Manb gouvelman povizwa-a ,

Dupon (ki sòti L’Eure), Lamartine, Arman Marast, Garnié-Pagès, Albè, Mari, Ledru-Rolen, Flokon, Krémieu, Lwi Blan, Arago.

 

 

 

 

Sékrétè jénéral gouvelman povizwa, Pagnerre

 

Partager cet article
Repost0