Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 15:24

 

 

 

 timbre de voix

 

 « Wonm pa ka boulé karaf » sé sa sé krabiè a ki ni labitid pran mantou a di ba sé vétérinè a.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 11:10

Lapannkot

 

Anlo mantou té ka fè zafè-yo an gou-yo pas la DSV mandé pa péché yo. Lé zotorité mandé pa manjé yo, pas yo té ka mò kon mouch. Tousa pa fè Ogisten ni cho ni fret. Dépi ti-bolonm i ni labitid alé dan mang-la.I alé kolé mantou’y kon i ni labitid. I jik di sé vétérinè-a, i pé montré-yo ki mangrov la pa ni ayen.

Antouléka, dimanch ek lend lapannkot sé an matoutou mantou i manjé. Kantapou Jistilien 22 mé i mandé yo libéré péyi-a épi klordékòn la yo mété an sé tè a. Misié alé wè Mouvman Entènasional pou la Réparasion (MIR) pou mandé yo mété a adan gran lis réparasion-an. Gas di :

-         Sa pa an revandikasion sérié !

Jistilien mandé’y :

-         Es ou ké goumen pou Leclerc, an boug ki sòti lotbodsay ek ki santi i pé vini fè an lajan Matinik, enstalé kò’y isi a. Misié wè lo vakabonajri-tala adan pri machandiz ki pli chè pasé Lafrans, i di :

-          - Man ké vini pou fè kon Laréyinion !

Es i ké sa pété bra sé gro-mòdan-an ka fè gou-yo épi lidé-yo ?

Es lésans la ké mwen chè ?

Asiparé LASARA pa ka fè moun péyé asé lajan lésans.

Ti-boutik man Mano-a pa ka rivé suiv, i pres fèmen pou bon.

Sa pa asiré, pas anlo moun ni labitid kouri an libsèvis, lè Leclerc ké vini es sa ké pli klè ? Si i bon  a wè’y !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 17:06

 

 

 

 

Bèlè lisid

 

Georges-Henri LEOTIN

 

 Photo JudeB-l- lisid

 

Georges-Henri Léotin a choisi une musique délaissée, endémique puisqu’on la retrouve principalement aux Anses d’Arlet pour le cadre de son nouveau roman Bèlè li sid.

Ce chant habituellement triste, raconte la vie tout simplement d’un personnage du début du siècle : Maria-Klara. Le dernier chapitre qui donne son titre au roman commence ainsi : « Bèlè lisid, chanté grav, chanté rèd épi dous ». A travers cet hommage à la terre du sud où l’auteur puise ses racines, il veut nous rappeler sans doute combien cette terre est celle de la révolte avec l’insurrection du sud; une terre de gaoulé avec les révoltes du Diamant dans sa terre aride parce qu’elle s’est toujours battue. Avec le chant bèlè lisid, Cette terre veut rappeler combien elle n’oublie pas les ancêtres. Cette visite de la mémoire se fait à travers plusieurs personnages

Marie-Klara un personnage simple, petite gens « ki té toujou maché dwet kon pitjet ». Elle était même arrivée à l’obtention d’un travail intéressant pour l’époque : sigrétè lanméri. De là elle percevra la force des liens familiaux qui l’adoptera à demeurer dans la simplicité surtout quand elle découvrira toutes les horreurs comme la mortalité infantile très grande au début du siècle.

L’auteur nous dit précisément «  an bon chien pa ka tonbé anlè an bon zo, ni an nonm ki fè lavi Mari-Klara chalviré tjou-pou-tet » Mari-Klara fera la rencontre de Ajénor Granfal. « misié té agoulou ki té ni grangou, mé tou an gro….an non di : lapéti fanm. » Personnage emblématique d’une petite bourgeoisie de l’époque qu va faire comme une certaine race d’homme qui se fourvoie en couillonnant les femmes. Ont-ils disparus ? N’étaient-ils que du sud ? L’auteur laisse le lecteur y répondre.

 

L’auteur à travers le personnage Marie-Klara semble nous dire :

Fanm ka tonbé pa janmen désespéré. Maria-Klara ka tonbé mé kon an chatenn. Sé lè i ké pati ayé i ké dékouvè fos mizik bèlè lisid la.

Comme dans la strophe d’un bélé mise en exergue l’héroïne va noyer son enfant. Le lecteur va sans doute s’interroger sur cet acte. Cette « noyade » est-ce une offrande à une divinité qui aurait disparue du paysage du sud ? Est-ce un crime réel ?

C’est une incursion dans le mystique avec l’énigmatique Papa Simbi, divinité de l’eau dont on ne soupçonne même pas l’existence. La sécheresse du sud ne viendrait elle pas de l’oubli de cette divinité ? Akondi pawol la « sa ou pa sav gran pasé’w »

Ce roman d’une centaine de pages va permettre au lecteur de faire un voyage certes rapide mais profond. Il aura tout le loisir de revenir sur cette belle écriture créole comme dans Mango Vèt.

Dans Mémwè latè GHL nous rappelait déjà combien ce thème lui était cher avec Bèlè lisid il nous convie à une lecture créole d’une grande fluidité. Quelques mots « rare » mais authentiques peuvent nous ralentir mais le lexique est là pour suppléer cette incompréhension passagère. L’auteur avec fluidité nous offre des quintes de rire de tanzantan, lwenzalwen comme ce passage à la page 38 où le personnage se voulait un français plus français tu meures !

« Kifè délè menm, lakrent mété an mo kréyol andidan plodari fransé té ka moun di : « Petite Volure » pou Tivoli, tutulaire pou titulaire, Albeur pour Albè, Jules menm lè prénon an sé té Gilles ».

 

Les publications créoles sont rares « kon neg a zié blé », ou encore comme des «zé bourik » plongez-y allègrement, bravman pour encourager ceux qui au-delà de l’écriture pose véritablement un acte militant.

Georeges-Henri Léotin a publié aux Editions DEZAFI sa propre maison d’édition asiré pa pétet zot ké pasé an bel moman litérati kréyol0.

Sipòté Joko sé rédé an Léoten pou tout chantèz bèlè lisid kontel Espénizàn. Mési Joj-Anri

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:56

Bèlè lisid

 

Georges-Henri LEOTIN

Photo-JudeB-l--lisid.jpg

Georges-Henri Léotin a choisi une musique délaissée, endémique puisqu’on la retrouve principalement aux Anses d’Arlet pour le cadre de son nouveau roman Bèlè li sid.

Ce chant habituellement triste, raconte la vie tout simplement d’un personnage du début du siècle : Maria-Klara. Le dernier chapitre qui donne son titre au roman commence ainsi : « Bèlè lisid, chanté grav, chanté rèd épi dous ». A travers cet hommage à la terre du sud où l’auteur puise ses racines, il veut nous rappeler sans doute combien cette terre est celle de la révolte avec l’insurrection du sud; une terre de gaoulé avec les révoltes du Diamant dans sa terre aride parce qu’elle s’est toujours battue. Avec le chant bèlè lisid, Cette terre veut rappeler combien elle n’oublie pas les ancêtres. Cette visite de la mémoire se fait à travers plusieurs personnages

Marie-Klara un personnage simple, petite gens « ki té toujou maché dwet kon pitjet ». Elle était même arrivée à l’obtention d’un travail intéressant pour l’époque : sigrétè lanméri. De là elle percevra la force des liens familiaux qui l’adoptera à demeurer dans la simplicité surtout quand elle découvrira toutes les horreurs comme la mortalité infantile très grande au début du siècle.

L’auteur nous dit précisément «  an bon chien pa ka tonbé anlè an bon zo, ni an nonm ki fè lavi Mari-Klara chalviré tjou-pou-tet » Mari-Klara fera la rencontre de Ajénor Granfal. « misié té agoulou ki té ni grangou, mé tou an gro….an non di : lapéti fanm. » Personnage emblématique d’une petite bourgeoisie de l’époque qu va faire comme une certaine race d’homme qui se fourvoie en couillonnant les femmes. Ont-ils disparus ? N’étaient-ils que du sud ? L’auteur laisse le lecteur y répondre.

 

L’auteur à travers le personnage Marie-Klara semble nous dire :

Fanm ka tonbé pa janmen désespéré. Maria-Klara ka tonbé mé kon an chatenn. Sé lè i ké pati ayé i ké dékouvè fos mizik bèlè lisid la.

Comme dans la strophe d’un bélé mise en exergue l’héroïne va noyer son enfant. Le lecteur va sans doute s’interroger sur cet acte. Cette « noyade » est-ce une offrande à une divinité qui aurait disparue du paysage du sud ? Est-ce un crime réel ?

C’est une incursion dans le mystique avec l’énigmatique Papa Simbi, divinité de l’eau dont on ne soupçonne même pas l’existence. La sécheresse du sud ne viendrait elle pas de l’oubli de cette divinité ? Akondi pawol la « sa ou pa sav gran pasé’w »

Ce roman d’une centaine de pages va permettre au lecteur de faire un voyage certes rapide mais profond. Il aura tout le loisir de revenir sur cette belle écriture créole comme dans Mango Vèt.

Dans Mémwè latè GHL nous rappelait déjà combien ce thème lui était cher avec Bèlè lisid il nous convie à une lecture créole d’une grande fluidité. Quelques mots « rare » mais authentiques peuvent nous ralentir mais le lexique est là pour suppléer cette incompréhension passagère. L’auteur avec fluidité nous offre des quintes de rire de tanzantan, lwenzalwen comme ce passage à la page 38 où le personnage se voulait un français plus français tu meures !

« Kifè délè menm, lakrent mété an mo kréyol andidan plodari fransé té ka moun di : « Petite Volure » pou Tivoli, tutulaire pou titulaire, Albeur pour Albè, Jules menm lè prénon an sé té Gilles ».

 

Les publications créoles sont rares « kon neg a zié blé », ou encore comme des «zé bourik » plongez-y allègrement, bravman pour encourager ceux qui au-delà de l’écriture pose véritablement un acte militant.

Georeges-Henri Léotin a publié aux Editions DEZAFI sa propre maison d’édition asiré pa pétet zot ké pasé an bel moman litérati kréyol0.

Sipòté Joko sé rédé an Léoten pou tout chantèz bèlè lisid kontel Espénizàn. Mési Joj-Anri

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:47

Kréyòlomaj

 

  

 

  

 

Jean-Bernab--2.jpg

 

ba

 

Jan Bernabé

 


 

Misié Jan

 


 

 

 

Misié Jan, ou ba nou an grafi pou nou pé sa grapiyé yonndé mo kréyol ki la ka marot kon sèvolan a lafen lasèzon. Epi grafi-tala ki ka kontinié vansé pianm pianm, mé i ka vansé pas si nou pa ni an bon zouti pou nou matjé, nou kondisiré an mason san tiel ki lé fè an masonn pou kréyol la pa dégrenngolé.

 

Lè ou té mété an métod pou matjé kréyol-la, ni moun ki di ou pa jan isi. Jik ni yonndé moun ki grafiyen’y :

 

-         Sa ki rivé misié, la i sòti, sa ki mandé milat la matjé lang nou-an. Talè pou moun sa pran’y anlè nou !

 

Ni anlot ki mété grenn sel li :

 

-         Misié sé jan Berna B….

 

An boug di tou fò :

 

-         Bégéyé ped!

 

Mi sa monboug di :

 

-         Man pa ka di sa ki dèyè’y la pou yo pa di sé mwen ki di !

 

Sé ki nostrom rété bouch bé, pas anlo mo kréyol té ka goumen kon chat meg dan zaboka vet pou té sòti. Bétiz, Bédji, Bénévol, Bénéfis…

 

Anfen akondi pawol la, asiré yo pa ka vréyé woch an pié basiyak ki vid.

 

Té ni an gran-nonm ki di épi tout lépésè sajes li :

 

-         Ga misié, i  lé galfété gomié kréyol ki la ka fè dlo. Lè ou té di fo matjé kréyol-la pas i ka foukan, ni moun ki  fè popagand pou di : Misié Jan sé an gadè-zafè ka fè mové séyans.

 

Mé zié’w té ja wouvè, pas avan ou té lapen ou té ja garenn. Fa fransé a kléré lannuit-ou mé i pa rivé garé’w pi fon. Ou té sav kréyol sé an nonm bodzè, an fanm ganmé prézantab anlè tab kon anba tab.

 

Menmsi ou goumen red pou KAPES kréyol-la man pé ké vréyé’y Kapes, sé moun enpiok ka monté la an chanjmandè, ou djok toujou ek ou anfom kon an graj nef.

 

Jan, ou sav dé lè lari tret, kidonk pengad lè ou ka pati laritret. Kontinié matjé pas ou sé an boug Fondal Natal ki ba nou Fondas Kréyol-la ; kisiswa épi La fable créole oben La graphie créole an manniè obidjoul épi « Précis de syntaxe  créole».  Zié-nou limen kon limiè bètafé lè nou li Bailleur d’étincelle, menmsi sa ba nou   an Malgeste des mornes. Epi dé konpè kon Patrik épi Afarel ou fè « Eloge de la créolité » tousa pou nou bokanté Le partage des ancêtres kon Mémé ek ….

 

Apré an lavi wouchach alantou kréyol, asiré atjolman ou ké ni tan pou matjé liv kréyol la nou atann-an kon tè sek an tan karenm.

 

Fè vit pou matjé’y!

 

An natandan, gras a wou, Jan man ka kontinié vréyé dé ti-kamo épi kréyòlomaj-tala ki sé an bel ti-mang ka mi an soley Matinik.

 

Mèsi!

 

Misié Jan man kriyé’y!

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:32

  

timbre de voix« Padon pa ka djéri bos, mé palé ka djéri bles ». Menmsi «krab manké yon pié sa pa opozé’l maché ».  

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:30

RépaNasion

 

Jounal Jistis ni an bel laj.  Katrèvendizan pa kratrèvendijou. An bel montray fet mèkrèdi pou montré mannié jounal-la toujou djoubaté kon lenjistis. I jik mété déwò an liméwo espésial, pou fè nou sonjé ki komnis toujou goumen kon le gran kapital pou défann laklas ouvriyè. I ka fè pou nou pa janmen bliyé, dé brital nonm kon : Lamon, Diféal, Jil Monnro épi prèmié mapipi ki jik ped lavi’y : André Alikè.

 

Adan zafè sonjé-tala yonndé boug le MIR (Mouvman Entènasional pou la Réparasion) fè an Konvwa. Konvwa-a ka fèté dizan’y lanné-tala. Dépi sa ni moun ka maché dépi Sentàn jik Préchè éti yo pou rivé le 22 mé.

An tan an, sé té an sanblé neg pliziè Nasion. Jik jòdi ni pliziè neg ki pa toutafetman dakò épi-yo, asou réparasion-an. Ni moun ki lé yo réparé. Ni adan ki pa menm sav sa yo ni a réparé a.

Ni an boug ki jik di :

-         Sé moun an ki ka di yo kréyol-la, yo pa janmen fè ayen. Yo pa menm ni an lang éti yo ka respekté. Sel boug ki fè an bagay sé afritjen !

Ni anlot bien résouflé ki réponn :

-         Sel bagay man sav, sé ki sé yo menm ki vann zanset-mwen. Si pa té ni soutirè pa té ké vòlè !

Tann sa anlot di an manniè bien faché :

-         Sé lé blan ki vini chaché neg an Nafrik pou té fè yo planté kann !

 

Aprésa, yo rété an tjilomet ka maché ankò pli vit, épi an boug di épi an ti-vwa tou tris :

-         Ki tan jan Matinik ké mandé réparasion  pou lé Karayib yo ratibwazé ?

Adan tout zafè réparasion-tala es fok réparé kabech-nou, lespri-nou oben tjè-nou ?

Sé zot ki sav, « chak tet chak espri ". Antouléka pétet fok koumansé pa péyi-a ki otan krazé ki pabò Lafrik. Menmsi nou ka di neg kont neg, isi-a neg poko koupé tet dot neg kon pabò le Wannda.

Si nou atann anlè kisiswa réparasion nasion neg oben réparasion Matinik ki ni tout kalté nasion (neg, bétjé, kouli, siriyen, chinwa, épi kisasayésa mennen-vini) pétet akondi poveb la : « si ou atann anlè kannari belmè’w ou pé mò fen ».

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:29

« Kouyonnen doktè maladi pa ka djéri ». Es an lopital malad épi personnel-li pé djéri moun ki enpiok ?

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 20:27

Sann volkan

 

Ousédi sann volkan Lirland-la rivé jik isi-a pou opozé moun wè klè.

Lamèna blotjé dépi an simenn é nouvo direktè-a di sé lé kontraktjel ka anpéché’y wè klè.

Lé kontraktjel ki la dépi yonndé tan, pa pran sa. Déja yo pé pa achté ayen a krédi atjelmlan direktè a ka di sé fot yo si lopital la an défisi. Yo anni blotjé lantré a jik ni malad andidan ka sipòté-yo. Ni adan ki di yo pa ka manjé ayen, ni pran pies kaché si sé pa kontraktjel ki ba yo’y.

Direktè lopital-la ka kriyé anmwé pas talè lopital-la pé ké sa péyé lé titilè. Asiparé sé pasé 200 million yo ka ped jak jou lagrev. E yo ja an défisi.

Si sa kontinié, si yo pa trouvé an ti-lapot sòti, sé tout péyi-a ki ké tonbé malad. Pa ni opérasion, sof pou sa ki pé pati Anfrans.

Antouléka sè jou-tala fok pa tonbé malad pas Lamèna malad. Bagay la meg toubannman, jik pa koté Lagres yo ka pijé. Kon pawol la ka di : « lè bab kanmarad ou ka brilé fok wouzé ta’wé ».

 

Direktè Latriòm janbé pit yo té mandé mété dé personel ansanm, i pa rivé toutafetman. I mandé chanjé model établisman, mé Prézidan konsey Jénéral di i pa toutafetman dakò. Pas sé lé zéli ki pou koumandé. Akondi pawol, dé mal krab… zot ja sav. Pawol sal ka fè siwawa konmkwa, yo té lé fè’y pati pou mété anlot moun prézidan-an. Anfen, sé an sel alévini pawol fiel, kidonk ki pa dou kon miel ki ka simerjé.

 

I ja tan pou sann volkan-an viré pati, pas sé jou-tala lé zafè pa djè klè.

 

Anni gadé tout moun té konprann votman té fini. Sa ja viré pati pli red dan twa komin Ofanswa, Chelchè ek Loren. Gro dimanch lafet dé mè, sé élektè a ké ni a viré voté. Ja ni yonndé madanm ki ja di sa sé mantjé-yo respé. Yo pé ké alé pies koté.

Ou sé di nou ka sòti an sann pou tonbé dan difé.

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 13:44

FADO                    

Photo-Jude-Fafo.jpg

Kettly Mars

 

Voyage au cœur du double

La romancière haïtienne, Kettly Mars, nous plonge dans l’ambiguïté de son personnage Anaïse qui devient Frida.

Anaïse cette bonne épouse se métamorphose en péripatéticienne de choix pour son maquereau Bony. Lèo, son ex-mari deviendra son amant préféré au sein de cette nouvelle maison de passe. Le lecteur est convié à travers cette belle histoire toujours menée d’une main de maîtresse bien maîtrisée par Kettly Mars à une réflexion sur notre coté ange et démon. N’est-ce pas là le lot de tout le monde ?

Le roman débute sur le son de la voix de Amalia Rodriguez la grande diva du fado. Ce chant triste et profond se fera entendre tout au long du roman et va s’incruster jusque dans le l’âme du lecteur. Une rencontre peut changer le cours d’une vie. C’est ce que va apprendre, à ses dépens, Anaïse qui depuis est devenu Frida. L’épouse modèle devient la maîtresse de Bony mais aussi de son ex-mari parti vers Babette qui lui donne enfin un enfant.

 

Avec son talent habituel Kettly Mars nous fait pénétrer cet univers à priori austère, mais qui se révèle plein de vie. On y découvre des vies brisées, on y vit de cauchemars, des insomnies mais aussi cet amour étonnant pour son souteneur. Ici Frida consentante n’est absolument pas jalouse des autres femmes de Bony. Cependant l’arrivée d’une certaine Natacha. Frida attache beaucoup d’importance à cette nouvelle venue qui va rompre « l’équilibre » du groupe. Peut-être que même dans la misère nous tenons à nos certitudes pour ne pas opérer les changements nécessaires. On est prêt parfois à produire le pire pour garder le statut quo même en étant pas satisfait.

 

Avec Fado, Kettly Mars nous invite à une réflexion sur le couple. Peut-il exister sans enfant ? A l’arrivée de l’enfant son équilibre n’est-il pas remis en cause ?

Kettly Mars avec son écriture parsemée de poésie, le lecteur est amené à explorer un monde intérieur sur nos différentes réactions pour tenter de renaître et comprendre notre être complexe et notre part d’humanité.

L’auteur poursuit son exploration sur le thème du double, le marasa, après  son roman L’heure hybride avec Fado. C’est son troisième roman après Kasalé. Ceux qui viennent de découvrir Saisons sauvages  lors de son récent passage en Martinique en mars 2010 vont aimer Fado à travers cette belle plume de la littérature haïtienne. Vous êtes donc conviés à un petit moment de littérature pour « imaginer le temps sans la trame des heures. Un temps sans échéance, ouvert et accueillant. Un besoin de supposer que tout est autrement »     

Fado, Mercure de France, 2008

Isbn : 978-2-7152-2853-5   12,50€

Partager cet article
Repost0