Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 01:14

KREYOLAD 283

 

I pati !

Lasimenn pasé, ni an kous ki pati. Sé pa kon ta Dikos éti Jozef (an manmay Sent-Lisi) rivé douvan anlot boug Gwadloup (Edi) ki té anvi jwé boula.

Sé anlot kous pou an pati boug ki lé kondui destiné Matinik, anlot manniè pou dirijé péyi-a ki ka pran bon fè épi, moun an chomaj, lantoupriz ka fèmen kon Mariwont ou ka menyen.

 

Pa koté Chelchè, lé swasannkatòzis fè an konsit piblik épi OBJEKTIF 74, pou montré moun fo pa tadé, pas i ja ka ta. Matinik ni an chimiz tro piti, fo chanjé’y pou ni anlot éti ou pli alez.

 

Lé swazanntrèzis pou pa ped tan-yo, fè ta-yo épi DINAMIK 73. Asiparé yo di : « pou pli ta pa pli tris », ek Matinik sé an bel katkat, mé i pa ni bon chofè pou mennen’y.

Fodi, pa koté Lariviè-Salé sa té cho toubannman dimanch. Dédé fè tout kanmarad-li vini pou bay an pal. I jik di Eleksion minisipal la enpòtan pou komin li mé pou tout Matinik.

I pofité vréyé bon lavwa kont lé swasannkatòzis pas Lwifé ki ka vini kont li pou artik-tala. I lé an Matinik responsab.

Kantapou Dani i di sé lotolomi i lé.

Sé bien pou sa adan menm komin la, Serjo di :

-         Man lé an lotolomi, mé man pa présé, man pa lé fè fou !

Asiparé i té ké di :

-         Chaben épi anlot i pa nonmen fè an chéma ba Matinik ek yo mété’y adan an ajanda, i pa dakò pou sa!

Adan tout lo welto chak moun an, pep la ka éséyé konprann kon i pé. Lè yonn di an bagay ki kom klè, anlot menm parti a ka ajouté anlot pawol ki ka pli mété moun an nwè.

 

An pati ka di sa senp. Pou sa réponn asou difikilté Matinik, fo Matinitjé fè zafè-yo yo menm.

 

An konpanyi ka di, fodra pa menyen ayen, pas adan mannkè a yo yé a, i bon konsa.

 

Anlot ka réponn, fo pep la désidé limenm.

Ki manniè pep la pé désidé san moun i fè tan éli ?

 

Tousa fè Piéro mandé yo fèmen tout désidè Matinik dan an péyi kontel Sent-Lisi épi toutan yo pa rivé tonbé dakò asou manniè pou dirijé Matinik, yo pa ka sòti.

Tout sé bagay-tala ka fè moun bwè let anlè tet-nou pou di nou pa ka rivé tonbé dakò.

Anni gadé « Lisé Chelchè », sé an mènas pou liséyen i ka tonbé an chipan’y. Yo pé pa rifè’y. Yo pé pa ranjé’y é.

Mé sé sa la démokrasi tou. Chak tet chak espri é yo tout ka di yo enmen Matinik.

Es sé kò-yo oben Matinik yo enmen pou toulbon ?

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 01:14

KREYOLAD 283

 

I pati !

Lasimenn pasé, ni an kous ki pati. Sé pa kon ta Dikos éti Jozef (an manmay Sent-Lisi) rivé douvan anlot boug Gwadloup (Edi) ki té anvi jwé boula.

Sé anlot kous pou an pati boug ki lé kondui destiné Matinik, anlot manniè pou dirijé péyi-a ki ka pran bon fè épi, moun an chomaj, lantoupriz ka fèmen kon Mariwont ou ka menyen.

 

Pa koté Chelchè, lé swasannkatòzis fè an konsit piblik épi OBJEKTIF 74, pou montré moun fo pa tadé, pas i ja ka ta. Matinik ni an chimiz tro piti, fo chanjé’y pou ni anlot éti ou pli alez.

 

Lé swazanntrèzis pou pa ped tan-yo, fè ta-yo épi DINAMIK 73. Asiparé yo di : « pou pli ta pa pli tris », ek Matinik sé an bel katkat, mé i pa ni bon chofè pou mennen’y.

Fodi, pa koté Lariviè-Salé sa té cho toubannman dimanch. Dédé fè tout kanmarad-li vini pou bay an pal. I jik di Eleksion minisipal la enpòtan pou komin li mé pou tout Matinik.

I pofité vréyé bon lavwa kont lé swasannkatòzis pas Lwifé ki ka vini kont li pou artik-tala. I lé an Matinik responsab.

Kantapou Dani i di sé lotolomi i lé.

Sé bien pou sa adan menm komin la, Serjo di :

-         Man lé an lotolomi, mé man pa présé, man pa lé fè fou !

Asiparé i té ké di :

-         Chaben épi anlot i pa nonmen fè an chéma ba Matinik ek yo mété’y adan an ajanda, i pa dakò pou sa!

Adan tout lo welto chak moun an, pep la ka éséyé konprann kon i pé. Lè yonn di an bagay ki kom klè, anlot menm parti a ka ajouté anlot pawol ki ka pli mété moun an nwè.

 

An pati ka di sa senp. Pou sa réponn asou difikilté Matinik, fo Matinitjé fè zafè-yo yo menm.

 

An konpanyi ka di, fodra pa menyen ayen, pas adan mannkè a yo yé a, i bon konsa.

 

Anlot ka réponn, fo pep la désidé limenm.

Ki manniè pep la pé désidé san moun i fè tan éli ?

 

Tousa fè Piéro mandé yo fèmen tout désidè Matinik dan an péyi kontel Sent-Lisi épi toutan yo pa rivé tonbé dakò asou manniè pou dirijé Matinik, yo pa ka sòti.

Tout sé bagay-tala ka fè moun bwè let anlè tet-nou pou di nou pa ka rivé tonbé dakò.

Anni gadé « Lisé Chelchè », sé an mènas pou liséyen i ka tonbé an chipan’y. Yo pé pa rifè’y. Yo pé pa ranjé’y é.

Mé sé sa la démokrasi tou. Chak tet chak espri é yo tout ka di yo enmen Matinik.

Es sé kò-yo oben Matinik yo enmen pou toulbon ?

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 02:18

Bel poveb kréyol 69

« Lapenn pofitè » sé sa nou ka konstaté épi lésans la mé « lanmò brigo fé di bien o solda » 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 02:13

Kod Yanm

Raphaël CONFIANT
(CaraïbEditions
)

 

Es kod yanm ka maré ?

 

        Raphael Confiant, après 23 ans nous revient avec Kod Yanm mais cette fois-ci sous un autre package, un autre look, an bel pannié karayib.

Les éditions Kréyol Pou Divini Péyi-a ont cédé la place à une toute nouvelle maison d’édition CaraïbEditions qui semble étendre ses publications. Après les BD (Titeuf : chimen lavi, Tintin ek sé pikaros la, Astéris : gran kannal la..) le premier manga créole en préparation avec Hector Poullet, voici le premier roman créole Kod Yanm et sa traduction française Gouverneur de Dés assurée par Gerry Létang.

 

            Le roman a subi une belle transformation tant par la typographie, police plus confortable, que par la graphie qui a définitivement adopté le standard II du GERCE-F. Celle-ci comportant moins d’accent est plus agréable à l’œil et du coup paraît moins austère. En 14 dékatman (chapitres) nous sommes transportés dans la décennie 1950-60 où la Martinique opère une mutation tant du point de vue économique que culturel.

Wozalien Sen-Victò va vivre comme il a toujours fait avec les éléments de sa tradition. Ses quatre femmes Loret (madanm ankay) et les 3 fanm déwò (Pasioniz, Matilda, Doriàn). Nous apprenons que Wozalien Sen-Victò avait une passion : i té kokè. Cette définition peut d’ailleurs s’entendre sous ses deux acceptions créole mais aussi française comme étant l’amateur éleveur de coq de combat.

 

            Ce roman est assurément une mine pour la littérature créole tant par son ouverture vers la pan créolité en particulier vers la Guadeloupe. L’auteur n’hésite pas à parsemer son texte d’expression guadeloupéenne (pon moun, pon jan, on dot biten, poko jen té rivé…) mais aussi guyanaise (soumaké…) ou encore de néologisme (son Dictionnaire des néologismes n’a pas été publié en vain).  Il nous gratifie de mots anciens (dékaté, djokoti, gloubap, lakataw, lanntjo, lapépasité,..) mais aussi de mots de liaisons peu habituels :(poudayè, konmva, konmkwa…).

Il y a aussi des mots dont ont découvre pour la première fois et l’on ne sait pas si c’est du créole très anciens ou carrément des néologismes (Lévwaz, katoutou, kabouyé, klenndé, Poban, toumvasé) qui nous laisse perplexe, est-ce du créole ? Eh bien oui !

Peut-être que Raphaël Confiant nous oblige voire nous invite à consulter allègrement aléliron les deux tomes de son Dictionnaire créole martiniquais-français

Tout ceci apportant une certaine vidjozté, (un nouveau souffle) à la langue. Certains peuvent éprouver une relative « gênes » par ce procédé mais il faut « accepter » d’entrer dans l’univers Confiantesque. L’enjeu en vaut la chandelle afin de bien vivre et déguster :

 

            Des moments de suspense et d’émotion  tel la mort de son fils Chal, le sauvetage des enfants békés, l’histoire de Met Firmen, la mort de l’enfant de Pasioniz etc….

De belles expressions créoles avec la force de leur image :

-          Pwop kon an rob lédimanch

-          Déwò-a solèy té ka pété ek olwen, anlè sé mèon-la, lafimen fou chabon té ka fè siyak nan siel blé a p. 189

-          Lapo fidji’y té chifonnen kon an fey tol éti lapi las konyen

-          Loret vini blenm kon an kristofin anba fèy  p. 122

-          Lapoy té ka flitijé anba an dris van ki té sòti nan madafa lannuit-la  p. 19

 

            Incontestablement, nous sommes en présence d’un ouvrage qui fera le bonheur des amoureux de la littérature créole. Ceux qui ont connu une certaine Martinique aujourd’hui en voie de totale disparition. On y découvre le koudmen ciment de la solidarité, même si  à cette occasion on y découvre la jalousie d’un nègre qui ne veut plus « travailler » pour un autre nègre « Manmay, nou déviré an tan ladjoukann alò ? Misié Sen-Victò pa jen fè ayen ba pèsonn, i pa jene vini ba mwen an ti pal anlè tè-mwen ek mi mwen jòdi-jou, man blijé swé anlè ta’y la. Asé di blag ! » (p. 169-170)

 

Le lecteur découvrira les termes d’un rêve de Wozalien Sen-Victò où il est en tjèkoko pour la venue de petit dernier sur le long conjugal. L’auteur au passage ne manque pas de « démonter » certains clichés :

-          Zié bétjé pa brilé zié neg ankò !

-          Neg ka tiré lajan déwò kon bétjé pas neg ki sen ! p.41

 

Ceux qui ne sont jamais allé au pitt y seront conduits pour entendre toute la ferveur des des parieurs au 11ème dékatman. Nous apprenons même qu’à l’origine le pitt n’était point affaire de nègre. « Sé Sengamalon ki té apwann Wozalien ki pit pa té, oprèmié-koumansman, anbagay vi- neg.  S’ou wè tout ti-tjatja té ka fè kok bajòdi-jou, s’ou wè tout chen tout chat té konpwann yo sé dé gan pitè, sé padavwè Bétjé ralaé kanno-yo anmi-anmizi, men sé yo ki simen vis-tala nan péyi-a»

 

            Signalons quelques coquilles qui se sont invitées (il y en a toujours), comme par exemple dévenn ban ou (ban ou), yui-t-é (yui-tè) konpwann y o sé (yo sé) chimis ves (chimiz)... mais sur les 205 pages l’on ne saurait tenir rigueur à l’éditeur pour ce premier qui reste incontestablement un coup de maître.

 

Kod Yanm

Déjapouyonn, le titre recèle tout un univers, on pense d’emblée au dicton créole : « kod yanm ka maré yanm ». Es lo madaan Wozalien an pé fé an final di kont fini pa maré’y ?

 

Déjapoudé, est pour la nouvelle maison d’édition l’espoir (espérons pa mal papay) de nouvelles récoltes d’igname littéraire encore plus nombreuses. L’association KM2 (Krey Matjé Kréyol Matinik) ne peut qu’applaudir et encourager l’émergence d’éditeur faisant la promotion de la langue créole comme l’ont fait bien avant Les Editions Lafontaine, K.Editions, Jasor et d’autres.

Epi pou bout, pou Kod Yanm pa maré yanm autrement dit pour ne pas nous empêtrer dans les fausses querelles linguistiques sur l’acceptation d’un système parfait d’encodage et de décodage, peut-être qu’il faudra accepter l’alphabétisation dans notre langue. Ainsi pourrons-nous mieux la lire, augmenter ses lecteurs et par ricochet le nombre d’auteurs de texte créole.

A moman-tala nou ké manjé bon yanm, Mais là, sé pa rédi chez bò tab.

 

 

Jid

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 02:07

Entrevue Potomitan

 

 Q/1. Jid, depuis 2004, vous tenez sur l’hebdomadaire Antilla une rubrique en créole « Kréyolad ». Pourquoi avez-vous choisi le créole pour votre rubrique ? Quel genre de sujet traitez-vous ?

C’est d’abord une suggestion faite à un ami membre du comité de rédaction d’Antilla, Gérard Dorwling Carter, mon choriste à l’époque. Et il m’a dit tout de go : poutji ou pa ka fè’y wou menm ?

C’est dans ces conditions aussi simple qu’est né mon premier kréolad. A l’époque je l’écrivais ainsi et c’est feue Pierre Pinalie qui m’a demandé pourquoi je l’écrivais sans (y). Finalement, j’ai souscrit à sa suggestion et je ne me souviens plus à partir de quel numéro Kréolad est devenu Kréyolad.

 

Je traite de tous les sujets d’actualité. Je vais même jusqu’à dire que se sont les sujets qui me choisissent. En effet, je reste à l’affut de bribes de nouvelle qui m’interpellent sur l’aspect créole tant dans le quotidien, dans la presse radio et télévisuelle mais surtout dans la rue. Mon écriture se fait donc dans ma tête sur toute la semaine avec des personnages qui sont mes parents et surtout ma grand-mère qui est morte à 107 ans. Je me mets à parler comme eux parlaient créole en leur temps. Quand je prends mon papier tout vient rapidement. C’est le titre qui est difficile à trouver.

Avec le temps, certaines contraintes sont intervenues comme par exemple la remise impérative du texte le mardi matin. Il m’est arrivé d’être « en panne » de sujet. Aussi surprenant que ce la paraisse, c’est dans ces moments de doute et d’urgence que mes meilleurs écrits sortent. C’est curieux, mais c’est comme cela. Comme dirait l’autre l’inspiration ne se commande pas.

Tous les sujets me permettant un traitement sous l’angle principalement de l’humour, de la dérision. Je ne me prends pas au sérieux (même si je traite de sujets sérieux). L’excellent travail de Nicole Isch (Le spectacle de Kréyolad) présenté au colloque du GRECFAV en 2008 au Prêcheur, m’a beaucoup révélé sur ma posture d’écriture créole. Le Kréyolad est en réalité un billet d’humeur. Il faut faire des remarques critiques sans critiquer. C’est devenu une pratique voire un tic. Ce n’est pas toujours évident surtout lorsqu’il s’agit de personnage politique. Mais après 5 ans de pratique j’arrive tant bien que mal à m’en sortir (enfin je pense !).

 

Q/2. Avez-vous toujours écrit en créole ? Si non, comment avez-vous commencé et pourquoi ? Est-il difficile pour un créolophone d’écrire correctement en créole ?

            J’avais déjà commencé à écrire des chansons, des poèmes en créole et en français. Depuis février 2004, date du premier Kréyolad, je n’ai jamais cessé. Cela fait donc un texte par semaine et je suis à mon 281ème. Mon premier texte long, que je qualifie volontiers de racontage à l’instar de mon ami l’écrivain Max Rippon, a été en créole. D’ailleurs, je suis à la recherche d’un éditeur. Mon premier roman créole (Rété trantjil sé an rimed) est paru en français en 2007 sous le titre « Zouki d’ici danse » aux éditions Ibis Rouge qui m’ont demandé de le traduire.

Je dois dire ainsi qu’à la faveur d’un stage d’écriture en 2003 sur la nouvelle, j’ai produit quelques petits textes et j’y ai pris goût. (lakol la pri an dan-mwen) Je dirai même que j’ai contracté le virus. Avec les Kréyolad, je suis en permanence dans l’écriture créole, les jeux de mots entre les deux langues. C’est qu’un mot français peut avoir une résonance particulière en créole et c’est véritablement un jeu, une chance et aussi un vrai bonheur de parler deux langues voire plusieurs.

 

            Je crois que la difficulté est de même nature que pour un francophone d’écrire correctement le français. La difficulté, à  mon avis réside dans sa propre posture en face de sa langue. Si l’on considère que c’est que c’est une langue que l’on sait parfaitement parler et que l’on n’a pas à s’y alphabétiser. (C’est facile, mais là nou ka bétizé).

Car l’écriture du créole requiert un minimum. Quand on sait que le système du GERCE-F que j’ai adopté ne fait pas l’unanimité. Je continue pourtant à me former notamment aux innovations introduites par le standard II. Je crois que tout système n’est pas parfait, il ne peut être que perfectible. Il faut donc laisser les linguistes faire leur boulot. Mais je crois que si plus de locuteurs se mettaient à écrire l’on serait aussi une force de proposition par notre pratique de l’encodage et du décodage. Il y a donc un équilibre à trouver entre ceux qui veulent se rapprocher au maximum du français et ceux au contraire qui veulent s’en éloigner pour affirmer l’identité de la langue. Ces positions idéologiques brouillent le message et il n’est pas surprenant que ceux qui viennent de l’extérieur ont moins de mal à lire le créole, car ils acceptent que c’est une langue avec ses propres codes. Tandis que le créolophone alphabétisé d’abord en français chercher toujours sa langue d’apprentissage primaire.

A mon modeste niveau, j’essaie d’écrire du mieux possible, de produire des textes car une langue a besoin d’écrits pour évoluer. Beaucoup de lecteurs me disent aimer les Kréyolad. Cela me fait assurément plaisir. Mais au-delà de mon égo, je suis surtout conscient que les Kréyolad comblent un vide. La possibilité de disposer de textes courts, sans prétention sur tous les sujets. C’est à mon avis la vraie raison de son appréciation. Quand je vois, ma belle mère par exemple, pété ri, (s’éclaffer) à la lecture d’un texte cela me procure un vrai bonheur. Comme cela m’attriste aussi de voir par exemple certains enseignants avoir des mimiques de dédain, comme s’ils avalaient à la lecture d’un Kréyolad quelque chose d’amer. Mais c’est normal tout cela, ceux qui se donnent la peine d’apprendre à lire en tire assurément un vrai bonheur comme dans toute lecture dans quelque soit la langue.

Il paraît que la langue des Kréyolad préserve des mots anciens tout en adoptant un langage actuel. Tant mieux si cela peut faire le bonheur de certains. (Je n’espère pas l’aversion d’autres mais, sa sé an lespwa mal papay).

Notre langue recèle des trésors dans les images, les proverbes, la philosophie. Il faut essayer de garder, en tout cas ne pas perdre, cette beauté du langage tout en essayant d’être simple, pas trop grand grec. J’essaie d’écrire avec des mots anciens que je connais car l’on a déjà beaucoup perdu. D’ailleurs, c’est pour cela que Raphaël Confiant a mis en place le Dictionnaire des Néologismes. Cette construction savante ne peut être validée par le peuple. Je ne suis pas certains que l’ensemble du peuple, qui ne lit pas encore régulièrement pour diverses raisons, est capable d’accepter et d’entériner ce procédé.

La question reste donc difficile. Il n’est pas facile d’écrire « correctement » pour être toujours compris. Mais je crois qu’il faut chercher à faire perdurer des formules typiquement créoles comme le éti qui tend à disparaître au profit du qui du français.

 

 

 

Q/3. Votre activité de bibliothécaire vous a-t-elle stimulé à vous dédier à l’écriture et à celle en créole ?

Assurément. (Papa dirait : direktiman) je crois que ma pratique professionnelle m’a sensibilisé a la rencontre de nombreux écrivains tel que Gibert Gratiant, Georges Mauvois, Marie-Thérèse Julien-Lung Fu, Raphael Confiant, Georges de Vassoigne, Térèz Léotin, Daniel Boukman, Eric Pézo, Jean-François Liénafa Hector Poullet, Max Rippon, Georges Castéra et beaucoup d’autres. Surtout Georges Mauvois que je connais personnellement, qui m’a fait aimer et apprécier la lecture de cette magnifique langue. J’invite les lecteurs de potomitan à se régaler avec Ovando, Dé twa ti-mo Jaz est un mango vè mi lanmanten, (une vraie merveille). La langue créole est magnifique. (J’ai failli écrire la plus belle mais c’est mon coté chauvin) Et puis le proverbe créole ne dit il pas bien : « makak pa janmen ka trouvé ich-li led ».

Les écrivains créolophones sont nombreux mais leurs livres sont anba fèy, confidentiels manquant cruellement de promotion. Ce sont tous ces écrivains qui par leur texte m’ont donné le goût de lire et d’écrire. Mèsi pou yo.

 

 

Q/4. Pourquoi beaucoup de vos expériences d’écritures en créole sont liées à des sujets religieux ?

            Parce que tout simplement, je suis chef de chœur liturgique. Je me suis trouvé très vite confronté à une pénurie de musique liturgique écrite en créole. Alors que nous sommes rythmiquement riches, il y a peu de musique créole liturgique. J’en ai pris conscience lors de mes stages à l’étranger. Je me suis dit que ce n’était pas les autres qui allaient me l’écrire. J’ai donc pris des cours d’harmonie, me suis formé à l’écriture musicale. Mais l’écriture créole est un vaste champ à coutelasser, bécher et sarcler. C’est un terrain presque vierge et donc beaucoup reste à faire. Même si depuis une trentaine d’année, grâce à des gens comme Antoine Maxime, Père Elie, Edouard Boniface, Paulette Nardal, Marie-Thérèse Goron, Germain Kanuty les choses commencent à bouger. Et ce n’est pas étonnant de voir poindre le mouvement Bèlè légliz d’aujourd’hui. Fort du travail de ces compositeurs créoles, je tente, en autodidacte, de me forger ma petite écriture musicale. Car écriture créole ne peut être totalement l’écriture classique occidentale même si elle comporte des bases communes.

J’ai donc beaucoup écrit pour ma chorale (l’Orchidée de Schœlcher) qui est une chorale liturgique mais ancrée dans la culture musicale martiniquaise. Ceci explique donc la récurrence voire le militantisme de l’aspect religieux.

Cependant j’ai aussi composé pour la musique populaire. J’ai participé à deux éditions du Concours de la chanson créole. J’ai obtenu en 1987 un troisième prix de valse et un deuxième prix  toujours dans la catégorie valse en 1988. Cette même année j’ai obtenu le troisième prix de composition chorale organisé par l’AMIC à l’occasion des 150 années de commémoration de l’abolition de l’esclavage.

 

 

Q/5. En Martinique religion et créole sont-ils toujours eu des fortes interdépendances ou s’agit-il d’un des effets de la reconnaissance du créole comme langue à part entière ?

            Pas toujours.  Il a fallu des précurseurs comme ceux cités plus haut pour que les choses bougent. Les prêtres Antoine Maxime et Louis Elie ont connu de nombreuses difficultés lorsqu’ils ont introduit le tambour à l’église et du même coup le créole. C’était à l’époque (et encore aujourd’hui) presque diabolique. Je connais une de mes choristes qui n’aiment pas chanter en créole à l’église. C’est vous dire que l’interdiction de parler et par voie de conséquence chanter a fait (et sans doute fait encore) de gros dégâts.

            Je dois dire aussi, grâce aux trente années de travaux du GEREC F, les gens de moins en moins ne disent plus que le créole n’est pas une langue, mais un vulgaire patois. Ils ont conscience qu’au-delà du langage parlé le créole présente un aspect identitaire. La conscience créole évolue même si beaucoup refusent encore aujourd’hui ce mot. En tout cas ils ont l’intime conviction de leur singularité. Et le créole commence à être considéré comme une langue majeure. Pour citer l’un des personnages de mon roman, « le créole ne veut plus rester assis sur un ti-ban alors que d’autres sont dans un fauteuil linguistique. Il a le droit de s’y installer pour prendre langue avec toutes les langues du monde. » Sa i mantjé ?

 

Q/6. Comment avez-vous découvert le site Potomitan.info ?

            C’est un ami, amoureux du créole, militant qui m’avait recommandé le site. Je consultais régulièrement pour la bibliographie d’écrivain comme le site Ile en Ile. Il m’avait suggéré de vous envoyer les Kréyolad, mais je n’osais pas (man tibren kapon, par timidité). Et puis j’ai pris mon courage créole à deux mains pour vous solliciter afin de faire figurer mes ouvrages surtout Sansann qui vient d’être publié.

Je dois dire également que les Kréyolad sont déjà sur trois sites (montray kréyol, gens de la caraibe et à l’Abowdaj) alors pourquoi pas potomitan ? En attendant de trouver les moyens ou un éditeur pour les publier un jour.

 

 

Q/7. Merci de vous être prêté à cet entretien.

            C’est à mon tour de vous remercier car à l’issue de la publication de mon septième ouvrage, beaucoup pensait que je n’écrivais que les Kréyolad. Je vous remercie de me fournir l’opportunité d’être publié et de figurer (fidjiré) comme écrivant créole. (J’ai conscience d’écrire beaucoup de vent, mé es pawol sé van ?) Je serai eut-être un jour écrivain créolo-francophone,  mais : sa sé pa rédi chez bò tab, sé matjé dri san rété kon sansann alé.

 

Mèsi Franseska,

 an lo,

an chay ek an patjé.

 

Jid

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 02:02

Bel poveb kréyol 69

« Lapenn pofitè » sé sa nou ka konstaté épi lésans la mé « lanmò brigo fé di bien o solda » 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 02:00

KREYOLAD 282

 

Lagrip A…

 

Tout moun sé jou-tala ka chanjé konpowtasion.

Lé kanmarad pa ka djè ba’w lanmen ankò, anlo moun trapé an model  lagrip. Sé lagrip A.

Lagrip A… pran pokosion. Tala ka di’w sa’w fè olen pou pa apenn menyen lanmen’w.

Lagrip A… fè kouyon.  Kontel anlot ka fè’w konprann i pa anvi bo’w. Lè i wè’w ka vini, i ka pran portab li pour montré’w i ka palé an téléfòn-li. Mé i ka fè’w an ti-sin pou’y sa fè’w wè i wè’w.

Anfen chak moun ka chacé an manniè pou pa ba’w lanmen obensinon pou pa bo’w.

Tousa ka montré sé an lagrip A fè’w chanjé manniè viv ou.

Ni an boug ki di mwen :

-         Ou sav poutji sa rivé Matinik ?

Man di’y :

-         Anh –anh !

I réponn mwen ében kouté :

-         Sé pa ni vakansié ki mennen sa isi, mé man pé asiré’w ki sé an viris yo ladjé an siel. Dapré’w poutji Lapatrouy de Frans vini isi ?

Misié ajouté :

-         Ou pa wè yo ladjé lafimen blé blan rouj, sé pou goumen kont viris la. Sé moun an ki asou lakot karayib la pa pou trapé lagrip.

Man mandé’y poutji :

-         I di mwen normalman, adan komin ki ni mè endépandantis kontel Lariviè-Pilot oben Sentan, yo pa protéjé pas yo pa djè enmen sé koulè-tala.

Man kouté misié bienkonmifo. Ni anlè man fè mwen an lidé :

Es misié ni rézon ?

Es misié pa trapé lagrip A di bétiz ?

Es sé mwen ki ni an lagrip A pa konprann ?

Anfen i ka sanm, vakans la pa fè tout mou di bien.

Adan tout zafè-tala man konstaté ki Marilis panché ko’y asou pri lésans la. Manzel lavé lanmen’y ek i di lésans ké wosé pou 7 santim.

Toupandan Marilis té ka lavé lanmen’y, man konstaté  La SARA ka froté ta’y é asiré sé pa lagrip yo ka trapé mé an manniè pou fè lajan.

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 14:37

KREYOLAD 281 Larantré

Simenn-tala tout ti-bef ké konnet pitjet-yo. Met lékol ka viré la yo ka travay, travayè ka déviré an lantoupriz-yo (lè i pa fèmen oben likidé), tianmay ka déviré lékol mé bien souvan adan dot klas (pou sa ki pa doublé). Mé anboutéyaj pa janmen sòti i toujou la. Man konnet an vakansié ki rivé a di : - Sa pli danjéré ki lati-kouròn Pari. Anboutéyaj toujou la pou an… (anbété moun, pou zot pa di man malélivé). Lé swasanntrézis ja o konba asou le téren, pou frennen tout bagay a livié. Lé saswannkatòzis pofité pou jwenn ek éséyé mété tet-yo adan menm bonnet la. Lé orkes ki té viré monté kontel La Perfecta, Opération 78, Les Léopard, Kwak tousa fini. Bal kasé violon dan sak. Atjelman nou ké wè ki manniè krab la ka dékalé. Asiparé komkidiré Gromota ponmet viré mété an wout pa koté Lagwadloup. Kantapou kolektif la, i paré fè lé revandikasion vansé tigout pas ni anlo bagay ki poko réglé. Ou sé menm di bagay la vini ankò pli bandé pas anlo lantoupriz pofité likidé lè y opa anni fèmen net. Délè yo pa ka menm jwenn patron an, ki pa Matinik ankò é ki pa ka réponn o téléfòn. Ni anlo vakansié ki fèmen zié-yo pou oubliyé lé poblem, mé ou sé di poblem toujou la, sé pa sa ki mantjé. (Poblem dèyé poko mannié). Lè ou bien gadé ou sé jirédi ni ankò plis. Lantoupriz ka kontinié fèmen alé viré chario. Chonmaj ka wosé, lésans pa ka bésé. Asiparé ké menm ni mwens met lékol. (pa ni lajan pou ranplasé sa ki pati laritret). Ou sé di larantré osi danjéré ki lasòti. Es poblem fet pou ladjé obensinon pou réglé ? Sé zot ki sav, é sé tala ki ka tjenbé latjé poblem la ki konnet chalè’y. Sa cho dann !

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 11:57

Bel poveb kréyol 68

 

« Fiyel mò, makoumè fini » mé es « dé toro pé bat an menm savann »

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 11:23
Vous pouvez désormais voir ma  bibliographie sur le site
http//www.potomitan.info/duranty/
Partager cet article
Repost0