Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 14:37

 kreolad scintillant

 

An Fas Bouk la

Dimanch gra, man désann anvil pou gadé kannaval, (man poko té paré kouri vidé). Zot pé ké kwè mwen, mé té ni yan kalté model kabrit épi dézié’y té ka pété an tet-li dret an fas mwen.

Yo di mwen sé té Vaval ki té an Fesbouk-la. Sé di la man konprann poutji a la radio tout simenn-lan, an sel chanté ou té ka tann sé té « An Fesbouk-la ».

Man pé di zot lè man té an fas Bouk-la man mantjé pété kouri. Es sé lapè ? Man pa sav, mé man rété doubout dwet san brennen. (érezman, pas kon an med man sé pé té an antré an fes bouk la)

Ni an boug ki ba mwen an bourad, ek i di mwen :

-         Avansé!

Man sòti la vitman mé pa pli avansé ki misié Rikilé; man té lé sav sa ki té kalté gro bet-tala. Asiré, sé pa té “Lelou” Djo-a. Té ni an boulmoun té ka suiv-li épi té ka chanté a pété gozié-yo. (Man pé ké répété sa pou zot pa di sé mwen ki di !)

 

Antouléka, dépi mèkrèdi oswè a minui kannaval fini net. Asiparé yo brilé’y apré avi doksè. Ni té ka fè wol, mé la té ni bon moun ki té ka pléré pou toutbon, pas lésans la vini pli chè é yo ka atann machandiz toujou ki anlè pòw-la.

 

Fok man di zot ki d épi dimanch tout moun té kon Vaval yo té an Fesbouk-la.

Man konnet an karnavalié ki té adan an sel estonmakman, lè i tann an group chanté yonndé lédjim manman. Antouléka misié di konmkwa I pa lé tann pale ni Facebook, ni Fesbouk mé di Bonda Kabrit.

Pipo apré an « Azipipi » vréyé an tichanté oti yenki sa ou té ka tann laradio. Misié di tou, érezdibonnè « Vouvoun té la » pas kannaval-tala té ké tris kon karantan Marni ka espéré. Dayè, ni jan kannaval ki mandé ladjé Marni pou’y alé ko….. (bann malélivé ! koté-a zot sav-la, bò fanmi’y-li).

 

Antouléka Vaval 2011-la té ni an tichans kanmenm (pa lavey nwel) mé mèkrèdi lésann. I batizé nouvo bò lanmè-a éti yo anvi kriyé Malécon pabò Lasavann. Mé difé pri an …… sé zot ka chwézi pou zot pa di sé mwen ki malélivé.

Té ni chanté laradio mé an vidé-a té ni dot kalté model ki pa té toujou djè prop. Dayè an malprop vini doubout an fas mwen, man fè malè viré do bay. I mandé mwen es I lé man vini ami’y asou Facebook. Man di’y non. Mé man pa ka di zot sa man di’y avan-an.

Jid

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 18:19

 

 

 

 

 

 

 

kreolad scintillant

 

Lanmizè o paradi


 

Sa ka chofé o paradi. Lendi pasé Sele pa té kontan. Misié té lé réfléchi pou fè touris viré Matinik, i jik anonsé 35 milion léro pou lé « Bâtisseurs de paradis ».

Karin édé Laréjion fè an won tab pou entérojé tout moun ka travay ba touris. Malérezman, lapresman i oubliyé envité sendika lotelri. Félis épi Filip pa pran sa dou kon siro. Epi dé militan CDMT, yo fè an kout touris; yo fo griy an bagay moun-an. Kon dé malélivé yo envité kò-yo, yo menm.

Lendi pasé, lé militan CDMT lansé an nouvo tib kannaval. Yo fè an chanté ba Yàn é man pé di zot sa pa fè misié plézi, mé pies toubannman. Misié té anrajé telman i ba direkté lotel Labateliè biyé palapenn-li. An boug ki sòti jik Montana é ki swadizan té fidel. Mi sa sé grévis-la té ka chanté :

-         « Monplézi enmen lotel (bis)

Lotel Labateliè sé pa an lavwari ».

Lè yo chanté sa, tout moun ki té Madiana pa atann jik jou pou té chanté « O Madiana », yo rantré an vidé-a lamenm. Yàn té anrajé pasé ayen, lè jounalis vini wè’y i di yo :

-         Lisez mon communiqué !

 

An bel ti-paradi kon Préchè, pa asou Lapwent- Lanma sa viré ka chofé sé jou-tala. Maslen épi Rojé, dé bon kouzen, yo déklaré ki an politik pa ni fanmiy. Sa ki pa krapo ni ka pa tonbé an ma. Ni an zafè jan Préchè ki pa ka rété Préchè éti Lajistis di yo pa pou voté Préchè. De tout fason sé sel koté Matinik yo ja konnet non konséyé-a, asiré sé ka an Nadeau. Toulédé ka ponmet paradi ba ti sè-yo.

 

Kom sé kannaval mi sa Pipo di :

-         Erezdibonnè, « Foufoun té la » pas anlè « Fesbouk-la » moun té ka fè bon kannaval !

Joko menm ajouté :

-         Sé an sel wélélé pas man ni anlo bagay an tj…..! ( zot ja sav, sé zot ki di’y).

Toupandan man té ka matjé Kréyolad-tala, man tann Fred, dèyè té ka chanté :

-         Lanmizè o paradi !

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 18:15

 

 

 

 

« Bef toujou bizwen latjé’y pou kouri dèyè mouch » fo pa janmen fè trop fos anlè branch prin-sitè.

timbre de voix

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 18:11

 

kreolad scintillant

 Prim

jou-tala an sel bagay ki an tet moun sé prim. « Prim lasirans » wosé, magré fonksionè ni « La prime de vie chère » sé yo premié ka wouklé.

Dokè té mandé « Prim de transpò » pou fanmiy-yo alé an Frans( pa abò bato mé pa avion). Pou yo té bout lagrev la, yo mandé an « Prime de fin de conflit à 750€ ».

Ni an doké ki di mwen :

-         Ou sav, moun jalou an péyi-tala ! Poutji yo pa ka mandé lé patron konmen yo ka touché ek sé nou lé ti-maléré yo ka mandé nou montré fich de pèy-nou ?

Antouléka, sa ka primé anlè pow-la sé prim, sa ki pa kontan ni ka fè dokè tou.

 

Ni an ti-jénes ki ni disétan ki ja ni twa tianmay, i pofité mandé an « prim pou jenn an sitiasion » pas pou li osi lavi-a chè. Sé kouch la cho é fok i ba ich-li senk fui pa jou. Dan tousa i pa ni lentansion ba-yo, ni mango, ni chadek, ni kosol, ni fig ajijéwè prinsitè. Manzel kon anlo moun ni bon difikilté pou tjenbé labriz ek jwenn « les deux bouts », menmsi, pou laj-li, i bien doubout.

 

Simenn lan fini épi an grev, i ka koumansé épi kou-tala lé anplwayé Framisima ki mété kò-yo an grev, pas sa ka fè vennsétan yo té ka risouvrè an « Prime de fin d’année » é kou-tala yo pa wè koulè’y. Lè patron-an di yo, pa té ni touris épi grev por-la, yo di sa pa ka gadé-yo.

Menmsi ni kannaval, simenm pasé tout sé boug politik-la pa lé kouri vidé avan yo genyen. « La prime au sortant » kivédi viré mété lé konséyé ki té ja la, pa oblijé rété menmsi sé pou an timoman. Lasanblé Inik ka vini ovantatè.

 

Dèlè man ka mété ka réfléchi titak é man ka mandé es sé dokè a pa risisivrè an « prime à la casse » ?

Sé pa pou achté loto nef, (yo pa bizwen sa tout katkat-yo pa ni plis ki kat mwa) mé pou yo pofité dépotjolé ti-lantoupriz, jennen bannann bétjé, toufè bannann ti-plantè, pekli konsomatè, dékalé timaléré ek kasé ékonomi Matinik.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 00:40

souvenirs-d-un-marron.jpg

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 00:12

9livresPENSER LE ZOUK

 

Synthèse

 

 

 

En 2010, un groupement d’artistes martiniquais, « Culture zouk » a déclaré l’année, année du zouk ; « 2010, Année du zouk ».

Il invitait tout un chacun en Martinique à mener des actions valorisant la culture du zouk.

Un groupe d’universitaires-chercheurs martiniquais, résidant en Martinique et à l’étranger, a répondu positivement à cette invitation dénotant une intention de responsabilité et d’action probante.

 

 

Le symposium pluridisciplinaire, « Penser le zouk », a été pensé, organisé et dirigé par Hanétha Vété-Congolo dans le cadre de, « 2010, Année du zouk ».

 

Toutes les sessions l’ayant composé se sont déroulées du 9 avril 2010 au 26 novembre 2010 à la Bibliothèque Schœlcher de Martinique.

 

Une retraite du comité scientifique de « Penser le zouk » s’est effectuée le 20 décembre 2010 à l’Habitation Clément de la ville du François, grâce au soutien bienveillant de la ville du François et de sa mairie.

 

Un tel symposium exclusivement sur la musique populaire moderne produite en Martinique n’avait jamais été tenu.

Pour le Comité scientifique, la tenue du symposium a constitué un acte et une prise de responsabilité consciente sur le plan de la connaissance et du savoir sûrs signifiants, et constructifs sur la Martinique.

 

Pourquoi penser le zouk 

S’étant manifesté au public à la fin des années soixante-dix, le zouk qui procède de l’ingéniosité artistique et créatrice de Martiniquais et de Guadeloupéens, est survenu dans des sociétés en transmutation économique, politique, sociologique et psychosociologique. Bousculant les idées admises sur les concepts, la représentativité et la représentation de l’identité et de la culture ; contribuant de manière inattendue à situer la Martinique et la Guadeloupe dans leur ère postmoderne et constituant irréversiblement le phénomène témoignant le plus patemment de la gémination des rythmes du passé et de ceux envisageables à l’avenir ; le zouk a, dès son introduction, constitué un stimulus provoquant des réactions extrêmes articulées discursivement par la génération la plus adulte. Les réactions sont à ce jour vives mais surtout dichotomiques et indiquent les états d’esprits générationnels. Il est de même commun que le zouk soit préjudicié au profit de formes musicales allochtones. Pourtant, cette manifestation culturelle présente d’une part, une homothétie culturelle et identitaire directe puisqu’elle prend source dans le centre homothétique traditionnel et d’autre part, elle survient comme survinrent en leur temps les attributs qui distinguent la personnalité martiniquaise et guadeloupéenne, soit de manière imprévisible, étonnamment grandiloquente, confondante et originale. Ainsi, dans le contexte de la société martiniquaise de plus en plus en relation élargie avec le monde globalisé, il est essentiel d’en étudier les linéaments, d’en examiner la signifiance sur le plan culturel, sociologique, philosophique, ethnologique, économique et psychologique.

 

 

 

 

 

Comité scientifique

La présidente du Comité scientifique est :

Hanétha Vété-Congolo

 

Le Comité scientifique est composé de six (6) membres.

 

Les membres du Comité scientifique sont :

  • Dominique Cyrille (Ethnomusicologue, Lehman College CUNY, New York USA/Université des Antilles et de la Guyane, Guadeloupe)
  • Patricia Donatien-Yssa (Caribéaniste-angliciste, Université des Antilles et de la Guyane, Martinique)
  • Juliette Sméralda (Sociologue, Université des Antilles et de la Guyane, Martinique)
  • Jean-Georges Chali (Comparatiste-caribéaniste, Université des Antilles et de la Guyane, Martinique)
  • Olivier Pulvar (Sociologue, Université des Antilles et de la Guyane, Martinique)
  • Hanétha Vété-Congolo (Africaniste, caribéaniste, francophoniste, comparatiste, Bowdoin College, Maine, USA).

 

Intervenants

Marie-Denise Grangenois

Jocelyne Béroard

Wilfrid Fontaine

Harry Diboula

Gabriel Cibrelis

Dominique Cyrille

Patricia Donatien-Yssa

Juliette Sméralda

Jean-Georges Chali

Olivier Pulvar

Hanétha Vété-Congolo

 

 

Communications scientifiques

Cinq communications sur six programmées ont été faites dans des champs de recherche universitaires se situant dans les sciences de l’Homme, c’est-à-dire dans les disciplines académiques des sciences sociales et des sciences humaines.

 

 

Communications et objets :

  • La musique créole : un marqueur de l’identité 

Cette intervention a démontré que le zouk est une adaptation nouvelle, heureuse, productive et créatrice de ce que savaient faire les aînés dans les bals des casinos. Les agents du zouk ont su démontrer une grande capacité progressiste et combinatoire d’alliance signifiante entre l’ancien et le nouveau pour l’équilibre et l’identification culturelle. Le zouk s’inscrit dans la continuité d’une tradition ancrée et ainsi, bien que produit postmoderne, il est syllogistiquement un produit traditionnel.

 

  • Zouk et communication : marquer le monde en musique à l’ère de la grande écoute 

Cette intervention a démontré la manière selon laquelle, dans le monde de marchandisation, de grande communication, de standardisation et d’uniformisation le zouk maintient le spécifique tout en assurant la relation avec les modèles standardisés.

 

 

  • La femme et l’homme du zouk : vers une vision postmoderne de la relation ou l’‘envisonnement’ d’une socialité autre ? 

Cette intervention a proposé une critique thématique de textes de zouk traitant de la question de la relation entre l’homme et la femme pour en cerner les signifiances discursives et les implications sur le plan de l’imaginaire, du conscient, de l’inconscient, du symbolique, de la sociatrie et de la psychologie de même que pour en situer la valeur épistémologique et herméneutique. Elle a montré en quoi le zouk se fait l’agent de développement psycho-social personnel et collectif postmoderne et ce en quoi il est un agent constructeur ou un indicateur de la socialité martiniquaise.

 

  • Le zouk : courroie de transmission de malaises qui ne sont pas « exportables? 

Cette intervention a proposé une analyse sociologique des « problématiques » traitées dans et par le zouk, en prenant en compte les catégories générationnelles qui les traitent et les modes de traitements auxquels ces générations soumettent ces problématiques.

 

  • Ti-bwa, chacha et tanboudibas dans la zoukans : l’identité d’hier dans l’identité d’aujourd’hui  
Cette intervention a mis en évidence la manière selon laquelle la formation particulière du zouk a répondu aux caractéristiques singulières marquant indéniablement les propriétés identifiantes intrinsèques aux peuples de Martinique et de Guadeloupe. Elle a démontré combien les perceptions ayant conduit à la longue mésestime publique du zouk procèdent du fourvoiement.

 

Rencontres

En plus de ces communications universitaires, se sont tenues une table ronde avec des interprètes et des compositeurs de zouk (Jocelyne Béroard, Harry Diboula, Wilfrid Fontaine) et une rencontre littéraire présentant le roman de Judes Duranty, Zouki : d’ici danse.

 

Conclusion

Le Comité scientifique invitait à une parallaxe, soit à un changement de perspective sur le zouk. Les travaux fournis et les discussions durant le symposium lui ont permis de parvenir à cela. Les travaux ont permis de spécifier et de préciser des éléments constitutifs de la culture du zouk. La valeur épistémologique du zouk a été mise en avant.

 

Le public a été nombreux lors de toutes les sessions et a ainsi démontré qu’il existe une problématique du zouk d’intérêt.

L’un des faits marquant dont le symposium a permis l’identification est la passion ressentie pour les questions liées au zouk. Le zouk ne laisse pas indifférent et les positions le valorisant ou le dépréciant sont extrêmes. Cela s’est manifesté amplement lors des interventions du public. Cette attitude vis-à-vis du zouk rend la recherche sur le sujet urgente et indispensable d’autant plus que malgré le rejet encore audible, le zouk est parvenu au fleurissement autonome et s’est impatronisé. Il s’est posé en institution culturelle.

 

La présence soutenue durant l’année du public martiniquais est sans doute un indice de la volonté populaire d’impulser les métamorphoses productrices et d’agir fermement en faveur de l’amplification des attributs de la société.

 

La participation effective et systématique du public a fait ressortir un nombre de questions et de questionnement important notamment sur l’origine du zouk, sur l’étymologie et le sens du terme ‘zouk’, sur sa fonction sociale, sociétale, sociologique, politique, économique mais aussi sur la part psychologique qu’il assume dans la construction du comportement psychoaffectif chez l’homme et la femme de même que sur leur behaviorisme relationnel tel que celui-ci est lié à la production et au développement personnel et collectif.

            

La filiation incontestable entre rythmes et cultures traditionnels et zouk a été mise en évidence.

Il ressort aussi que le zouk est bien un phénomène de solidification et de représentation culturelle.

 

Le zouk est une production et marque une productivité. Il est aussi un symbole dont le sens et la signifiance peuvent s’adjoindre aux autres symboles de représentations culturelles, comme la langue créole, et entrer dans le paradigme de théorisation de l’identité. Le zouk est une instance identitaire spécifiante.

Le zouk est bien un propulseur et un acteur de développement économique autant qu’il est un agent sûr de positionnement politique, c’est-a-dire de posture philosophique dans le monde.

 

Ainsi, nous identifions clairement les attributs du zouk et lui reconnaissons un significatum, une portée épistémologique et phénoménologique signifiante c’est-à-dire, une importance, une valeur et un sens indéniables et profonds découlant de l’étude critique sans jugement moral de ses propriétés.

 

Il convient d’assumer sa productivité et de comprendre encore plus le caractère et le sens de sa production.

 

D’où que la réflexion continue afin de préciser la fondamentalité du zouk.

 

 

Diffusion des travaux

Toutes les sessions de travail ont été enregistrées et filmées par les soins de Jocelyn CATAN.

Certains enregistrements audio et vidéo seront diffusés sur la grande toile électronique.

 

Dans un deuxième temps, un appel à contributions international sera lancé afin d’élargir la réflexion et de permettre aux chercheurs du monde de proposer leurs travaux sur le zouk.

 

Dans un troisième temps, les Actes du symposium seront publiés par les soins du Comité scientifique, prévisionnellement, selon le calendrier académique de 2012.

 

 

 

Remerciements

Le Comité scientifique remercie vivement :

 

Le public martiniquais

Tous les intervenants

Tous les modérateurs et toutes les modératrices

Jocelyn Catan

Le Conseil général

Le personnel de la Bibliothèque Schœlcher

La Directrice de la Bibliothèque Schœlcher

La Mairie du François

René-Charles Suvélor (Benny)

Le groupement Culture Zouk

Les média

 

 

Bilan fait par Hanétha Vété-Congolo au nom du Comité scientifique de « Penser le zouk »               Le 8 mars 2011

Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 10:33

kreolad_scintillant.gif

Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 00:16

annee-avec-judes-copie-1.jpg

 

Mars 2004-Mars 2011 cela fait 7 ans que  KREYOLAD, sous la plume de Jid dans ANTILLA, s’est imposé comme une petite séance hebdomadaire de lecture pratique du créole.

Les lecteurs assidus sont tous des champions en lecture, peut-être même en écriture qui sait ? Quoiqu’il en soit ils pratiquent « Bel lang nou an » san tren ni dézod, obidjoul an manniè nawflaw.

Beaucoup de lecteurs réclament un recueil de KREYOLAD qui sans doute viendra un jour. Une telle publication dans un contexte « d’analphabétisme en créole » ne pourra se réaliser sans le support des lecteurs eux-mêmes, de tous les militants du créole et enfin tous les amoureux de cette belle création linguistique.

Les KREYOLAD qui s’accompagnent de BEL POVEB KREYOL commencent à être considérés, non comme une vulgaire kouyonad kréyol, mais comme une chronique créole « sérieuse » en tout cas censé refléter un pan de notre culture. Même si son créateur n’est pas encore  « sérié » (pas i  poko lonjé adan konplé mahogany-a), il est loin de se prendre au sérieux (sé pa an latjéprétet).

L’excellent travail d’analyse réalisé par Nicole Ish, lors du colloque organisé par le GRECFAV en 2008 sur le thème « REALISME ET MODERNITE DANS DES ECRIVAINS CARIBEENS ET PANAMERICAINS » atteste de cette nouvelle vision sur ces textes créoles. Nicole Isch, professeure de lettres classiques, Docteur en science du langage avec une certification en FLE actuellement en Nouvelle Calédonie l’avait bien montré dans sa communication intitulée :  Le spectacle de KREYOLAD . Les lecteurs intéressés sont donc invités à se rendre sur le site : www.potomitan pour de plus amples précisions.

Je profite de l’occasion pour remercier la direction d’ANTILLA (MM, Henry Pied, Alfred Fortuné et Gérard Dorwling-Carter) qui m’a permis de débuter cette riche et passionnante aventure et de la poursuivre encore aujourd’hui. ANTILLA est aujourd’hui le seul journal  avec une rubrique créole régulière depuis 7 ans (sa ki pa kontan toufé).

Je ne saurais oublier également, Raphaël Confiant, Francesca Palli et Gérard Dorwling Carter qui ont permis aux Kréyolad de s’ouvrir et se répandre sur la toile par leur site respectif : Montray kreyol, Potomitan et Meetaw.

An lanmen ka lavé lot, dé  lanmen ka lavé an fidji,

Annou kontinié vréyé kreyol douvan, pa selman an djel !

 

Jid

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 13:48

LIVRE OUVERT SUR LA BD

 

 

Dans le cadre de ses animations autour du livre, la Bibliothèque municipale de Schoelcher a proposé à ses lecteurs une exposition de planches de Bandes dessinées, celle de l’ouvrage 1870 : l’insurrection du sud de JOZ. L’auteur a rencontré son public autour de la projection d’un DVD montrant les grandes lignes de ce pan de notre histoire.

 

José Clavot qui est connu comme peintre est aussi un des premiers dessinateurs de BD afro antillaise. En effet, il a rappelé un parcours riche mais discret de dessinateur auprès de beaucoup de revues du tiers monde comme par exemple Croissance, Jeunes Nations, Afrique-Asie, Différence, Sans Frontière et le quotidien panafricain Continent. Le public présent a découvert le fondateur de la première revue de bande dessinée antillaise DJENO qui paraissait en 1976. Sous le pseudo de JOZ, il ose vraiment s’aventurer dans l’aventure de la publication puisqu’il va même publier en 1974 dans la revue CHARLIE.

Quand on connaît le parcours, de cet ancien élève de l’École d’ Arts Appliqués de Corvisart qui a d’ailleurs obtenu un « Master Degré » de l’Université Paris VIII on n’est pas étonné du résultat tant en peinture avec son travail sur la couleur. Il a d’ailleurs encore par défi, proposé 101 visages de la Montagne Pelée. En effet, dans un journal il était rapporté qu’un peintre japonais qui avait fait cent portraits de la Montagne Pelée ne pouvait être égalé en beauté. Il en a proposé cent plus un pour dire JOZ, c’était sa manière d’oser, en posant un acte pictural au pastel.

 

Beaucoup ont en mémoire l’émission Images Caraïbes organisé par le Conseil Général, c’est lui qui a signé la Bande annonce, puis remporté le concours de celle du festival du FESPACO en 1991.

Cet homme discret nous propose sa BD auto produite 1870. La meilleure récompense à ce travail acharné et passionnant qui contribue à la connaissance de notre histoire, est de se procurer ce beau joyeux pictural.

 

De l’avis du public présent ce soir là a la mairie de Schoelcher, beaucoup de Martiniquais et de gens d’ailleurs jeunes et moins jeunes mériteraient à connaître cette bande dessinée qui rappelle un fait historique important pour le pays.

 

Le responsable de la Bibliothèque municipale après avoir remercié le public conquis, et fidèle à cette rencontre littéraire a dores et déjà donné rendez-vous pour le prochain A LIVRE OUVERT. Il sera consacré à l’auteur Jean-Charles Pamphile autour des deux tomes de sa saga « Souvenirs d’un marron » le vendredi 19 mars 2011 cette fois à la Bibliothèque à l’anse madame.

 

P1110666.JPG

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 14:36

 

 

 

 

timbre de voix

 

 

« Sé lé pli jòn an grap-la yo ka vizé » tout konsomatè Matinik viré konnet sa dépi tjenz jou.

Partager cet article
Repost0