Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 15:17

Konba kok

 

Dé dépité pa asou Lafrans ki té bizwen yo kom palé di yo, alé dépozé an propozision pou an lwa kont konba-kok. Sé madanm-tala pa lé tann palé di, ni konba-kok, ni kokeleur ajijéwè kokè. Yo di sa sé an krim kont bet.

 

Lé anmatè kok pa ka rivé dòmi. Jik Aleksandra pa rivé ba misié Jako lapawol asou RFO. Toulématen, misié ka ba’y  nouvel asou la kok ka bat an pit.

Misié Jako téléfoné sé dépité-a é yo pies pa ka réponn.

Téléfòn Serjo plen épi mésaj.

Ta Chaben-an pa menm palé. Misié pa ka réponn é asiparé i anrajé kon an kok gwo-siro lè i tann sa. I té ké vini wouj kon an fizan.

Kantapou Lwijo épi Alfred sa ka sonnen otjipé sé van, sé mésié toujou pann adan an téléfòn.

Ni yonn (man pé ké nonmen non’y pou zot pa di sé mwen ki di yo di pou man pa trapé dézagréman. Pas man sav sé jou-tala man chansé kon an kok kalagway ki ped konba’y).

Man té ka di zot, asiparé dépité-tala ni an jes teknik, lè i pa lé palé ba’w, i ka pran téléfòn li akondi i ni an napel ek i ka mété’y bò zorèy li pou fè’w konprann i otjipé.

Anfen, sé an teknik pou i pa antré adan pies konba san baton, ni dan pies pit san bon zépon.

 

Vandrèdi ni an lot jé ka sanm konba kok pas ni moun ka payé otan lajan ki andidan pit. Sé kok la ni non péyi. Asou kok Lafrans-la, poulemoman anlo moun pa ka djè fè fos.

Yo ka atann toujou. Yo pa anvi ped lajan-yo ki ka vini pizanpi ra kon neg a zié blé oben kon zé bourik.

 

Sel ba          gay,  man konnet yonndé moun ki ja ka tonbé léta ek trapé bon maltet. Pandan tout mwad juen-an yo pé ké menm pé wè fèyton-yo alez kò-yo. Ni match ki pou fet a menm lè a an redifizion. Sé boug la ki pa ni tan wè’y lajounen-an ni lentansion gadé’y apré travay.

 

Asiré lakoup-dimond ka fè bladjè, anmatè foutbol ek chien-boul plézi, mé sa ka mété dézod adan ménaj.

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 15:02

 

 

timbre de voix-copie-1Adan zafè nouvo asanblé-tala ki ké vini an, « sé pa tou di antré, sé sòti ki met »

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 15:01

Pétrolet an vèdet

 

Sé jou-tala pétrolet Madinina an vèdet. Sé chofè-a pété lagrev pas ni trop jennjan ki ka simen vakabonajri abò. Pa ni sékirité, ek sel bagay ki rété-yo sé rété atè pou trouvé an solision. Yo mandé wosé salè-yo, mé patron-an di sa pa posib pas lantoupriz la an kaka-kok.

Bagay la ka vini ankò pli bandé chak jou ba tout moun. Jik lanati an banbanm. Anni gadé toupatou blan épi labrim-sab.

Zafè tan blan-tala pa ka anonsé bon bagay. Sé sa Odjis di, pas asou Trinité an gro kachalo tounen vant-blan lans Granjan. Es sé pas la ni trop gran jan ?

Si zot sav fè di mwen.

Odjis di tou :

-         Tan blan-tala épi chalè-tala, asiré sé pou di nou pengad périod siklòn-la ka vini a !

Tousa sé pou nou paré kò-nou épi tousa ki fo pou tan siklòn.

 

Gy Ano né an bon jou sé li sel anpami sé 5 kanton ki pasé flap, o prèmié touw. Lèrestan sé kandida a ka djoubaké toujou ; pou yo tousa red pas moun pa ka pran dlo mousach pou let ankò.

 

Se.Le. épi Klod lé préparé Lasanblé inik. Yonn lé plis lotolomi, lot la lé plis éli ; mé yo toulédé dakò pou prochen prézidan-an ni plis lajan pas sa pé ké rédi chez bò tab. Antouléka fok yo ké tonbé dakò, pas lè yo ké alé douvan Niko, la pé ké ni tjansé ni bégéyé.

Toupandan lajénes ka pran bon fè lé prézidan ka kontinié doubaké , mé es Matinik ka vansé ?

Ni an prézidan ki lé mandé gouvelman tousa i pé pou ni plis lotolomi. Magré pep la di i lé rété adan le 73, bien ocho dan bra Lafrans.

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 14:28

 trouillot0002-copie-1.JPG

 

 

 

L’expression totale de la mémoire

 

 

 

 

Evelyne Trouillot a choisi une période sombre de son pays pour nous offrir une œuvre littéraire lumineuse par le truchement de son dernier roman : La mémoire aux abois aux éditions Hoëbeke.

 

 

 

Cette mémoire a choisi pour se dévoiler et peut-être se guérir un lieu symbolique, un hôpital parisien. Une jeune infirmière d’origine quisquéyenne est en présence d’une patiente particulière, la veuve de l’ancien dictateur. Cette infirmière n’est autre que la fille de Marie-Carmelle qui a perdu son mari troué de balles de miliciens. (Le rappel du nom de Quisquéya, Boyio  « mère de toutes les terres » donné par les Taïnos n’est pas anodin. L’auteur nous rappelle cet épisode historique où le pays était unifié avec plusieurs caciquas).

 

Visuellement nous pénétrons deux univers de mémoire qui s’expriment tour à tour par deux polices de caractère. La veuve s’exprime en italique et Odile, la fille de Marie-Carmelle, en lettre pleine ; sans doute pour donner la pleine mesure de cette souffrance endurée par la population quisquéyenne sous la dictature dorévaliste.

 

 

Le lecteur trouvera curieux de cette présence/absence du président dont le nom est suggéré. La prudence semble encore de mise, on ne nomme pas la bête quand on est dans les bois. Palé pa nonmen non pésonn. Mais paradoxalement, le fait de ne pas en parler rend très présent le personnage présidentiel dans toute sa terreur relayée par les VSN (Volontaires de la Sécurité nationale) et les macoutes dont on semble se méfier encore aujourd’hui. Depuis la capture de Toussaint Louverture les gens de Quisquéya savent que si l’arbre est tombé, les racines ne sont pas pour autant mortes.

 

 

 

Le nom du président est masqué mais le lecteur n’est pas dupe, il sait qu’il se trouve dans la première république noire dans les années 1957 jusqu’en 1986. Odile nous dit :

 

"Toutes les histoires des doréval viennent me remplir la tête. Tous ces récits déversés au creux des draps entre la maison et l'école, de la cuisine et la chambre, de Port-au-Roi (pas Port-au-Prince) aux Antilles, de la Martinique à la Métopole"

 

Il semble que les enfants nés sous la dictature ont intégré le fait qu’il valait mieux ne pas parler ouvertement du régime. Les personnages clés du régime sont suggérés. On peut se féliciter que cette génération qui a fui le régime décide enfin d’écrire sur cette période tragique de Haïti.

 

Cette double mémoire vécue par une victime du régime et une proche de l’artisan du régime nous donne la pleine mesure de cette vie de deux strates sociales, celle du pouvoir et celle du quisquéyen lambda. Ces deux points de vue contradictoires nous font saisir la complexité de ce pays. D’une coté les miliciens et leurs influences magico-religieuses, de l’autre ce peuple quisquéyens qui trime au quotidien pour jouer à tromper la faim.

 

Cependant il convient de s’interroger sur cette mémoire. Ces mémoires ne sont elles pas finalement deux solitudes qui avancent en parallèle loin de leur patrie ?

 

 

 

A travers ce roman Evelyne Trouillot nous plonge avec bonheur dans ce moment terrible de l’histoire d’Haïti. Elle permet au lecteur de « vivre sans cette charge oppressante qui lui a été léguée ». Lorsque « la mémoire se libère aujourd’hui et (elle) m’apporte un souvenir inattendu tel un sortilège heureux ».

 

Avec ce roman, Evelyne Trouillot nous montre l’importance de la mémoire qui permet autant de déconstruire un passé peu reluisant pour une reconstruction de l’être d’aujourd’hui. C’est assurément une belle fleur littéraire que nous offre Evelyne Trouillot qu’elle extrait de ce terreau de terreur qu fut la période Duvaliériste, que dis-je Dorévaliste. Enfin, lecteur plongez-y allègrement dans cette mémoire pour mieux comprendre la Quisquéya, ou l’Haïti d’aujourd’hui.

 

 

 

 

La mémoire aux abois, éditions Hoebecke, 2010

 

ISBN  9782-84230-384-6 18€

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 15:24

 

 

 

 timbre de voix

 

 « Wonm pa ka boulé karaf » sé sa sé krabiè a ki ni labitid pran mantou a di ba sé vétérinè a.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 11:10

Lapannkot

 

Anlo mantou té ka fè zafè-yo an gou-yo pas la DSV mandé pa péché yo. Lé zotorité mandé pa manjé yo, pas yo té ka mò kon mouch. Tousa pa fè Ogisten ni cho ni fret. Dépi ti-bolonm i ni labitid alé dan mang-la.I alé kolé mantou’y kon i ni labitid. I jik di sé vétérinè-a, i pé montré-yo ki mangrov la pa ni ayen.

Antouléka, dimanch ek lend lapannkot sé an matoutou mantou i manjé. Kantapou Jistilien 22 mé i mandé yo libéré péyi-a épi klordékòn la yo mété an sé tè a. Misié alé wè Mouvman Entènasional pou la Réparasion (MIR) pou mandé yo mété a adan gran lis réparasion-an. Gas di :

-         Sa pa an revandikasion sérié !

Jistilien mandé’y :

-         Es ou ké goumen pou Leclerc, an boug ki sòti lotbodsay ek ki santi i pé vini fè an lajan Matinik, enstalé kò’y isi a. Misié wè lo vakabonajri-tala adan pri machandiz ki pli chè pasé Lafrans, i di :

-          - Man ké vini pou fè kon Laréyinion !

Es i ké sa pété bra sé gro-mòdan-an ka fè gou-yo épi lidé-yo ?

Es lésans la ké mwen chè ?

Asiparé LASARA pa ka fè moun péyé asé lajan lésans.

Ti-boutik man Mano-a pa ka rivé suiv, i pres fèmen pou bon.

Sa pa asiré, pas anlo moun ni labitid kouri an libsèvis, lè Leclerc ké vini es sa ké pli klè ? Si i bon  a wè’y !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 17:06

 

 

 

 

Bèlè lisid

 

Georges-Henri LEOTIN

 

 Photo JudeB-l- lisid

 

Georges-Henri Léotin a choisi une musique délaissée, endémique puisqu’on la retrouve principalement aux Anses d’Arlet pour le cadre de son nouveau roman Bèlè li sid.

Ce chant habituellement triste, raconte la vie tout simplement d’un personnage du début du siècle : Maria-Klara. Le dernier chapitre qui donne son titre au roman commence ainsi : « Bèlè lisid, chanté grav, chanté rèd épi dous ». A travers cet hommage à la terre du sud où l’auteur puise ses racines, il veut nous rappeler sans doute combien cette terre est celle de la révolte avec l’insurrection du sud; une terre de gaoulé avec les révoltes du Diamant dans sa terre aride parce qu’elle s’est toujours battue. Avec le chant bèlè lisid, Cette terre veut rappeler combien elle n’oublie pas les ancêtres. Cette visite de la mémoire se fait à travers plusieurs personnages

Marie-Klara un personnage simple, petite gens « ki té toujou maché dwet kon pitjet ». Elle était même arrivée à l’obtention d’un travail intéressant pour l’époque : sigrétè lanméri. De là elle percevra la force des liens familiaux qui l’adoptera à demeurer dans la simplicité surtout quand elle découvrira toutes les horreurs comme la mortalité infantile très grande au début du siècle.

L’auteur nous dit précisément «  an bon chien pa ka tonbé anlè an bon zo, ni an nonm ki fè lavi Mari-Klara chalviré tjou-pou-tet » Mari-Klara fera la rencontre de Ajénor Granfal. « misié té agoulou ki té ni grangou, mé tou an gro….an non di : lapéti fanm. » Personnage emblématique d’une petite bourgeoisie de l’époque qu va faire comme une certaine race d’homme qui se fourvoie en couillonnant les femmes. Ont-ils disparus ? N’étaient-ils que du sud ? L’auteur laisse le lecteur y répondre.

 

L’auteur à travers le personnage Marie-Klara semble nous dire :

Fanm ka tonbé pa janmen désespéré. Maria-Klara ka tonbé mé kon an chatenn. Sé lè i ké pati ayé i ké dékouvè fos mizik bèlè lisid la.

Comme dans la strophe d’un bélé mise en exergue l’héroïne va noyer son enfant. Le lecteur va sans doute s’interroger sur cet acte. Cette « noyade » est-ce une offrande à une divinité qui aurait disparue du paysage du sud ? Est-ce un crime réel ?

C’est une incursion dans le mystique avec l’énigmatique Papa Simbi, divinité de l’eau dont on ne soupçonne même pas l’existence. La sécheresse du sud ne viendrait elle pas de l’oubli de cette divinité ? Akondi pawol la « sa ou pa sav gran pasé’w »

Ce roman d’une centaine de pages va permettre au lecteur de faire un voyage certes rapide mais profond. Il aura tout le loisir de revenir sur cette belle écriture créole comme dans Mango Vèt.

Dans Mémwè latè GHL nous rappelait déjà combien ce thème lui était cher avec Bèlè lisid il nous convie à une lecture créole d’une grande fluidité. Quelques mots « rare » mais authentiques peuvent nous ralentir mais le lexique est là pour suppléer cette incompréhension passagère. L’auteur avec fluidité nous offre des quintes de rire de tanzantan, lwenzalwen comme ce passage à la page 38 où le personnage se voulait un français plus français tu meures !

« Kifè délè menm, lakrent mété an mo kréyol andidan plodari fransé té ka moun di : « Petite Volure » pou Tivoli, tutulaire pou titulaire, Albeur pour Albè, Jules menm lè prénon an sé té Gilles ».

 

Les publications créoles sont rares « kon neg a zié blé », ou encore comme des «zé bourik » plongez-y allègrement, bravman pour encourager ceux qui au-delà de l’écriture pose véritablement un acte militant.

Georeges-Henri Léotin a publié aux Editions DEZAFI sa propre maison d’édition asiré pa pétet zot ké pasé an bel moman litérati kréyol0.

Sipòté Joko sé rédé an Léoten pou tout chantèz bèlè lisid kontel Espénizàn. Mési Joj-Anri

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:56

Bèlè lisid

 

Georges-Henri LEOTIN

Photo-JudeB-l--lisid.jpg

Georges-Henri Léotin a choisi une musique délaissée, endémique puisqu’on la retrouve principalement aux Anses d’Arlet pour le cadre de son nouveau roman Bèlè li sid.

Ce chant habituellement triste, raconte la vie tout simplement d’un personnage du début du siècle : Maria-Klara. Le dernier chapitre qui donne son titre au roman commence ainsi : « Bèlè lisid, chanté grav, chanté rèd épi dous ». A travers cet hommage à la terre du sud où l’auteur puise ses racines, il veut nous rappeler sans doute combien cette terre est celle de la révolte avec l’insurrection du sud; une terre de gaoulé avec les révoltes du Diamant dans sa terre aride parce qu’elle s’est toujours battue. Avec le chant bèlè lisid, Cette terre veut rappeler combien elle n’oublie pas les ancêtres. Cette visite de la mémoire se fait à travers plusieurs personnages

Marie-Klara un personnage simple, petite gens « ki té toujou maché dwet kon pitjet ». Elle était même arrivée à l’obtention d’un travail intéressant pour l’époque : sigrétè lanméri. De là elle percevra la force des liens familiaux qui l’adoptera à demeurer dans la simplicité surtout quand elle découvrira toutes les horreurs comme la mortalité infantile très grande au début du siècle.

L’auteur nous dit précisément «  an bon chien pa ka tonbé anlè an bon zo, ni an nonm ki fè lavi Mari-Klara chalviré tjou-pou-tet » Mari-Klara fera la rencontre de Ajénor Granfal. « misié té agoulou ki té ni grangou, mé tou an gro….an non di : lapéti fanm. » Personnage emblématique d’une petite bourgeoisie de l’époque qu va faire comme une certaine race d’homme qui se fourvoie en couillonnant les femmes. Ont-ils disparus ? N’étaient-ils que du sud ? L’auteur laisse le lecteur y répondre.

 

L’auteur à travers le personnage Marie-Klara semble nous dire :

Fanm ka tonbé pa janmen désespéré. Maria-Klara ka tonbé mé kon an chatenn. Sé lè i ké pati ayé i ké dékouvè fos mizik bèlè lisid la.

Comme dans la strophe d’un bélé mise en exergue l’héroïne va noyer son enfant. Le lecteur va sans doute s’interroger sur cet acte. Cette « noyade » est-ce une offrande à une divinité qui aurait disparue du paysage du sud ? Est-ce un crime réel ?

C’est une incursion dans le mystique avec l’énigmatique Papa Simbi, divinité de l’eau dont on ne soupçonne même pas l’existence. La sécheresse du sud ne viendrait elle pas de l’oubli de cette divinité ? Akondi pawol la « sa ou pa sav gran pasé’w »

Ce roman d’une centaine de pages va permettre au lecteur de faire un voyage certes rapide mais profond. Il aura tout le loisir de revenir sur cette belle écriture créole comme dans Mango Vèt.

Dans Mémwè latè GHL nous rappelait déjà combien ce thème lui était cher avec Bèlè lisid il nous convie à une lecture créole d’une grande fluidité. Quelques mots « rare » mais authentiques peuvent nous ralentir mais le lexique est là pour suppléer cette incompréhension passagère. L’auteur avec fluidité nous offre des quintes de rire de tanzantan, lwenzalwen comme ce passage à la page 38 où le personnage se voulait un français plus français tu meures !

« Kifè délè menm, lakrent mété an mo kréyol andidan plodari fransé té ka moun di : « Petite Volure » pou Tivoli, tutulaire pou titulaire, Albeur pour Albè, Jules menm lè prénon an sé té Gilles ».

 

Les publications créoles sont rares « kon neg a zié blé », ou encore comme des «zé bourik » plongez-y allègrement, bravman pour encourager ceux qui au-delà de l’écriture pose véritablement un acte militant.

Georeges-Henri Léotin a publié aux Editions DEZAFI sa propre maison d’édition asiré pa pétet zot ké pasé an bel moman litérati kréyol0.

Sipòté Joko sé rédé an Léoten pou tout chantèz bèlè lisid kontel Espénizàn. Mési Joj-Anri

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:47

Kréyòlomaj

 

  

 

  

 

Jean-Bernab--2.jpg

 

ba

 

Jan Bernabé

 


 

Misié Jan

 


 

 

 

Misié Jan, ou ba nou an grafi pou nou pé sa grapiyé yonndé mo kréyol ki la ka marot kon sèvolan a lafen lasèzon. Epi grafi-tala ki ka kontinié vansé pianm pianm, mé i ka vansé pas si nou pa ni an bon zouti pou nou matjé, nou kondisiré an mason san tiel ki lé fè an masonn pou kréyol la pa dégrenngolé.

 

Lè ou té mété an métod pou matjé kréyol-la, ni moun ki di ou pa jan isi. Jik ni yonndé moun ki grafiyen’y :

 

-         Sa ki rivé misié, la i sòti, sa ki mandé milat la matjé lang nou-an. Talè pou moun sa pran’y anlè nou !

 

Ni anlot ki mété grenn sel li :

 

-         Misié sé jan Berna B….

 

An boug di tou fò :

 

-         Bégéyé ped!

 

Mi sa monboug di :

 

-         Man pa ka di sa ki dèyè’y la pou yo pa di sé mwen ki di !

 

Sé ki nostrom rété bouch bé, pas anlo mo kréyol té ka goumen kon chat meg dan zaboka vet pou té sòti. Bétiz, Bédji, Bénévol, Bénéfis…

 

Anfen akondi pawol la, asiré yo pa ka vréyé woch an pié basiyak ki vid.

 

Té ni an gran-nonm ki di épi tout lépésè sajes li :

 

-         Ga misié, i  lé galfété gomié kréyol ki la ka fè dlo. Lè ou té di fo matjé kréyol-la pas i ka foukan, ni moun ki  fè popagand pou di : Misié Jan sé an gadè-zafè ka fè mové séyans.

 

Mé zié’w té ja wouvè, pas avan ou té lapen ou té ja garenn. Fa fransé a kléré lannuit-ou mé i pa rivé garé’w pi fon. Ou té sav kréyol sé an nonm bodzè, an fanm ganmé prézantab anlè tab kon anba tab.

 

Menmsi ou goumen red pou KAPES kréyol-la man pé ké vréyé’y Kapes, sé moun enpiok ka monté la an chanjmandè, ou djok toujou ek ou anfom kon an graj nef.

 

Jan, ou sav dé lè lari tret, kidonk pengad lè ou ka pati laritret. Kontinié matjé pas ou sé an boug Fondal Natal ki ba nou Fondas Kréyol-la ; kisiswa épi La fable créole oben La graphie créole an manniè obidjoul épi « Précis de syntaxe  créole».  Zié-nou limen kon limiè bètafé lè nou li Bailleur d’étincelle, menmsi sa ba nou   an Malgeste des mornes. Epi dé konpè kon Patrik épi Afarel ou fè « Eloge de la créolité » tousa pou nou bokanté Le partage des ancêtres kon Mémé ek ….

 

Apré an lavi wouchach alantou kréyol, asiré atjolman ou ké ni tan pou matjé liv kréyol la nou atann-an kon tè sek an tan karenm.

 

Fè vit pou matjé’y!

 

An natandan, gras a wou, Jan man ka kontinié vréyé dé ti-kamo épi kréyòlomaj-tala ki sé an bel ti-mang ka mi an soley Matinik.

 

Mèsi!

 

Misié Jan man kriyé’y!

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:32

  

timbre de voix« Padon pa ka djéri bos, mé palé ka djéri bles ». Menmsi «krab manké yon pié sa pa opozé’l maché ».  

Partager cet article
Repost0