Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:51

KREYOLAD 292

 

Lafet toupatou

 

Ni an group chanté nowel ki pa ped ped tan, sanmdi lamenm apré latousen, yo mété an wout épi zafè chanté nowel la. Tousa nou pé di, sé ki yo pa té an rita.

 

Sa ki kom bien épi Anrita, sé ki yo pa ka mandé lajan, mé chak moun ka pòté an bagay, an janbon, an chob an boutéy ji épi kisasayésa.

 

Ou sé di moun lé oubliyé oben yo pa chonjé zafè politik la. Si ou kriyé an boug swazanntrézis oben swasannkatòzis. Sel bagay yo lé tann sé konsèw. Pou wè sa bien, sé lè artis la ka vini  di andéwò. A moman-tala yo ka jwé a giché fèmen kidonk moun pa ka trouvé tiké a 35 éro.

 

Sé jou-tala ni lafet toulitan, moun pa ni asé tan pou alé konsèw. Jik Elèn pa té sav la i té yé, i garé (en français s’égara) lè i antré Latrium i di :

-         Bonjour Pointe-à-Pitre !

Nou ka risouvrè moun tout koté, kisiswa Ayiti épi Karimi ek  Djakout, Gwadloup épi lé metpies gwoka kon Anzala, Eznaw Bwadur…

 

Mé lè sé pou mizik nou, ousédi nou ka fè kon kribich. Lik té lé rann an gloriyé pou dé brital mapipi mizik, i kriyé sa MRDC. Mé ni anlo moun ki pa konprann, yo konprann Lik té lé anmerdé-yo Yo pa achté tiké é misié té oblijé annilé konsèw la. Kat pianis (Ronal, Jil, Mikael ek Gimawk) té tou tris pas jan Matinik simié péyé 60 éro pou wè an méritjen pito yo vini kouté mizik, Mona, Rosine, Donatien ek Cultier. Toupandan yo té ka annilé anba Grankwi a, pa koté Latrium, Imelda sanblé titak moun adan Jédi-mizik pou té kouté kouté mizik rasin.

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:45

Bel poveb kréyol 75

 

 Barel pati an péyi san chapo, mé sé « lè akoma tonbé ou ka wè londjè’y »

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:43

Bel poveb kréyol 74

 

« Si ou lé ni rézon douvan lakras, fok ou benyen tou lé jou »

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:39

KREYOLAD 291

 

Konflérans Lélizé

 

Vandrèdi pasé, té ni gran penteng Lélizé. Adan lanmwatié manda prézidan’y, Niko la, ek i toujou la épi anlo minis.

I distribié dé o twa zo épi bon viann, kontel i mété Marilis minis.

Es sé pas i té ka chonjé Eli oben pou kalmé LKP ?

 

Antouléka pa isi a, bagay la cho toubannman. Lopital Trinité ka tousé dépi twa simenn. An lagrip ka britalizé’y. Magré 73 kaché, yo poko trouvé solision.

Ni an sendikalis ki di sé an siro 74, kidonk épi 74 gout i bizwen pou’y djéri.

Misié di tou :

-         Lotel lagonni é touris simié alé adan dot péyi !

Touris pè vini Matinik pas ni dot ki pa fè « bon » piblisité ba Matinik. Tann sa yo ka di :

Si vou zalé an Martinik, vou nèt pas sur de retourner, kar le personel peu fèr grèv a tou moman !

 

Prézidan an pofité pou di i ké ba sé lotel la an ti-favè, mé fok yo ké rifè sé chanm la yo menm.

Louijo di pa ni asé lajan, i menm di :

-         Sa sé afichaj an vié flim kòbòy.

An boug mandé’y :

An fim oben an flim pou rété anlè lestonmak nou ?

Misié té anrajé, I réponn malapri a :

-         Antouléka sa man sav, sé ki met pies la pa koté Pari, é sa pa ka fè mwen ri. (man ka pran pari épi zot, man sèten misié sé an boug 73).

Eli (zot sav) Gromota di :

- Tout lo pawol-tala pa pòté ayen ni ba lajénes, ni ba lé ti-plantè, kont klordékòn. I pa menm chonjé Jak é pwofitasion ka kontinié. Asiparé yo di an moun té ké akouché mé I pa bay ayen, kidonk sé bagay an moun ki ni an groses nervez.

 

Migel di :

-         Niko pa an moun engra, pas I chonjé ki Lafrans pa té ké ayen san lé esportif, lé matjè tousa bon ! (menmsi I pa chonjé sé boug lakréyolité a).

I anonsé anlo bagay mé nou tout sav ki léro a ra kon zé bourik. Kimanniè i ké rivé fè étidian isi fè doktè ?

I di i lé moun isi achté mango, siret, zannanna épi chadek pito yo enpowté rézen ek ponmfrans.

Nou ké wè, nou véyatif pas nou pa lé pran dlo mousach pou let. Nou sav ki sa mel ka di an tet piébwa, ka chanjé lè i rivé atè.

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 00:40

Jude Duranty : C’est un ouvrage que j’ai édité à compte d’auteur ; éditè pa lé pran kréyol, kréyol pa ka vann (les éditeurs ne veulent pas du créole, le créole ne fait pas vendre). J’ai fait ma mise en page, et je l’ai finalement envoyée aux éditions Jouveprint, qui sont aussi imprimeur et font de la micro-édition. J’ai d’abord fait une série de cent exemplaires, et je les ai vendus assez rapidement. Puis j’en ai commandé à nouveau cent, etc.

Combien d’ouvrages as-tu écrit jusqu’à aujourd’hui ?

C’est mon septième ouvrage après Zouki d’ici danse (Ibis Rouge), Sopaltéba, Brevet de brillance, Les contes de layou (Edilivre) et Ti-diko, Yé krik yé krak bouladjel aux éditions (Desnel).

Est-ce un roman ?

Je l’appelle plutôt rakontaj. Car j’estime que ce n’est pas un  roman ; ça se situe plus dans le cadre du récit. J’ai voulu, à l’instar d’un ami et auteur de Marie-Galante, Max Ripon, qui disait, et je suis d’accord, que nous avons une façon particulière de raconter, qui ne répond pas aux canons du roman français.

Qu’est-ce qui distingue Sansann de ces canons justement ?

Ici, quand on raconte une histoire à quelqu’un, nous faisons beaucoup de digressions. Je pense que c’est un peu une caractéristique du créole, qui fait du « va et vient » comme ça. A priori ça paraît décousu mais ça ne l’est pas. Il n’y a pas cette structure narrative rigide qu’on peut trouver dans le roman. On a parlé de réalisme merveilleux chez certains auteurs caribéens, c’est un peu ça. Je te raconte une histoire, mais il y a un moment où par exemple le « quimbois » peut survenir. Est-ce réel ou inventé ? On ne sait pas, mais ça fait partie de notre culture.

Donc un texte délibérément proche de notre oralité ?

Exactement, je suis complètement dans l’oralité. Même face à du créole écrit, le lecteur doit pouvoir ressentir vraiment la conversation. Certaines personnes vont te dire que ce n’est pas un roman, d’autres que ce n’est pas un récit… En fait, Sansann c’est un ouvrage sur la langue créole elle-même, qui pose les problèmes de la langue. Par exemple quand Sansann est petit, on lui dit de ne pas parler créole parce que cette langue ne le mènera nulle part. 

Des générations entières  de Martiniquais se sont entendues dire cela.

Et on le dit toujours : ça vous empêche de parler français, patati patata… Sa pa vré piès (ce n’est pas vrai du tout). Moi, ma voix a un autre son selon que je parle créole ou français. Dans la tête de beaucoup de gens encore aujourd’hui, créole = soubawou (personne « sauvage », frustre, ndr). 

Pour beaucoup de gens d’ailleurs, quelqu’un ne peut pas parler créole à voix basse. Ils pensent que ce n’est pas possible.

Les gens du Sud ont la voix haute. Si tu vas à Marseille, écoute les gens parler. En Italie, en Espagne, pareil.

En fait Sansann est un personnage qui a fait son choix. Il aime sa langue et culture créoles.

J’ai créé un personnage qui a délibérément choisi de rester créole. Parler, manger, agir en créole. Il y a aussi quelque chose qui traverse tout le livre, c’est l’aspect de la diglossie (« coexistence » de deux langues dans un même espace, ndr). Nous avons deux langues, dont l’une est en permanence rabrouée. Ce n’est pas normal. Si j’entre à la Poste maintenant, et que je dis bonjour aux gens en créole, on va me regarder comme si je débarquais de la lune.

Les choses ont tout de même évolué depuis 15-20 ans, non ?

Ca n’a pas beaucoup évolué. Alors que dans une administration en Guadeloupe c’est différent.

Nous serions plus assimilés en Martinique ?

Je n’appelle pas ça « assimilés » ; j’appelle ça une posture vis-à-vis de la langue. Je ne juge pas les gens, je fais simplement un constat. Sé konsi ou pa ni plas-ou la (c’est comme si tu n’as pas ta place là). Et il y a des situations parfois grotesques. Tu as des papys ou mamies qui vont dans une administration, qui écorchent totalement le français, et la personne en face, qui est aussi martiniquaise, ne leur parlera pas créole, ne les mettra pas à l’aise. Mais quand tu vas à la campagne, il ne faudrait pas parler d’emblée créole aux gens. Ou pé ensilté an moun konsa (tu peux insulter quelqu’un comme ça). Par contre, si c’est la personne qui a décidé de te parler créole, c’est différent. C’est donc très compliqué, on a un problème avec la langue. Aujourd’hui je suis un peu plus à l’aise, je parle créole au ressenti, au feeling. 

Le personnage de Sansann incarne t’il le refus de la langue et culture françaises ?

C’est exactement ça le personnage de Sansann.

Ne crains-tu pas d’être taxé d’être un auteur anti-langue et culture françaises ?

Mon texte n’est pas anti-français ; il est pro-créole. A la quatrième de couverture je reprends une image de Daniel Boukman que j’aime beaucoup : man sé lé kréyol-la asiz anlè an fotèy, pou i pran lang épi tout lang asou latè, pito i rété asou an ti-ban (je pense qu’il faudrait que le créole soit assis sur un fauteuil, pour qu’il prenne langue avec toutes les langues de la terre, plutôt qu’il reste sur un petit banc). Tu es assis sur un fauteuil, donc tu es respectable.

Raphaël Confiant parle d’une dé créolisation progressive en Martinique…

Complètement, et elle est pernicieuse. Ce n’est peut-être pas grave, mais je me surprends très souvent à penser en français. La langue ce n’est pas seulement les mots ; c’est une manière d’agir, de penser. Nous sommes dans un tel environnement, un tel bain linguistique français… Quand on voit les fautes sur certains panneaux avec des inscriptions écrites en créole, on se rend compte à quel point nous sommes imprégnés de la graphie du français. Boukman dit également ceci, et je suis d’accord : nous refusons d’être alphabétisés en créole. Parce que nous le parlons, on pense qu’on sait le lire. Sa pa vré! Si tu ne l’apprends pas depuis petit…

Pour beaucoup de gens, savoir parler et comprendre le créole leur suffit. C’est de l’oralité, et c’est tout. Ils trouvent que l’écrire est trop compliqué, que de toutes façons cela ne leur « apportera » rien, etc. 

Mais se pose et se posera alors le problème de la transmission. Lang-lan ké mò an jou (la langue mourra un jour). Les gens parlaient créole à Trinidad ; ce n’est plus le cas. Le créole est en train de mourir à Sainte-Lucie par exemple…

L’édition 2009 est très récente : que penses-tu de la Journée du créole ?  

Laisse-moi te dire une chose. Dépi yo ka fè an jounen pou an bagay, bagay-tala lagoni, i an danjé (dès qu’on fait une journée pour quelque chose, cette chose est en danger). C’est important à faire, mais, au-delà du symbole, il faut surtout un enseignement du créole dès les plus petites classes. 

Pour revenir à ton rakontaj, il y a beaucoup d’humour dans Sansann.

Je crois qu’il faut justement dire les choses graves par l’humour. J’essaie de dire les choses avec humour parce que c’est grave…

Propos recueillis par Mike Irasque

 

                                           

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 11:01

Bel poveb kréyol 75

 

 Barel pati an péyi san chapo, mé sé « lè akoma tonbé ou ka wè londjè’y »

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 10:59

KREYOLAD 289

 

An bel dat, 28 oktob


 An bel simenn koumansé. Tala éti ki ni JOUNEN ENTENASIONAL KREYOL. Dépi 81 an krèy moun kréolopal désidé pabò Sent-Lisi, mété an jounen pou gloriyé kréyol la. Premié péyi ki pran sa o sérié sé Dominik ki mété 28 oktob, Jounen entènasional kréyol. Jou-tala ka ni anlo bagay ka fet alantou lang la, pou vréyé’y douvan. Sa bien.

Katjil ka fet avan lapèy, pétet fok nou mandé kò-nou :

Es sé an sel jou pou nou chonjé lang la ?

An ti pawol ka di : « bef toujou bizwen latjé’y pou kouri dèyè mouch ! »

Es nou pa ka palé, manjé ek viv kréyol touléjou ?

Tala sé an lot trablati.

Es fok pa asepté alphabetizé an kréyol, pou nou pa fè bétiz, oben di bétiz (kon Jid)?

 

Antouléka dépi 2004, ANTILLA ka permet moun chak simenn li an ti-paj kréyol. Man ka pofité di-yo mèsi. Sé pa anlo, mé sé an patjé lè’w gadé lektè jounal la ja li an liv 289 paj an pliziè kou. Akondi pawol la sé : ti-kou long diré. Si ou bwè tout an boutèy ronm ou pé boulé lamenm.

 

Man ka pofité simenn-tala pou voyé an bel woulo bravo ba GEREC ki dépi pasé trant lanné, ka djoubaté pou kréyol vansé. Sa pa fasil mété douvan an lang éti yo té défann ou palé’y.  Ni moun ki jik pran an wonn bwa pas yo palé lang la adan an lakou lékol, lésision oben kay an granjan.

 

Manmay Trinité épi Bannzil kréyol, dan an sel Rabouraj ka fè dikté kréyol.

Jòdijou nou ka koumansé aprann li lékol bien malman, pas i fakiltatif. Mé lot lang la (palé pa nonmen non’y pou man pé rivé an ti fran, sé tout). Dépi latit jik linivèsité yo ka dékatiyé’y, ka matjé’y,  i sé akondi an matjè man konnet : « la bel lang diplomatik ki dé choz otan romantik ke kabalistik ; pito ke resté dan en kréyol kom un sirik ka fé sik an en vié tol plastik ».

 

Kréyol ka fè ti-pa mé i pa ka rété siwplas. I ké pran balan lè tout jan kréyol ké asepté belté’y, potalans li ek nésésité’y pou lékilib nou. Jou nou ké konprann nou ni chans ni dé lang, kon dé pié. Nou pé ké maché brété ankò, nou pé ké dé isbenbot,  mé nou ké kouri pasé Isenn Bolt.

 

Atjelman asou nich twel la nou ni konmen sit pou aprannn palé’y, li’y ek enmen’y sé kontel : Capescréole, Potomitan, Montray, Alabowdaj, Gensdelacaraibe, Kapistrel, Volcréole, Bannzilkréyol, Meetaw épi kisasayésa.

Woulo ba tout sé manmay-tala ka woulé pou kréyol pa fet yen ki pou jouré mé pou konstui moun ek rann-yo solid kon dé bwa mondong.

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 10:59

 

 

An bel dat, 28 oktob


 An bel simenn koumansé. Tala éti ki ni JOUNEN ENTENASIONAL KREYOL. Dépi 81 an krèy moun kréolopal désidé pabò Sent-Lisi, mété an jounen pou gloriyé kréyol la. Premié péyi ki pran sa o sérié sé Dominik ki mété 28 oktob, Jounen entènasional kréyol. Jou-tala ka ni anlo bagay ka fet alantou lang la, pou vréyé’y douvan. Sa bien.

Katjil ka fet avan lapèy, pétet fok nou mandé kò-nou :

Es sé an sel jou pou nou chonjé lang la ?

An ti pawol ka di : « bef toujou bizwen latjé’y pou kouri dèyè mouch ! »

Es nou pa ka palé, manjé ek viv kréyol touléjou ?

Tala sé an lot trablati.

Es fok pa asepté alphabetizé an kréyol, pou nou pa fè bétiz, oben di bétiz (kon Jid)?

 

Antouléka dépi 2004, ANTILLA ka permet moun chak simenn li an ti-paj kréyol. Man ka pofité di-yo mèsi. Sé pa anlo, mé sé an patjé lè’w gadé lektè jounal la ja li an liv 289 paj an pliziè kou. Akondi pawol la sé : ti-kou long diré. Si ou bwè tout an boutèy ronm ou pé boulé lamenm.

 

Man ka pofité simenn-tala pou voyé an bel woulo bravo ba GEREC ki dépi pasé trant lanné, ka djoubaté pou kréyol vansé. Sa pa fasil mété douvan an lang éti yo té défann ou palé’y.  Ni moun ki jik pran an wonn bwa pas yo palé lang la adan an lakou lékol, lésision oben kay an granjan.

 

Manmay Trinité épi Bannzil kréyol, dan an sel Rabouraj ka fè dikté kréyol.

Jòdijou nou ka koumansé aprann li lékol bien malman, pas i fakiltatif. Mé lot lang la (palé pa nonmen non’y pou man pé rivé an ti fran, sé tout). Dépi latit jik linivèsité yo ka dékatiyé’y, ka matjé’y,  i sé akondi an matjè man konnet : « la bel lang diplomatik ki dé choz otan romantik ke kabalistik ; pito ke resté dan en kréyol kom un sirik ka fé sik an en vié tol plastik ».

 

Kréyol ka fè ti-pa mé i pa ka rété siwplas. I ké pran balan lè tout jan kréyol ké asepté belté’y, potalans li ek nésésité’y pou lékilib nou. Jou nou ké konprann nou ni chans ni dé lang, kon dé pié. Nou pé ké maché brété ankò, nou pé ké dé isbenbot,  mé nou ké kouri pasé Isenn Bolt.

 

Atjelman asou nich twel la nou ni konmen sit pou aprannn palé’y, li’y ek enmen’y sé kontel : Capescréole, Potomitan, Montray, Alabowdaj, Gensdelacaraibe, Kapistrel, Volcréole, Bannzilkréyol, Meetaw épi kisasayésa.

Woulo ba tout sé manmay-tala ka woulé pou kréyol pa fet yen ki pou jouré mé pou konstui moun ek rann-yo solid kon dé bwa mondong.

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 10:58

KREYOLAD 290

 

Lè ou piti

 

« Lè ou piti fout ou ka pran fè », akondi Janklod, an boug ka rété pabò verjé a ; sé bien pou sa yo kriyé’y Janklod Diverjé.

Lè’w piti, menmsi ou rété pasé karannsenkan asou an tè ; menmsi an lwa ka ba’w dwa, apré trantan pou ou réklamé’y pou ta’w ; lè sé an tè bétjé éti ki di sé ta’y, ou pa oblijé ni pies chans. Selman si dot moun solid mété kò-yo pou kolé tet épi’w.

Sé sa ki rivé Bélo éti asou an tè pasé karantan. An bétjé té ba’y lod an tan an, mé jénérasion bétjé-tala di’y konsa :

-         Si ou pa ni papié, ou pé pati pa pié ! Pétet menm épi an pié douvan !

Jòdijou, an ti-yich trouvé yo malmennen bétjé trop an févriyé démil nef. I di’y konsa :

-         Pis zot lé fè an péyi nef, ba mwen laktè’w ! Sinon ou ké péyé an loyé nef !

Bélo pa ni papié, lajistis tonbé an zo’y. Labank ja jik blotjé kont-li, pas bétjé sav ki manniè pou ranmasé lajan yo ka dwé yo.

 

Lè’w piti épi ou ka travay Kolson, lè ou mandé pou travay an manniè pli korek, kontel, pa mété dis moun adan an chanm ka pran kat malad ; yo ka pran’w pou an boug fou. Mé afos afos baré, sé grévis la fini pa trouvé an solision.

 

Lè’w piti épi ou pa ni lajan pou genyen an loto, ou oblijé pran’y a pié. Sé bien sa ka rivé tout jan Fodfrans éti ki ni labitid pran MOZAIK.

Lè ou sé an piti transpòtè, kidonk an soutrétan, ou pé vini an soutirè pas ou ka trapé yen ki lanmonné kod.

 

Mé lè ou adan an piti komin épi ou désidé baré lawout, yo ka trouvé an solision lamenm. Sé bien sa ki rivé dan linò lendi. Lè Lépin mété an traktè lakomin la an mitan lari a,  dwet douvan an lizin limiè, yo trouvé an solision lamenm. Yo ba L’EDF lotorizasion agrandi, mé li ki mè i pa ni lod pou an tè éti i pou fè kay ba méléré. Tout la senn jounen moun ka défilé pou yo mandé’y an pal adan zafè kay-la. Tout jenn manmay lé pran kay-yo, pas lè yo bò kay manman-yo, sé zot premié ka di :

-         Fout zo fenyan an !

Sé menm zafè piti a, lè ou piti fout ou ka pran fè.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 09:55

KREYOLAD 288

 

Lajan ra

 

Dokè ki ni labitid atann lafen lanné pou blotjé pow la, pa rivé tjenbé jik désanm. Yo baré pas ni an pati dokè ka fè menm travay la, mé yo pa ka genyen menm lajan an.

 

Lamèna, anplwayé kontraktiel tou,  pa rivé tjenbé. Yo blotjé pou mandé pos an plis. Ladministrasion di pa ni lajan, mé afos afos, yo rivé trouvé pou déblotjé dis pos.

 

Ni an sendika ki vini épi gro ma pou mandé sé mè a péyé désan éro  yo pa ka tann mach :

-         Sé mè a siyé, yo ni ka péyé !

Mé es ou pé péyé san lajan ?

 

Rémon fè kriyé tout sé mè a o kolié, pou rivé trouvé an solision. Ni mè ki jik di :

-          Nou poko sav ki manniè nou ké péyé lé zanplwayé lanméri an mwa désann la  !

Si pa ni lajan lafen lanné ki manniè moun ké rivé genyen chanpàn, fwagra, dend épi dot kochoni ankò !

 

 Pétet moun ké oblijé fè kon avan. Ni plis solidarité épi viré anlè la tradision. Pa ni lajan, sé yen ki sa ou ka tann. Lè’w ni yonn dé éro an lanmen’w,  avan i révé i ja fini. Sé an lajan létè ki fa fiap an lanmen’w kon létè. Jan pabò Lafrans mandé pou yo voté an janvié. Yo monté an kolektif DOM pou yo sa voté pou 74 oben 73 an 2010. Ni yonn ki di Matinik ni tranblann tè, é nou lé partisipé tou adan divini péyi a. Sé jou-tala, matinitjé péyi épi matinitjé fransé ka babiyé. La lwa ka di sé jan éti ka viv an péyi a ki pou voté ; pas sé yo ki matinitjé.

Poblem la sé ki ni an lo jan isi ki pli fransé ki yo matinitjé.

 

Partager cet article
Repost0