Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 22:16

Térèz pa piétè

 

La semaine dernière, Luc Clémenté, maire de la ville de Schoelcher a ouvert largement les portes de la salle de délibérations pour accueillir une grande plume créole, Térèz Léotin.

 

Luc Clémenté était particulièrement fier, il s’est dit même « honoré » de la présence sur sa commune d’une personne d’une telle qualité. Rappelant à l’auditoire, particulièrement nombreux à cette soirée, les nombreux écrits de Térèz et sa longue implication associative comme Bannzil kréyol, Grif an tè…

Malgré sa réunion de quartier, il a tenu avec son adjoint à la culture Maurice Joseph-Monrose et d’autres conseillers municipaux à accueillir personnellement cette figure du monde des lettres créoles.

 

Deux intervenants d’une grande qualité compte tenu de l’ouvrage ont donné respectivement leur analyse. Ce fut premièrement le cas d’Yves Bernabé, Inspecteur Pédagogique Régional, et Marie-Denise Padra agrégée de lettres en second lieur, qui ont livrés respectivement leurs intéressantes observations sur l’adaptation de l’Avare de Molière devenu sous la plume de Térèz Léotin « Piètè-a ».

Si le premier a beaucoup insisté sur les qualités d’écriture et de transposition de la pièce, la seconde quant à elle a, en créole, a mis l’accent sur l’argent dans notre société. Au moment où précisément dans la population il y a des manifestations contre la vie chère. Tout le monde ne réclame t’il pas une augmentation de salaire pour tenter de sortir la tête de l’euro et prendre un grand bol d’air ?

Quoiqu’il en soit malgré la grève, Térèz a tenue à remercier le nombreux public. La salle de la mairie devenue trop petite pour l’occasion. Emue par l’assistance elle n’a pas manqué de partager cette émotion en sollicitant une minute de silence en mémoire de son amie disparue, Marie-Alice Jacoulet. Elle figure d’ailleurs dans le livre par un petit clin d’œil. Lorsque Arpagon dit  à la page 53 : « Fout i sa défann la kòz ! I ka palé bien pasé Sézè dans konférans é pasé mèt Jakoulé o tribinal. »

 

Incontestablement, l’intervention du POUTJI PA TEYAT et son metteur en scène Bérard Bourdon a subjugué la salle qui a totalement souscrit aux jeux des différents comédiens. Deux extraits furent présentés.

An ti-bout twaziem laronn-la éti Arpagon ka kwè yo volé lajan’y. Arpagon (Erik Bòngras) ké di bien anrajé :

-         Tiré pié’w andidan kay-mwen an ! Man di’w tiré’y sakré vòlè ! Sakré vakabaon ! Kabann sèpan ki’w yé ! Man pa lé wè’w !

 

Laflèch (Zonzon) ké réponn :

-         Men tonnè di dié !... Padon Mondié ! Kimanniè an mou pé fè vòlè sa’w ni ? Ki moun ki pé vòlè’w la ? Di mwen ki moun ! Tout bagay-ou séré anba kadina. Lè ou pa ka jwé jendam, ka kouri toupatou an do moun, ou sé santinèl ! Kimanniè yo pé volé’w ? Es ou sé an moun volab ? Man pa ka kwè.

 

AN BEL BOKANTAJ

 

Apré ti-mòso pies-tala, moun pran lapawol pou té bokanté épi Térèz.

O koumansman yo té tibren piètè an zafè pawol-la, mé lè yonn koumansé, pa té ni asé tan pou té rété-yo.

Daniel mandé Térèz :

Poutji ou pa fè an pies wou menm pito ou alé chaché an pies ki ja ka ekzisté ?

Térèz :

Déjapouyonn sé an teks man santi an « filing » pou’y. Apré sa man konstaté, kalté teks komik la yo ka ba sé moun-an pa toujou an nax. Dapré-mwen kréyol-la mérité nou sèvi’y an lot kalté manniè, épi titak plis belté.

An jenn fanm mandé’y :

Es sa pran’w an lo tan pou té mofwazé teks-tala ?

Térèz :

Man fè sa épi anpil plézi, lè man té ka fè Molier palé kréyol, dan-mwen té ka fè sik, vréman man té kontan. Man dwé pran aprochan twa mwa pa plis. Mé apré fo ritravay teks-la sa ka pran titak plis tan.

Jennfanm-la viré mandé’y :

Es ou ka mofwazé an liv yo mandé’w ?

Térèz :

Man sav ni moun ka matjé liv yo mandé yo an kòmand flap flap ! Mwen pa té ké anvi fè sa, pas fo teks-la an sans-mwen, ka di mwen an bagay. An final di kont, man pa kwè man ké lé fè sa.

Léyòn :

Man lé di’w mèsi, pou liv-tala. Pas nou bizwen teks ba sé tianmay-la.

An lot madanm :

Continuez madame, parce que vous faites œuvre de véritable création en transposant comme vous l’avez fait, le monde de Molière (17è siècle) en celui d’aujourd’hui à la Martinique.

Yves :

Gardons-nous de dicter aux écrivains nos envies, nos fantasmes. Ils seront alors dans une production factice et décevante. Laissons-les au contraire la liberté d’écrire. Leur production sera alors au gré de notre observation. Celle de choses moins bonnes qualités mais aussi de choses absolument géniales.

 

Josette :

Man ké koumansé pa di zot : « Permettez-moi de le prendre en français ! »

I koumansé bel balan an fransé, épi i pa pwè a kil è i té ja tonbé an kréyol-la. Moun ki té la pa mantjé pou t ranmasé’y. (Ou pa té di ou té ka pran’y an fransé  an?)

(Rires……..)

 

Lè i té névè é dimi, animatè-a mété an milié an bokantaj-la, ki pasé an manniè nawflaw, flouz épi obidjoul. I di Térèz mèsi anlo an patjé épi an chay pou bel ti-moman tala alantou kréyol.

I fè nou sav ki Térez té ka adan an sanblaj moun, lasosiasion KM2 (Krèy Matjè Kréyol Matinik) éti ka djoubaté pou vréyé kréyol- la douvan. Joj-Anri mari’y adan tou épi Serj Restog, Joj Devaswan, Jid Diranti épi kisasayésa…

Dayè, pa ni lontan Antilla pibliyé dé mo douvan asosiason-tala ki lé kréyol pa rété dèyè kon dé talon, mé vansé douvan.

 

Antouléka man ka di ba tousa ki poko ni Piétè-a, alé kay Aleksann oben dot libréri pou zot sa potjiré zot li. Sa ké ba éditè-a (Jan-Mak Rozié) an bel pal. Epi sé ké an manniè pou soutni’y ek dot matjè kréyol ki koumansé brennen kò-yo. Pou lang kréyol-la, mandé Rojé sa i ké sa di zot-sa, la pli bel anba labay.

 

Pou nou pa piètè adan ankourajman-an, nou ka di Térèz woulo, épi ba nou dot liv osi bel, pa fè piétè pas ou pa piètè adan zafè ékriti-a.

 

Jid

Partager cet article
Repost0

commentaires