Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 12:24

 

« Roch dan dlo pa konnet doulè roch dan solèy” é dimanch nou viré aprann : “sa mel ka di an piébwa sé pa sa I ka di atè”           

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 12:22

Matinik di : non

 

Le 10 janvié 2010, nou pa té ni pou voté pou an nonm, mé pou té di wi oben non. Es nou lé otjipé di zafè nou nou menm kon dé gran moun ?

Ou sé di pou le moman, nou poko paré pou sa. Nou simié Léta otjipé di nou pas nou poko lé responsabilité.

Yo konsilté-nou pou mandé-nou avi nou, sé pa bagay ka fet souvan. La majorité Matinik di non. I pa lé pran liméwo 74-la pou défann lentéré prop li.

I di non telman yo jik chanté pabò lanméri Foyal. La pa té ni « chat an sak » é pèsonn pa sav si nou « pran dlo mousach pou let ».

 

Niko la dwé ka ri pas i dwé ka di :

-         Yo défilé an févriyé lanné pasé pou di Matinik sé ta yo, mé yo poko paré pou pran reskonsabilité pou Matinik ! A 80 pou san, yo di i bon kon sa.

 

Chaben épi Klod ki té rasanblé pou an chanjman té tris kon an dimanch san poul épi diri. Chaben té ja vèti :

-         si 74 la pa pasé man ké sav sa pou man fè!

Antouléka, pep-la sav sa i lé. I di i lé rété lianné ek an tjè-koko épi Lafrans. (Menm si anlo moun pabò Lafrans pa té menm okouran ki té ni an konsiltasion Matinik). Marilis panché kò’y pou di :

-         Matinik di i pa matinitjé mé fransé an fwa pou tout ! I di Niko, i pa lé Lafrans ladjé’y pas i lé rété dan Lérop.

 

Asiparé ni an  twaziem vwa ké vini pou nou paré dan sizan pétet (si ni moun !). Twaziem vwa-a lé anlot lotolomi ki pa an 74 la. Sé an loto kon ta Lomi a, kidonk an bel katkat pou I roulé an gou’y, lè I lé, menmsi ni anboutéyaj.

Serjo rijété an vié ajanda ek an SMDE (Schéma martiniquais du Développement Economique), i di i pa lé’y pas sé jan isi ki fè’y. Kivédi dépi i sòti Matinik asiré i pa dwé bon, menmsi an gran-nonm ki pa an gran-pen di « méyé espésialis bagay matinik sé matinitjé ».

 

Pep la di non, i pa lé yo palé’y di chanjman, pas nou poko kapab mété kò-nou ansanm ansanm, kolé tet kolé zépol pou nou fè an péyi nef.

Pou le moman i ka chanté épi Joko, mi wélélé pas i ja ka chonjé kannaval-li é i ni lenpo an tj…. (sé zot ki di’y).

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 01:29

Premié simenn présé

 

Dépi dimanch, toupandan an pati té ka manjé galet léwa, ni adan ki monté an komin pou préparé le 10 janvié. Simenm-tala menm si man konne an boug ki ni labitid rété épi Fani, kou-tala i di’y :

-      Fok man milité pou Matinik !

Kolektif 5 févriyé di bien wo pou tout moun tann :

-      Lanné 2010-la ké ankò pli red.

Le MEDEF ka kriyé an mwé !

-      Yo lé tjwé lékolomi Matinik !

Sé jou-tala sé dé liméro ka konté 73 épi 74. Pèsonn pé pa palé ba’w si yo nonmen yonn di yo.

Lè an kanmarad ka palé ba’w ou ka vini a soupsoné’y :

-      Es i lé fè mwen voté pou 73 oben pou 74 ?

A la fen lanné, ni gro pano (ki pa pou ayen) ki mandé voté. Menmsi i pa nonmen liméwo artik-la, tout moun sav épi lajan i mété déwò, pou kimoun i lé matinitjé voté.

Chak moun pou sav si Matinik sé ta ki moun :

-      Es sé ta’w, ta-mwen, ta-yo oben ta-nou tout ?

Simenn-an té chajé toubannman, sanmdi la Titans té plen moun é dimanch Baspwent té ni otan.

Man wè an karavàn loto épi sa yo lé moun voté. Lè mwen kwazé-yo man pa ni tan wè sa ki té matjé a.

Es sé té wi o 74 oben non o 73 ?

Mwen men ja chwézi, mé asiré man pé ké di zot !

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 12:37

 

 

Anlot lanné ka koumansé, fo chanjé manniè wè pou nou wè’y diféranman pas « sèpan ka chanjé lapo mé i toujou sèpan ».

 Papou (Dyrus Design)

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 21:44


UN LONG CHEMIN MUSICAL JUSQU’AU BELE LEGLIZ    B-l--l-gliz.jpg

Dans l’Eglise de Martinique, que de chemin parcouru pour que ce membranophone : le tanbou bèlè soit accepté comme tout autre instrument.

 

Le tambour a toujours été diabolisé, décrié, car le maître sentait bien qu’il recélait une force maîtrisée seulement par les esclaves. Il l’a tout simplement interdit. Comme toute interdiction, elle fut contournée par le génie de l’homme pour donner le négro’spiritual dans les plantations du sud, le bouladjel en Guadeloupe. En Martinique il fut simplement relégué dans les bois, repoussé dans les mornes avec cette dénomination honteuse de : tanbou vié neg.

En rejetant ce membranophone, c’est une partie du nègre dans sa dimension humaine qui était niée, car on niait par la même sa dimension culturelle. Le psaume 150 nous dit : « Loué le Seigneur au son des instruments…. » L’instrument en lui-même n’est pas « mauvais » mais c’est l’usage que nous en faisons qui peut s’avérer préjudiciable. Comment pourrait-on éplucher son yanm sasa sans un bon couteau ? Instrument, en l’occurrence ustensile pour l’occasion, nécessaire. Mais si l’on utilise pour piquer quelqu’un est-ce l’instrument ou l’usage qui en fait qui se trouve condamnable ?

Revenons à notre instrument, tanbou bèlè. Il n’est donc pas « mauvais » en soi, tout dépend de l’usage que nous en faisons ; instrument de glorification ou arme de guerre pour gagner par exemple un danmié.

 

 

Contexte de décolonisation

Depuis les années 1965, après tout un mouvement de décolonisation et d’émancipation des peuples, l’on a vu apparaître des mouvements identitaires comme l’antillanisation, la créolisation. Au niveau religieux, fort de la vague d’ouverture du concile Vacitan II qui préconisait une louange prenant plus en compte la dimension locale des peuples, les cultures de la périphéries furent autrement considérées. Le latin fut abandonné au profit d’autres langues vernaculaires, Français, créole.

 

La création de Messe antillaise un peu dans le même esprit de la misa criolla de l’argentin Ariel Ramirez paru en 1963 va donc se faire jour et l’on aura des compositions intéressantes.

C’est dans ce contexte que des jeunes prêtres Antoine Maxime, Louis Elie se sont battus pour l’introduction du tanbou dans la liturgie. Rappelez-vous la « Misa antilla, la Messe Tam-Tam » d’Antoine Maxime, ses psaumes créoles et le gospel. Ces jeunes prêtres fraîchement issus de Rome ont sans doute rencontré d’autres jeunes ayant cet esprit d’un meilleur ancrage dans leur culture.

Il existe une certaine propension à adopter ce qui vient de l’extérieur tout en niant nos richesses musicales. Ceci se rencontre du point de vue de la musique spirituelle. Il a fallu que des compositeurs comme Odette Vercruisse pour nous faire « découvrir » le chant religieux rythmé en provenance des Etats-Unis pour être accepté comme non sacrilège.

Le négro’spirituals introduit par des gens comme Paulette Nardal avec la Chorale « Joie de Chanter » en 1953 et aussi les chorales protestantes, adventistes en particulier, ont fait découvrir le gospel.

 

 

Naissance d’une liturgie créole

C’est dans ce contexte de créations nouvelles que va naître une liturgie plus créole prenant en compte un peu plus la diversité de nos rythmes. Tous ces mouvements vers une expressions plus « nègres », en tout cas plus authentique moins européo centrées vont donner lieu à de magnifique création musicale. Citons par exemple les messes créoles d’un compositeur comme Germain Kanuti qui nous a composé une passion « Lè Bondié mò ». Toute une série de compositeurs (Mano Césaire, Claude Confiant, Antoine Maxime…) vont produire des œuvres magnifiques (pas toujours magnifiées).

Personnellement, depuis 1991 je me suis inspiré de cet esprit pour composer pour la liturgie et proposer en 2002 le CD « Innocence » avec la Chorale L’Orchidée de Schoelcher.

De nombreux artistes en ont fait leur champ d’expression, Claudy Largen, Gertrude Seinin, Alfred Varasse, José Versol qui a même mis en place récemment « La caravane de l’espoir » imprimant une louange créole dans l’expression à travers plusieurs communes. Des expressions originales, comme le Kréolspel d’Olivier Luap ont vu le jour toujours pour trouver ses marques entre créole et gospel. Phénomène très en vogue aujourd’hui en Martinique.

 

 

Bèlè Légliz

C’est dans cette expression créole prenant la dimension fondamentale de notre expression qu’un autre groupe de prêtres (Pères Monconthour, Lafine, Gibon, Phanor, Anderson) ont mis en place depuis plus de cinq ans environ : le concept de Bèlè Légliz. Ce mouvement est parti de la paroisse de Jossaud à Rivière Pilote pour se répandre à d’autres paroisses (Lamentin, Balata, Rivière Salée…).

Incontestablement les deux représentations récentes du 22 et 23 décembre 09 au Grand Carbet Aimé Césaire furent d’une bonne facture pour démontrer que l’on pouvait chanter noël autrement. Le producteur Fred Jean-Baptiste et Miziklabel ont réussi à montrer la richesse et la qualité d’artistes aussi prestigieux que : Victor Treffre, Kolo Barst, Kazo, Stella Gonis le conteur Dédé Duguet et le chœur Exultet de Saint-Christophe, les chorales du François, de L’orchidée de Schoelcher. Il a même fait appel à l’ensemble vocal Didier Ramdine de la Guadeloupe qui fait ce même travail de réappropriation de la musique groka et son introduction dans le champ religieux.

Deux concerts de grande qualité avec la musique de chez nous produite par des artistes voulant chanter et prier dans leur culture, en l’occurrence le chant bèlè dans sa dimension de chant de danse et de partage.

 

Remercions le Père Monconthour pour sa persévérance et la mise en place de ce concept. Chanter et prier Dieu dans sa culture, celle des mornes, le Bèlè, expression créole ancestrale oubliée qui réhabilite une part de notre riche culture.

Comme tout mouvement nouveau, il est décrié par certains : poutji yo ka mété bèlè an légliz la ? Bèlè sé bagay vié neg !

Il est aussi bien accueilli par d’autres comme ce public des deux soirées au Grand Carbet qui ont démontré que l’on pouvait chanter dans l’esprit de noël autrement en s’adossant au verset du psaume 150 pour louer le Seigneur au son des instruments en particulier du tanbou bèlè.

Le psaume 96 nous exhorte à «  chantez au Seigneur un chant nouveau, chantez au Seigneur terre entière » le disque Bèlè Lègliz est disponible pour prolonger cet esprit et prodiguer l’allégresse et grandir dans la joie par ces temps de crise.

 

Pou fini, an nou kouté dé ti pawol Bèlè Légliz

 

Papa-nou

Nou ka di’w woulo bravo ba Bondié

Pas limiè Jézi toujou la

E jézi bien di-nou i kay vini.

Nou lé chanté Bélia, mi Nouvel-la

Chanté Bien nérez Mari

Pas nou sanblé pou la Bòn Nouvel

Pou kouté pawol Bondjé

Pou Gloriyé Bondjé.

Manmay la annou doubout

An nou sanblé

Pas Jézikri vivan

Pou tjè-nou toujou kontan

Pas sa ki matjé ka fet.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:21

An lanné nef fini, rikoumansé

Toupandan lé manmay bèlè légliz té ka chanté anba gran kwi-a épi plizié koral, légliz Sentétièn té ka viré wouvè.

Légliz Ofanswa té ka béni kloch-li, mé ta Loren-an ka espéré nwel lanné prochenn pou i viré tann moun ka chanté ek prédié.

Man jwenn Etièn, an boug Omaren, i té boulé an sann pas yo té ka wouvè légliz-la ki té fèmen dépi Dean. Misié gouté adan an boutèy Sentétièn. Asiparé i trouvé sa té bon, i té lé gadé limenm si dénié gout-la té ni menm gou épi premié gout-la.

Anlo manmay ladjé kò-yo an chanté nowel an manniè red red red. Yo té lé fini (dapré-yo) épi ras lanné 2009-la, pou oubliyé. Chak moun-an ka fè sa i pé. Ni adan ka jik alé dan lotel pabò Ofanswa a 260 €ro pou nwel. Sa sé moun ki lé fè moun kwè yo ni léro, menmsi poch-yo ka koulé laglas.

Lanné 2009 ka fini é anlo ja lé i fini net. Dot pè 2010 pas yo ké ni a chwézi ant dé liméwo : 73 obensinon 74. Adan zafè chwézi-tala, ni anlo ki pa enmen sa. Mé Niko la, ek i ja di :

-         Si zot pa sav sa zot lé, man ké chwézi ba zot !

Kidonk dépi le 10 janvié, nou ké ni a di : wi oben non. Antouléka, ki nou lé ki nou pa lé, lanné ka chanjé liméwo.

I ka mofwazé ba jan ki tibren pli vié, sé pou sa i ka tonbé an janvié. 2010 rivé.

An bon lanné, pou Antilla toujou ba nou lokazion li kréyol.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:17

 

 

« Bwè tout, manjé tout mé pa di tout » pas « tout pawol pa toujou bon pou di »

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 17:24

LA FUGUE DE SOPALTEBA

 

 

 

Jid jwenn Jude DURANTY ki fini sòti an  dézièm  roman kay Edision Edilivre « La fugue de Sopaltéba ».

Sé lèktè MONTRAY la konnet bien Jid éti ki dépi févriyé 2004 ka vréyé Kréyolad, alé liron adan ANTILLA. Jid konnet bien Jude Duranty, i pofité pou bokanté yonn dé mo épi’y.

 

Jid : Apré « Zouki d’ici danse » aux Editions Ibis Rouge ki paret en mé 2007,  7 mwa apré ou ka fè sòti an lot liv, sa ki rivé’y ou ni an maladi ékriti?

 

Jude DURANTY  : Man pa sav vréman. Mé pou man réponn ou, man ké di’w sé prèmié liv man matjé. Travay-tala mandé mwen pasé katran pou li, riékri, réfasé sa’w ja fè, déviré ékri pou ba sé lektè a, an liv asou lavwa an jénéral mé asou sirtou chanté. Man vréyé maniskri a ba pliziè éditè, mé sa pa té an gou-yo. Sa permet mwen ritouché’y, ritravay teks la (makak pa janmen ka trouvé ich-li lèd). Fo di teks la té tibren red ba moun ki pa konnet pies chan koral. Falé té palé di an domèn ki trè teknik san anmerdé moun.

Pou an moun ka matjé, sa toujou red lè yo ka rifizé an maniskri ta’w. Mé lavi ka montré’w ki an non pa toujou an mové bagay. Dèlè,  lè yo rifizé’w an bagay sé an servis yo rann ou. Mé ou ka wè sa apré. Sa ka édé’w grandi, vini pli mi pas délè nou matrité ek nou konprann nou ja mi. Jòdi jou liv-tala ki pa an roman mé sa man kriyé an rakontaj. Ni éditè ki trouvé sa entérésan, mé yo fè lentérésan yo pou di mwen : « votre ouvrage n’entrait pas dans notre politique éditoriale ».

Man té toujou anvi palé di an bagay osi teknik ki lavwa san sa tro difisil, man pa sav si man rivé, sé zot ki ké di mwen lè zot ké li’y.

 

Jid : Ou sòti matjé anlè Zouk atjelman sé lavwa, es mizik sé sel koté éti ou alèz, ek ka enspiré’w?

 

J.D : Ja ni pasé karantan man ka chanté lakoral é man la toujou. Sa permet mwen dékouvè an mal enstrimen ki danjéré danjéré. Zot sav ki lavwa sé sel enstrimen ki ou an kò’w. Kisiswa mizik la ou lé fè a, fok ou alé pran enstriman mizik ou, tanbou, flit, pianno, gita….Lè ou ka chanté ou pa bizwen alé chaché enstriman pis ki vwa’w sé an enstriman mizik. Vwa’w andidan kò’w. Lè ou fini jwé ou pa ka dépozé’y pas ou ka sèvi’y pou palé.

 

Jid : Sopaltéba, koté ou alé chaché kalté non-tala pou metpiès ou a ?

 

J.D : Pies pas, Sopaltéba sé pliziè non man fè an sel épi’y. Sé nom vwa fanm  soprano, alto, épi vwa nonm ténor épi basse. Sopaltéba sé tout sé vwa tala an sel kou. Tou sa ké fè ki sé ké an personaj konplex, extraordinè ki ni prop la vi’y. I ké jik bandoné Vociféran oti i té yé.

 

Jid : Kidonk Sopaltéba ka envité moun pati vwayajé alow ?

 

J.D : Sopaltéba ka fè moun vwayajé dan an lot lépok, éti ou ka jwenn artis ka fè opéra lamenn apré ladjè-a. Mé i ka fè’w vwayajé dans lespas éti lèktè a ka dékouvè Matinik mé i ka kouri lapikoré dan le mondantié pou chanté épi dé mal chantè épi chantèz. Lèktè a  ant chan, vol kon an zibié ka brennen an tout sans adan an linivè mizikal ki kité rich ka alé.

.

Anni kouté sa tibren Sopaltéba : « La pè sa ou pa konnet an menm balan sa ou sav ki an bon mizik ki bon pou’w……Chak fwa ou rété, ou résouflé mé an menm balan a ou cho viré plonjé dan profondè an chanté ka rann ou bien an manniè obidjoul. Man ka chanté tout lajè ek londjè chenn chanté mwen pou lé zòm rivé trapé lapé »

 

Jid : Ki tan épi ki koté nou ké pré trouvé liv-tala ?

 

J.D : Avan man réponn ou, fok man di’w ki lapo liv mwen an sé Patricia Bafin ki fè’y. Zot ké trouvé liv-la, la Libréri Aleksann atè Fòdfrans dépi débi mwa mas la. Sé manmay MONTRAY la ké sav lè nou ké prézanté liv-la pou premié fwa.

 

Jid : Mèsi pou prézantasion-tala yo di pawol kout fini vit, mé man anvi sav tibren plis ?

 

 

J.D : Ou sav sa ou rété pou fè. Kouri désann la libréri Aleksann sé sel koté zot ké pé jwenn li. Man ka bout la, épi man ka di zot bon lekti.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 03:12

Article F A Mag

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 17:16

 

 

« Fok mantjé néyé pou aprann najé » mé « lavi pa an bol toloman »

Partager cet article
Repost0