Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2022 5 07 /01 /janvier /2022 17:44
Jude DURANTY Le Mag
Jude DURANTY Le Mag
Jude DURANTY Le Mag

Epi solidarité ek lantant asiré lanné 2022-a ké obidjoul

 

Matinik pé rété fantastik

Si anlo moun rété fè sik

Ek fè vié bagay mistik

Pou lavi maléré pli lojik.

                                Jid

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 19:05

KREYOLOMAJ BA SIMON JIRAD

 

Une image contenant texte, musique, guitare

Description générée automatiquement

Simon bwè Ji Rad pa mandé mwen ki manniè ni poutji, mé sa ba misié bon énerji ek espirasion. Dépi antan misié fè prèmié gita’y épi fil kren ek tjes lanmori jikatan i rivé genyen prèmié Fender-li. Afos gadé « Les Rico Jazz » Luna Rock misié djoubaté kon chat meg an zaboka vet pou monté ann « Opération 78 ».

Malpalan di i té ké malad ek i té ké fè 78 opérasion ki té ké fè’y ped chivé’y. Mé misié pa ka pété tet-li asou sa, chivé’y pa ka blanchi, i toujou bien penyen épi menm ti-afro a.

Jik Santana, an brital gitaris pran an mòso’y pou i « Roulé » menmsi i kriyé’y « Hermes », sa ka montré zot Simon ni kont pwa’y.

Eben « La SACEM » rann-li omaj, i pa atann i pati monté an filao kon Jakob lanné pasé. I té ja trapé an méday an lò « la SACEM » ek an « Maracas d’or » kou-tala yo nonmen’y « Manb définitif ».

Sa anlo moun pa sav, sé épi’y Pipo koumansé chanté, i fè nou dékouvè lè ou ni « Tchè dan tchè » « Fout ou bel » tousa san « Polémik ». I té ni « Ambition » dan La Perfecta, i té lé vini pofésionel. Mé yo di’y ou pé fè « L’union libre » i pati fè an « Opération 78 » é « La Perfecta » di’y épi an chanté « Il le fallait ».

I fè nou dékouvè Serj Ponsar ki ja monté an Galilé tou kon Edith Lefel.

Manmay si zot lé sav ki moun ki « Marie Soleil, Jessie en La Majeur oben Mariana» zot pa bizwen « Pété pak » menmsi sa « Dur dur » pas misié « Roulé » bos-li épi « Les frères Déjean » oben menm épi souflan « Fania All Star » pou ba moun bon mizik an payot, kisiswa « La cocoteraie » Omaren, « La Playa » Voklen épi  « Terpsichora » Lanmanten.

Mèsi, Misié Simon Jirad nou ka kriyé’w, kontinié ba nou « Ambiance Paillotte » épi an waché rachmabab pou 50 lanné ankò !

 

Jid

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 17:01

 

De plus en plus croire en moi

Pour ne plus dépendre de toi

C’est tout à fait mon droit

Pour retrouver foi en moi

                                        Jid, 7.6.21

Moïku
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 21:36
Djo neg mawon

Dimanch oswè Bazil pasé pa Laïviè Pilot pou ralé Joseph Gros-Dézormeaux. Eben sa ki pa konnet misié pou konnet Djo. Menmsi zot pa alé manjé « Kay Dj0 » dan bouk Laïviè-Pilot.

Boug-la né an plen ladjè an 1945 sé pou sa sé té an gérié, an neg mawon. Djo té wè Lou-a « Voici le Loup » ki fè an brital siksé jik atjelman dan chanté kannaval, mé i pa ni tan flennté Bazil.

Djo neg mawon sé la limenn té ka chanté :

« Tout moun lan ka kriyé mwen,

Djo neg mawon,

mé yo pa sav

sé neg ki solid,

 ek ki lé viv lib ».

Pandan pliziè lanné mizik Djo pa té ka pasé anlè sa i kriyé radio « Fransé ». Mé Djo sé an brital otè-konpozitè ki toujou chanté chanté’y limenn. Sof pétet « Manot » oben « Lapen mwen » La Perfecta ripran épi anpil siksé.

Djo fè an patjé diks mé nou pé di bravman, 95 % nou pé klasé yo kon dé chanté popilè  ki kontesté kontel :

  • Blé pal, blé fonsé

Dé chanté pou nou konnet listwa Matinik kontel :

  • 22 mé, Septanm 1870, Léopold Lubin, Esklav Romen,…

Dé chanté patriyot kontel :

  • Neg pété chenn, Vidé Lepen, Wouj Ver Nwè,

Sa vré, lè an moun kasé pip-li, nou ni labitid trouvé tout kalté model bonté ba moun mò. Nou pé ké di kon anlo sé té pli gran chantè kannaval, tout moun ki enmen kannaval sav sa !

Nou pé ké di sé té pi gran patriyot Laïviè Pilot tout moun konnet sa !

Mé nou ka rimèsié Chaben éti rimet-li an trofé « Pwason Lalin Viktò Anicet » pou lansanm travay-li alantou chanté Matinik. Yo fè an jes pou rikonnet travay-li toupandan i té vivan.

Anlo moun pa té sav i fè chanté plen lantandres kontel : « Mwen pèdi doudou mwen » « Le Grand amour » « Rien n’est plus comme avant » « Je voudrais que l’on m’aime » …

Eben Djo Neg Mawon nou ka di’w bon vwayaj ek mèsi pou chanté’w ki pa té la selman pou « vréyé monté » mé ouvè lapot konsians nasional-nou. Chanté sé an zam tou pou fè moun kabéché. « Kisa man ka achté lokal-la »

Mèsi Djo, nou enmen chanté’w ka rété an matjoukann lé konpozitè Matinik

 

Jid

An ti-konpozitè

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 02:21

Alors que nos écrivains martiniquais__qu'ils écrivent en français ou en créole__sont largement ignorés chez eux, il n'en va, heureusement pas, de même à l'étranger. 

   Cette semaine, l'Université" de Parme (Italie) a ainsi attribué le doctorat "honoris causa" à Patrick Chamoiseau récompense qui honore un travail littéraire au long cours c'est-à-dire une oeuvre. Avant l'auteur de Texaco, Aimé Césaire, Edouard Glissant et Raphaël Confiant avaient déjà reçu ce même doctorat dans diverses universités à travers le monde et pour certains de ces auteurs, par deux fois. 

   Très prochainement, c'est l'écrivain créolophone Jude Duranty (dit "Jid") qui sera célébré en Haïti à l'occasion d'un Festival de Littérature Créole. Auteur d'une bonne vingtaine d'ouvrages, tous en créole, Duranty fait partie de nos auteurs majeurs en langue créole aux côtés de Gilbert Gratiant, Georges Mauvois, Monchoachi, Daniel Boukman, Raphaël Confiant, Georges-Henri Léotin, Hughes Bartéléry, Romain Bellay, Térez Léotin, Jala, Roger Ebion, Serghe Kéclard et bien d'autres. Ces auteurs sont, pour la plupart, méconnus parce qu'ils écrivent en créole et que nos médias ne leur accordent guère d'attention.  On le voit bien au cours de ce mois du créole, Octobre, qui est fêté dans tous les pays du monde et leurs diasporas. Ici, en Martinique, rien. Ou presque rien !

   Nous avons deux langues__le créole et le français__et nos écrivains martiniquais les illustrent de la plus belle des manières au point d'être reconnus à l'étranger, chose qui ne peut qu'être bénéfique pour notre "tête d'épingle" de pays...

In Lyannaj Kréyol.

 

Jude Duranty invité d'honneur du Festival Entènasional Litérati Kréyol
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 10:49
Les Editions Zaboka

Les Editions Zaboka, une petite maison d’édition qui a fait du créole son cheval de bataille.

Jid notre collaborateur à ANTILLA, bien connu pour ses KREYOLAD depuis 2004 est une sorte de Michel Morin culturel. Auteur-compositeur, chef de chœur depuis 11 ans il fut contraint de revêtir une casquette d’auto-éditeur pour la publication de ses ouvrages en créole.

Il a rencontré Jude Duranty, un militant de la langue passionné d’écriture. Ils ont donc bokanté dé mo kat pawol.

Jid es ou pé di nou kimoun ou yé ?

Jude DURANTY : Je suis un martiniquais de 65 ans récemment retraité, passionné d’écriture littéraire et musicale. Militant culturel je suis très attaché à la langue et la culture créole.

Jid : Zafè matjè-a, sa potalan pou’w ?

 Jude DURANTY : Auteur-compositeur, j’ai déjà écrit plus de 200 chansons profanes et spirituelles. Avec la Chorale l’Orchidée de Schoelcher j’ai réalisé deux albums. J’ai terminé ma vie professionnelle comme directeur de la Bibliothèque municipale de Schoelcher. Donc le livre et la lecture publique ont été dans mon environnement durant 38 années.

Jid : Zafè mizik-la nou ké wè sa anlot dékou, mé annou rété asou zafè liv-la. Kisa ki mennen’w matjé ?

Jude DURANTY : J’écris depuis très longtemps mais c’était un dans l’intimité et des textes courts en particulier la poésie. J’ai eu l’opportunité de faire un stage d’écriture de nouvelle avec Alain André en 2003. Cela m’a donné l’envie d’écrire des textes plus longs et c’est comme cela qu’est né mon premier rakontaj « Zouki bel zouti »

Jid : Di nou plis anlè liv-tala !

 Jude DURANTY : Pour ce qui est du livre, mon aventure éditoriale a débuté par une contrariété J’ai soumis ce texte à un éditeur. Il m’a demandé de faire une traduction en vue d’un bilingue. Finalement il a publié le texte en français qui est devenu « Zouki d’ici danse » aux Editions Ibis Rouge. Donc comme vous le constatez ma première publication en créole est parue en français en 2005. C’est encore aujourd’hui la seule fiction sur le Zouk et c’est sans doute pour cela que les Editions Orphie l’ont réédité cette année cette année.

Jid : Es liv-tala maché ?

Jude DURANTY Ce ne fut pas vraiment un succès éditorial, mais incontestablement un livre majeur puisqu’il a été programmé au Séminaire sur le Zouk organisé en 2011 par la chercheure Hanétha Vete-Congolo. Il a fait également l’objet d’une communication à l’Université en juin 2019 à l’occasion du Colloque sur le Zouk organisé par le CRILLASH et Mélanges Caraïbes. De nombreux articles lui sont consacré, ils sont visibles sur le site Potomitan.    Avec sa nouvelle réédition le livre connaît un regain d’intérêt il est d’ailleurs préfacé par Pierre-Edouard Décimus.

Jid : Kidonk ou koumansé an 2005, sa ka fè 16 lanné ?

Jude DURANTY : En effet, 16 années durant lesquelles j’ai été publié par plusieurs maisons d’éditions caribéennes (Ibis Rouge, Editions Denel, Editions Jasor, Editions Nestor, Caraïbéditions, Idem, K.Editions Neg Mawon) et françaises (Edilivre, L’Harmattan, Auzou).

Jid : Mé poutji ou kréyé Les Editions Zaboka ?

Jude DURANTY : J’ai envie de répondre Ou toujou bizwen an zaboka pou mété adan manjé’w. Mais plus sérieusement les Editions Zaboka sont nées par nécessité. Après la mésaventure de 2005, je voulais faire paraître mon texte en créole « Zouki bel zouti ».  Mon père disait « Fo pa janmen blamé an kontrariété ». Autrement dit le fait de n’avoir pas publié mon roman en créole « Zouki bel zouti » cela m’a finalement amené créer ma propre maison d’autoédition me permettant de publier mon premier livre en créole en 2010. Grâce à l’édition électronique et en particulier la plateforme TheBookEdition.com qui permet l’édition à la demande. On est plus tributaire de stock en particulier pour des livres qui ont écoulement « lent ». On peut aujourd’hui imprimer 10 voire 1 livre si on veut. Cela m’a donc permis de publier enfin « Zouki bel zouti » cet ouvrage a ouvert la voie pour une trentaine aujourd’hui. J’ai publié principalement mes livres (18) mais aussi 6 autres auteurs en privé qui ne sont  donc pas en librairie et pas forcément en créole. Les 5 ouvrages de l’auteur Roland Jean-Baptiste Edouard sont sortis grâce aux Editions Zaboka.

Jid : Es fok pa Editions Zaboka ni plis rèkonésans ?

Je pense que la reconnaissance commence puisque l’ailleurs prend en compte mon travail d’écrivain en créole. Je suis l’invité martiniquais cette année pour le Festival Entènasional Litérati Kréyol (FELK) qui aura lieu du 1er au 5 décembre 2021 dans trois villes haïtienne Port-aux-Princes, Saint-Marc et Jérémie. Je suis bien sûr à l’écoute de la situation politique dans le pays qui j’espère s’améliorera pour plus de sécurité. En tous cas j’en suis très fier et j’attends que les conditions s’améliorent. Pour le moment il n’y a pas de vol Fort-de-France-Port-aux-Princes. J’espère vraiment que je pourrai y a aller sereinement. Le pays de la langue créole a pensé à moi en mettant en avant mon travail d’écriture, d’édition et de traducteur. L’on connaît l’adage « Nul n’est prophète en son pays ». Je remercie dors et déjà l’organisation de FELK de l’intérêt pour mon travail autour de notre belle langue créole.

Jid : Es yo pé genyen liv-ou asou Entènet ?

Jude DURANTY : Vous pouvez vous rendre sur le site TheBookEdition.com pour l’acquisition de mes ouvrages. Mais je peux aussi fournir mes livres à la demande il suffit de me contacter par téléphone 0696 95 70 94 ou par mail : judesduranty@orange.fr.

Jid : Kisa Editions Zaboka ka atannn vréman ?

Jude DURANTY : Je souhaite vraiment que ce travail d’édition militante soit soutenu par les collectivités. La CTM vient d’acquérir 4 titres des Editions Zaboka, je profite de l’occasion pour les en remercier.

Mais aussi les communes et les écoles et toutes les associations qui militent pour le développement de la langue. Les livres sont là, ils n’attendent que les lecteurs d’ANTILLA et d’autres lecteurs. Notre objectif est de fournir de la matière écrite avec des textes courts pour habituer le lecteur à se familiariser avec le livre créole. C’est dans ce sens que nous avons lancé l’année dernière Teks latjé krapo : des histoires courtes pour cette familiarisation à la langue écrite. Krey Mo Mawot cette année permet aux lecteurs de découvrir des mots créoles qui sont peu usités et de ce fait les redécouvrir pour les réutiliser dans la langue. Notre dernier né est un roman Atoumo qui aborde le problème de la transmission de la langue mais aussi de notre culture qui subit l’assaut massive des mœurs étrangères au dépend de la perte d’un pan de notre identité. Ce sujet aborde la phytothérapie, lé rimed razié, à travers un métier aujourd’hui presque disparu l’apothicaire.

Jid : Mèsi pou bokantaj-la, asiré nou ké viré jwenn alantou mizik-ou.

Jude DURANTY man ka montré lapo yonndé liv an kréyol Editions Zaboka mété déwò pandan sé wonz lanné-a.

Jid : Mèsi amotchay.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 13:06

Ou ni tò… oben rézon

Ou pa janmen sav kimoun ni rézon oben kimoun ni tò. Sa difisil a jijé. Mwen, pandan lontan man ba toutmoun rézon, jikatan man rivé wè ki tousa man té ka ba rézon-an, té ni tò.

Kidonk man té ni rézon !

Sa fè ki man té ni tò !

Man té ni tò ba moun rézon ki té ni tò kwè yo té ni rézon.

Kivédi mwen éti pa té ni tò, man pa té ni pies rézon pa ba moun tò, ki té ka kwè yo té ni rézon, tandik ki té yo té ni tò.

Man ni rézon,han ? Pis yo té ni tò !

Epi san rézon, ankò ! La man ka testé pou di, pas …. Mwen tou, sa ka rivé man ni tò. Mé lè man ni tò, man ni rézon mwen, man pa ka ba.

Sa té ké rikonnet tò mwen !

Man ni rézon mwen ! han ?

Lè’w bien gadé… sa ka rivé mwen ba moun rézon éti ni rézon tou. Mé la ankò, sé an tò.

Sé kondisiré man té ka ba moun tò, moun éti ni tò. Pa ni rézon !

An finaldikont, man ka kwè ou toujou ni tò éséyé ni rézon anfas moun éti ni bon rézon kwè yo pa ni tò !

 

Transbòdaj an teks Rémon Dèvos

Jid

 

Ou ni tò...oben rézon
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 14:28

Agé de plus d’un siècle (1883 - 2021), Choucoune est indubitablement l’une des plus populaires et des plus exploitées musicalement des pièces poétiques de toute l’histoire de la littérature haïtienne. Son auteur, Oswald Durand, alors en prison pour causes politiques, a donné naissance à ce beau poème au cœur de la solitude carcérale. Peu de temps après la publication de ce fameux poème, son charme créole a séduit le musicien et compositeur haïtiano-américain Michel Mauléart Monton jusqu’à ce qu’il l’ait mis en musique en 1893. D’après Etienne C. Dumervé, cité par l’académicien Michel-Ange Hyppolite dans son essai intitulé « Istwa pwezi kreyòl Ayiti », paru chez Éduca Vision en 2000, Choucoune n’existait pas que dans un poème. Originaire de la Plaine-du-Nord, elle était bien réelle et son vrai nom est Marie Noël Bélizaire. Bref. Aujourd’hui, ce n’est pas une entreprise facile de dénombrer les multiples interprétations et adaptations musicales qui succèdent au travail de Monton. Interprété en espagnol par la chanteuse cubaine Celia Cruz, adapté en anglais sous le titre « Yellow Bird », Choucoune s’expose et s’explose bien sur d’autres territoires linguistiques.

D

Choucoune d’Oswald Durand : au-delà de la langue ou des langues, autres angles de lecture

Choucoune, un produit immortel de la plume du poète haïtien Oswald Durand, est l’un des poèmes les plus populaires de la littérature haïtienne. Ce poème écrit en créole a franchi avec éloquence la barrière des cultures et des langues. Au-delà de sa langue natale ou de ces autres langues, nous proposons ici d'autres angles de vue.   

Publié le 2021-09-06 | lenouvelliste.com

 

1 / 1

C

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 14:49
Moïku

On a tous entendu parler du « haïku » qui est un poème très concis de trois vers libres dont le premier et le troisième comptent cinq pieds, le deuxième sept pieds.

Le « moïku » pour sa part, d'origine haïtienne : réflexion, aphorisme, maxime, satire ou apophtegme sous forme de quatrain monorime se veut l'heureux mariage des sciences humaines et de la poésie.

Il s'agit, lui aussi, d'un poème concis qui se compose de quatre vers libres dont les rimes sont identiques.

Je m’y suis risqué et cela donne cela en français :

Cette nouvelle forme de poésie

Me séduit en me laissant saisie

C’est pour cela qu’elle me conduisit

A produire cette petite fantaisie.

 

Et ceci en créole : Moyikou

Matinik pé rété fantastik

Si anlo moun rété fè sik

Ek fè vié bagay mistik

Pou lavi maléré pli lojik

Partager cet article
Repost0
14 août 2021 6 14 /08 /août /2021 03:41

KRÉYOLOMAJ BA ÉRIK MARTHÉLI

jou-tala Bazil ka malmennen anlo artis. Lasimenm pasé sé té Jakob, simenn-tala sé Klodi Larjèn ek yè an matjè-obsèvatè, ann ouvriyé zépon natirel-la : Erik Marthéli pati monté an Galilé.

Lang kréyol-la ped an travayè ki pa té ka vréyé kò’y monté, i pa té ni gran fraka mé fout i té éfikas an zafè’y. Parapot a travay-li, i té bibliotékè ka travay « La Bibliothèque nationale » adan servis risivrè liv. Kidonk i té ka wè tousa ki piblikasion kréyol asou péyi kréyolopal kontel Gwadloup, Matinik, Laréyinion, Lagiyàn, Moris épi kisasayésa.

Sé té an mapipi adan Edision Zaboka, sé li té ka fè woulman sé liv-la. Dènié liv nou fè paret épi brital travay-li sé « Krey mo mawot ».

Sel piblikasion i fè sé ANNAKS épi pliziè version. I té ka travay asou ANNAKS IV. Travvay asou non chak mòso teks an liv, an fransé (le paratexte).

I kité brital zouti-tala ba nou lé matjè é i té ni projé an 2021 rabonni’y épi pliziè endeks (non matjè, non liv ek anplisdis = annexe)

Erik Marthéli sé moun ki transkri plis chanté kréyol daboudabò asou Volkréyol épi apré Apapawolanlè.

Sé gras a wou ki permet mwen miziré tout valè Kréyolad ek endé mwen pibliyé an vantèn liv épi Edision Zaboka.

Sa pa pawol anlè, tjè mwen ka brété, mé lanmitié pa ka bout lè an nonm kon’w disparet. Vizion’w pou lang kréyol-la ké mantjé mwen, mé man ké véyé asou Gayel.

Lanmò toujou ni an koz, mé sa red ped an jénes plen divini. Tjè mwen blésé mé man ka di’w :

Mèsi anchay, anlo, mèsi épi sé tout, Erik Marthéli.    

Jid

 

KREYOLOMAJ BA ERIC MARTHELI
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de jude duranty
  • : Publication régulière de textes créoles contemporains Kréyol tou lé jou
  • Contact

Recherche

Liens