Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2019 2 17 /12 /décembre /2019 18:49
Les aventures de Ladoule

Sur le recueil  de nouvelles de Arthur Briand j'ai eu l'opportunité d'écrire la préface. Merci de la confiance de l'auteur qui vient de publier aux Editions L'Harmattan.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2019 2 17 /12 /décembre /2019 18:14

L'une de mes premières traductions avec les éditions Jeannette Kibangu qui publient des livres en plusieurs langues africaines.  Lingala, Swahili, Kikongo et Tshiluba

Elles ont ouvert leur livres au créole martiniquais.et 

Voici donc les aventures de Fifi et Patou.

Ladjé kò zot adan

Fifi et Patou chassent les insectes
Partager cet article
Repost0
Jid
7 novembre 2019 4 07 /11 /novembre /2019 03:21

Jid : Le militant, supporte la langue au quotidien.

Jude DURANTY, de son nom de plume Jid, œuvre depuis 15 ans dans le journal ANTILLA avec une chronique créole intitulée KREYOLAD. Ce billet d’humeur participe à la promotion de l’écrit en créole. Jid a créé sa propre maison d’édition, Les Editions Zaboka, et nous l’avons rencontré pour un bokantaj.

MONTRAY KREYOL : Aujourd’hui votre chronique KREYOLAD qui paraît sur ANTILLA vous a permis d’être connu dans le monde de l’écriture créole, que pouvez-vous nous en dire ?

En effet, Jid est aussi connu que Jude Duranty dans le monde créole. Les Kréyolad m’ont permis de tenir un rythme d’écriture régulier avec l’hebdomadaire ANTILLA. Près de 800 textes sont aujourd’hui écrit. Autrement dit, cela représenterait six ouvrages de 130 pages. L’aventure de Kréyolad est intéressante car il m’a permis modestement, à mon insu, que les lecteurs d’ANTILLA disposent depuis 15 ans d’une page de lecture en créole. Cela leur a permis une familiarisation avec la langue en lisant régulièrement. Kréyolad, même si ce n’était l’objectif initial, a participé à une forme d’alphabétisation en langue créole.

Je profite d’ailleurs de remercier la direction d’ANTILLA, Henry Pied, Gérard Dorwling-Carter. Le proverbe créole dit « Makak pa ka trouvé ich-li led » C’est le seul journal qui, depuis 2004, propose à ses lecteurs une page en créole. J’ai beaucoup de retour intéressant de lecteurs qui m’encouragent voire me critique. Par exemple deux lecteurs sympathiques au demeurant, dont une ancienne inspectrice de l’Education Nationale apprécie mais n’aime pas la graphie du GEREC. Elle m’a suggéré mainte fois d’écrire avec l’écriture étymologique comme faisait Monsieur Gilbert Gratiant. Cependant il est important de reconnaître le travail considérable du GEREC avec le standard I et II de la graphie proposée. J’utilise le standard II et celle-ci a fait ses preuves même si tout système graphique peut être amélioré.

MONTRAY KREYOL : Hormis les lecteurs d’ANTILLA qui s’intéressent aux KREYOLAD ?

Kréyolad s’est fait connaitre dans le milieu universitaire avec le formidable travail de Nicole ISCH présenté dans le cadre d’un colloque organisé par le GRECFAC intitulé « Le spectacle de Kréyolad » en novembre 2008 au Macabou. J’ai appris que des étudiants en langue et culture régionale utilise régulièrement les textes de Kréyolad dans leur apprentissage de la langue. Il a même déjà proposé au Baccalauréat. Pour leur faciliter la tâche, je viens d’ailleurs de publier Kreyolad 2004-2008 que j’ai appelé premier quinquennat. Deux autres vont suivre dans le cadre de ses 15 ans. Kreyolad a fait l’objet de trois publications à ce jour. Kréyolad en 2011, Dis lanné Kréyolad en 2014 et Kréyolad 2004-2008. Actuellement une présentation en PDF est en cours pour les chercheurs et les étudiants désirant y travailler.

MONTRAY KREYOL : Depuis quand écrivez-vous et quels sont vos publications en termes de quantité ?

Mon premier écrit en créole Zouki bel zouti est paru en français sous le titre Zouki d’ici danse aux Editions Ibis Rouge. Ma bibliographie comporte aujourd’hui 32 publications dont 22 en créole. Parmi ces 22 ouvrage 8 sont consacrés à la littérature de jeunesse. Notons que parmi ces écrits en créole on trouve également 5 ouvrages traduits du français.

Pour répondre précisément à votre question, j’écris depuis 2004 mais j’ai du en 2011 créer ma propre maison d’éditions, Les Editions Zaboka, pour publier mon premier livre créole refusé par l’éditeur en 2005. Les Editions Zaboka ont donc déjà publié 14 ouvrages dont 4 en français, un catalogue est en cours de préparation pour une meilleure visibilité des ouvrages.

MONTRAY KREYOL : La production de livres en créole est en augmentation mais se vendent-ils bien ?

Ma modeste entrée dans l’édition m’a fait découvrir combien la distribution était compliquée d’autant que le lectorat en créole était loin d’être pléthorique. Mes livres en créole sont écoulé entre 80 et 200 exemplaires pas plus. Il se pose le problème de la promotion. Comment faire connaître cette production qui est pourtant là, reste pour moi une vraie difficulté. Mon blog et Facebook ne suffisent pas et je n’ai pas toujours les moyens d’investir dans une communication onéreuse et pas toujours maitrisable pour faire connaître les Editions Zaboka.

MONTRAY KREYOL : Vous étiez professionnel du livre, bibliothécaire, pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont amenés à l’écriture du créole ?

C’est vrai que mon métier a favorisé mon initiation ainsi que ma rencontre avec l’écrit créole. Ma fréquentation d’auteurs tels que Gilbert Gratiant, Marie-Thérèse Julien Lung-Fu, Raphaël Confiant, Georges de Vassoigne, Jean Bernabé pour la Martinique. Hector Poullet et Sylviane Telchid pour la Guadeloupe, Georges Castéra, Maurice Sixto, et la merveilleuse anthologie de la littérature haïtienne de Jean-Claude Bageux Mòso chwazi ki ékri an kréyol ayisien. Les ouvrages de Jean Bernabé notamment la Graphie créole et Fondal Natal m’ont intéressé et petit à petit la lecture de divers ouvrages m’ont amené à vouloir écrire la langue. Certains ont été rude comme l’ouvrage de Parépou ou Dézafi de Frankétienne. Mais curieusement en lisant Frankétienne j’ai eu envie d’écrire parce qu’il a m’a montré que l’on pouvait créer sa propre langue en créole. Mes premières expériences de l’écrit créole furent avec l’écriture musicale et l’écriture de la langue était parallèle. Une expérience de direction de chœur liturgique en France hexagonale m’a fait prendre conscience de la langue créole et de la nécessité de l’écrire. Ces deux piliers que sont l’écriture musicale et l’écriture de la langue créole sont deux éléments sur lequel il faut marcher kantékant selon moi de manière évidente.

MONTRAY KREYOL : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire puis éditer en créole ?

J’ai répondu déjà à la première question. Cependant pour la seconde mérite un éclairage. J’ai découvert sur le net la microédition c’est-à-dire la possibilité d’éditer en nombre limité et de s’abréger de problème de stockage. Et c’est ainsi que j’ai pu enfin publier Zouki bel zouti et c’était parti. Cette plateforme qui propose de vous éditer et d’imprimer vos livres m’a offert la possibilité de publier mes ouvrages. J’avais déjà en 2009 publié avec les Editions JouvePrint Sansann, mais en découvrant TheBookEdidtion j’ai publié enfin mon premier roman refusé en 2005 par l’éditeur. En effet, il m’avait demandé une traduction et lorsque je l’ai réalisé il a finalement gardé le texte français. En découvrant TheBookEdition, je ne me suis pas dit : Euréka mais mi lim !

MONTRAY KREYOL : Nous constatons que quel que soit le genre pratiqué, musique, poésie, fiction, le créole a toujours occupé une place prépondérante dans vos écrits ?

J’ai eu la chance inouïe que mon environnement ne m’ait jamais interdit l’usage du créole comme d’autres. Sauf un oncle qui m’a même frappé parce que je parlais créole à son petit fils alors que ce cousin qui sortait de Madagascar me le réclamait. Mon père n’était que créolophone quand il allait dans les administrations il s’adressait en créole et me disait « man pa ka jouwé moun an, i pou konprann sa man ka di’y la ! ». Ma mère parlait les deux langues mais l’on ne m’a jamais interdit l’usage du créole. L’injonction parler créole à un adulte serait irrespectueux je ne connais pas cela, bien au contraire.

J’ai été en 2001 de ceux avec le Père Monconthour à animer toute une messe par des chants en créole à Bellevue. Au sein de ma paroisse à Schoelcher avec ma chorale j’ai toujours introduit régulièrement des chants en créole dans la messe. Puis nous avons institué la messe de juillet tout en créole. C’est comme cela en introduisant de manière « homéopathique » des chants liturgiques en créole que les paroissiens se sont familiarisés avec la lecture et le chant en créole. Il y a encore des réticences car l’écriture du créole est souvent fluctuante lorsqu’il s’agit d’autres groupes qui animent.

MONTRAY KREYOL : Dans vos écrits l’on constate une nette ouverture vers le créole guadeloupéen pourquoi cela ?

Eh bien j’ai rencontré un ami en la personne Hector Poullet ce grand monsieur discret de la littérature créole de Guadeloupe. Ce militant infatigable a toute mon admiration. Nous avons entamé une longue et fructueuse collaboration depuis plus de dix ans. Figurez-vous que notre premier projet n’a pas encore été publié. Il s’agit d’un ouvrage sur les crabes qui comporte un lexique de noms de poissons des deux pays avec des noms différents. Ce sera fait prochainement nous l’espérons fortement. Nous avons poursuivi notre collaboration et c’est ainsi qu’est né ce qui s’appelait initialement Zwel-mo qui est devenu Dictionnaire de rimes créole de Guadeloupe et de Martinique aux Editions Nestor. En 2017 est sorti Konparézon/Siparézon kréuyol : Expressions métaphorique en créole guadeloupéen et martiniquais à CaraïbEditions. Prochainement paraîtra un Dictionnaire comparée de créole guadeloupéen et martiniquais toujours à CaraïbEditions. Notre collaboration est intéressante et respectueuse dans le sens où les deux pays qui pratiquent une graphie différente publie ensemble sans que cela ne pose aucun problème de lecture mais bien au contraire une meilleure connaissance des deux langues.

MONTRAY KREYOL : Pourquoi selon vous la littérature écrite en créole n’occupe-t-elle pas la place qu’elle mérite au sein de notre littérature ?

C’est vrai que pour certains militants les choses n’avancent pas assez vite. Cependant, lorsque l’on regarde dans le rétroviseur, l’on constate que depuis une dizaine d’année environ. La production en langue créole a pris sa vitesse de croisière avec au moins trois ou quatre ouvrages par an depuis une dizaine d’année. Si nous regardons l’année 2019 c’est plus de 15 ouvrages environ qui ont été édités dont 5 d’un coup par K.Editions.

Donc les publications commencent à poindre mais les lecteurs sont-ils au rendez-vous ?

C’est là tout une autre question à laquelle il faudra s’y atteler avec précisément d’ateliers d’apprentissage de l’écriture de la lecture pour un regain de la langue créole. L’association KM2 (Krey Matjè Kréyol Matinik) travaille à promouvoir la langue mais la lecture et l’écriture doivent être nourri par une série d’initiatives valorisant cette lecture. Chacun à son niveau ne doit pas faire comme le dicton créole « chak bètafé ka kléré pou nam-li » mais plutôt agir en synergie et solidarité pas ou pa ka pran pis épi an sel dwet.

Jid : Le militant créoleJid : Le militant créole
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 23:51

Latousen ka tousé

 

 

Matinik, ou sé di nou pa konnet sa ki ta nou. Ni an pati ki di nou pa kréyol. Sé menm moun-tala pa noz di ankò sé pa an lang, mé yo ka viré do net ba tout mes-nou, kanman-nou an lavi-a.

Yo kité Latousen tonbé telman, yo ka jik bokanté jou-tala épi le 2 novanm Jou Lé-mò. Pou-tout-bon, akondi pawol-la, ou sé di tout krab-la pres mò an bari-a. Lafen simenn pasé, té ni tout kalté bagay alantou « Halloween ».

Ni an bann tianmay ki vini kay Papa Doudou, pou réklamé’y bonbon. Yo té déglizé, menm si misié té asiré nou pa té an périod kannaval, i désidé ba yo kéchoy. I alé adan vié gad-li a pou ralé yonn-dé akakwel kontel filibo, lotjo, tablet épi kisasayésa.

Sé tianmay-la ki pa té janmen wè sa, ni tann palé di sa, yo di gran-nonm lan :

— Pa rété la frer !

Papa Doudou té telman fraksé, sa mantjé mennen’y direk an senmitiè. Papa Doudou té oblijé di :

— Lè Bazil ké kriyé mwen, asiré sé pa sé jenn-manmay kè vini mété an ti bouji ba mwen. Yo pa menm sav sa ki liminé !

Man ka mandé mwen es sé mò-nou an pa tris ? Pèsonn pa ka vini pran pies ti milan ankò, yo pa ni pies kamo asou sa ka fet an fanmi’y la. Pies ti jenn-jan pa ka vini fè an ti koulé ankò alantou sé tonb-lan. Pa ni konba kaka-bouji ankò, tianmay pa ka ri alantou nou. Fout sa vini tris. Avan, pandan périod Latousen té ka ni anbians atjelman sa tris kon an jou san friyapen.

Vréman, vréman Latousen ka vini tris, pa menm palé Jou Lé-mò, le 2 novanm.

 

Kréyolad 392, Antilla 1480, 3 novembre 2011

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 00:06
BENINLIVRES

Des martiniquais (e) présent(e)s à la 1ère Foire   panafricaine du livre à Cotonou en septembre.

 

Les 26,27,28 septembre se dérouleront les Premières Rencontres internationales du livre au Bénin. A ce BENINLIVRE, 6 auteur(e)s martiniquais(e) sont convié(e)s à cette rencontre panafricaine du livre (Sabine Andrivon-Milton, Euphrasie Calmont, José Clavot, Jude Duranty, Jala, Arlettte Pujar).

Ces auteurs membres du regroupement ‘Les auteurs de Martinique » ont répondu à l’invitation en prenant en charge personnellement leur billet et l’hébergement. Pour trois d’entre eux, ce sera la première fois qu’ils fouleront la terre des ancêtres.

Le Consul du Bénin, Dr Raymond Gbaguidi a tenu à saluer leur initiative de se rendre dans son pays par une rencontre le jeudi 5 septembre au Consulat du Bénin au Lamentin. Cette sympathique rencontre lui a permis de mieux faire connaissance avec les auteurs de Martinique. Il a été surpris du nombre des auteurs de Martinique (52) alors que tous ne sont pas encore recensés.

Hormis notre participation à des rencontres d’auteurs et de lecteurs pour des dédicaces notons que Jala (Jeanine Lafontaine) participera à la causerie-débat sur le thème : Facilité de production, disponibilité et accessibilité pour le public des livres d’enfants.

José Clavot réalisateur de bandes dessinées et de film d’animation apportera sa contribution au panel intitulé : Conservation et autres supports de promotion du patrimoine et du tourisme (cinéma, dessins animés et 3D).

Euphrasie Calmont dirigera la Grande rencontre des auteurs africains de la diaspora et afro-descendants.

Enfin Euphrasie Calmont et Sabine Andrivon-Milton participeront au stand Fémicriture à la causerie-débat sur le thème : Littérature féminine contemporaine et défis actuels.

A l’issue de cette rencontre les 6 auteurs ont une double mission, bien représenter un pan de la littérature martiniquaise au Bénin mais également rapporter notre vécu en vue d’améliorer le séjour des futurs voyageurs au pays du roi Béhanzin.

Nou kay benyen an liv pa koté le Bénin

Jid

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 03:10

JID, AN MAPIPI MATJE KREYOL

Raphaël Confiant

 

JID, AN MAPIPI MATJE KREYOL

Le bloc-notes de Raphaël CONFIANT / Blocs-notes

Dimanche, 25 Août, 2019 - 19:06

 

   Lè ou wè ou ka défann kréyol kivédi sa moun lontan té ka kriyé "zépon natirel" nou, fok pa ou janmwen kité dékourajé pwan'w.

   Poutji ?

   Davwè ni sa ki pé ké pwan wotè'w pis nan lespri-yo ou pa ayen, ou sé an zéwo douvan an chif. Ni dot ki ké ba'w gran tap anlè zépol konsidiré yo ni respektasion ek lanmitié ba'w, men anfwa ou ké tounen do'w, yo ké chiktayé'w an tranndouzmil mòso. Epi ni sa ki ké di'w ou ni twop valè pou ped tan'w ka goumen ba an lang vié-neg.

   JID, an mapipi matjè kréyol Matinik, pa janmen kité lo pawol initil tala chouboulé'y ek sa ka fè pasé 15[EM1]  lanné ki adan jounal ANTILLA ki asou nich-twel POTOMITAN ek MONTRAY KREYOL, i ka pibliyé, chak simenn, an teks an kréyol i ka kriyé "KREYOLAD". Chak simenn ! Kivédi boug-la pa ka moli ba pèsonn, i bienfoutépamal lé malpalan, lé kritikè pwofésionel ek lé swédizan grangrek fwansizé.

   Sa ki pli fò adan tou sa sé dabò-pou-yonn belté kanman (kivédi estil) JID ki konnet menyen zépon natirel nou épi an djez estwòdinè. An plis, i konnet tout zantray lang-la ek i sav a ki lè pou mété tel mo oben tel esprésion déwò pou sa fè lektè-a ri davwè primié objektif-li, sé blijé nou gadé réyalité-a an manniè "imoristik" menm si mo-tala pa ka ekzisté an kréyol. Mi anvwala ii désidé mété adan liv sé KREYOLAD-li a ek mi primié vréyaj-la fini sòti épi an bel foto zanmba kivédi léfan anlè lapo liv la. Moun ké mandé kò-yo poutji JID pa chwézi pito tjek zannimo lakay-nou kontel mannikou oben manglous. Répons-lan senp kité senp ka alé : réalité-a fet épi bagay ou pé wè ek menyen men épi bagay ou pa ka wè ek ki andidan fondok kabech-ou tou. Sa vré ki pa ni zanmba Matinik mé yo ka ekzisté adan sé kont kréyol la ek tout timanmay tann palé di Konpè Zanmba. Kidonk, ba moun Matinik, an zanmba otan réyel ki an mannikou oben an manglous.

   Prèmié sanblaj KREYOLAD-tala ka woulé asou lanné 2004-2008.[EM2]  JID ka ponmet nou dé zot sanblaj adan sé lanné-a ka vini. Sel bagay nou pé di'y sé WOULO-BRAVO ek MESI ANCHAY !...

Image:

 

 

Jid Duranty, Kréyolad 2004-2008, Éditions Zaboka, 2019, 338 p.

ISBN : 979-10-94672-01-3

 

Lien pour commander un exemplaire du livre :

https://www.thebookedition.com/fr/kreyolad-2004-2008-p-367788.html


 [EM1]À corriger

 [EM2]À corriger

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 02:12

Après les vacances, c’est la rentrée pas seulement pour les scolaires mais également pour les écrivains. Jude DURANTY alias Jid a une actualité littéraire créole très intense en cette rentrée de septembre.

En effet, il propose quatre ouvrages en créole et un bilingue créole-français.

Tout d’abord, pour la jeunesse n’est pas oubliée dans sa production puisqu’il a publié aux Editions Auzou, « Sé twa flè lavi-a ». C’est un conte en créole avec en fin d’ouvrage une double page français-créole.

Ensuite pour les adultes une traduction du roman de Dominique Lancastre qui a pour théâtre les évènements de mai 1967 en Guadeloupe sous le titre « Véranda-a » aux Edtions Neg Mawon.

« Kréyolad 2004-2008 » Kréyolad qui est cette chronique en créole qui paraît dans ANTILLA depuis mars 2004 est donc dans sa quinzième année. Jid propose à cette occasion une compilation intitulée quinquennat puisqu’il regroupe cinq années de Kréyolad. Rappelons aujourd’hui il est à son 783ème numéros.

Depuis plus de 7 ans Jid assure l’introduction en créole du Congrès de l’AMDOR. Il a donc rassemblé toutes ses interventions qui ont été traduites en français pour les non créolophones et ceux qui ne lisent pas encore le créole, sous le titre « Nam an lò : l’âme d’or de l’AMDOR » Ces publications seront donc présentes à de nombreux rendez-vous ou le matjè est invité à de nombreux évènements littéraires.

Dès la fin du mois de septembre du 25 au 29 Jude DURANTYest l’un des cinq invités martiniquais dont (Sabine Anrivon-Milton, José Clavot, Jala, Arlette Pujar) au BENINLIVRES, premier salon panafricain du livre de Cotonou.

Au mois d’octobre marquée par la Journée Internationale du créole le 28 octobre, la CTM envisage un salon littéraire consacré au livre en créole du 24 au 26 octobre. Jid sera présent avec l’association (KM2) Krèy Matjè Kréyol Matinik. Le mois de novembre verra sa participation au Salon Afro-Caribéen de Clichy du 22 au 23 novembre. Des contacts sont pris pour une participation en Haïti pour le Salon littéraire créole du 35 au 18 décembre.

Comme vous le constatez Jid fait une rentrée littéraire 2019 tambour battant, une présentation de Kréyolad 2004-2008 est prévue le vendredi 18 octobre à la mairie de Schoelcher

Rentrée littéraire de JidRentrée littéraire de Jid
Rentrée littéraire de JidRentrée littéraire de Jid
Partager cet article
Repost0
15 mai 2019 3 15 /05 /mai /2019 11:41
Partager cet article
Repost0
7 mars 2019 4 07 /03 /mars /2019 19:09

Image de la couverture de Michel Lemaître

Véranda-a, trad. Jude Duranty  Editions Nèg Mawon • ISBN 978-2-919141-78-4 • 2019 • 10 €.

Présentation

Dominique LANCASTRE VÉRANDA-A Matjè-a ka rakonté sa an tianmay ka sonjé. An tjek pa dan lé Zantiy, lè lannuit tonbé, tianmay-la té ka séré anba an véranda pou kouté istwa estròdinè. Lannuit-tala, té ni bon chalé. Ton Rèné rivé ta, i té épi dé bon zanmiy, Richa ek Emilien. La véranda té ké viv bel moman, pas Richa ek Emilien té konnet otan blag ki Ton Rèné. Boutey wonm lan, toujou la, té ja asou tab-la konsi i té lé ba dépar-la. Mi sé konsa lapen jéyan an, boug chien an épi sé soukouyan-an anni débatjé pou prèmié fwa anba véranda-a. Sé Richa ki ouvè lawonn.

Dominique Lancastre, sé on moun Gwadloup. I té pofésè anglé. Jòdla i Personnel Navigant Commercial pou on gran konpanni aéryen entènasyonal. Tout vwayaj i ja fè ba-y nannan pou travay a maké a-y. Prèmyé woman-lasa trapé Prix Bal de Paris du roman d’outre-mer an 2011, sé té pou lanné a Les outre-Mer. I adan pogram a kolèj Sentlis Matinik, anba gidonnaj a Nikola Pien (dòktè ès Lettres).

Extrait

Katrè d’maten sonnen, kantékant épi gran pandil salon an ki té ka fè an sel blogodo a chak lè, dé kalté gwo kout tonnè fésé kò-yo asou Lagrivèliè. Man tann tonnè-a té ka woulé o lwen épi i té ka vini anmizi-anmizi. An gwo bri fet. An piè-tonè té tonbé an tjek pa. Chanm-mwen an limen, kay-la tranblé, épi dé kalté gwo gout lapli fésé kò-yo anlè sé vié tol wouyé a. Sa fè ki zafè vié dansé sé démon-an fini épi sa net. Sé friapen-an chapé tonbé. Sa té kon dé kout tanbou pou kriyé Neg mawon gwo lannuit. Pa té rété Neg ankò pou sanblé. Moun lajol épi chenn, sa ki chapé, sa yo masakré, sa yo tjenbé. Moun lajol ki rézinié, sa ki lib, sa ki mansipé. Ni lontan sa té ja fini. Sé friyapen-an té ka tonbé anlè tol-la, té ka woulé ek té ka krazé atè a. Sa té ka fè sé pout kay la vibré. Sé ta a éti djep mason épi vonvon té fè trou ek té ka bougonnen lajounen. Ou té ké di délè kay an tol wouyé a épi tè danmé a pa té ké tjenbé anba bonbawdèman-tala. Tol-la té pé wouvè pou tiré mwen an sonmey-mwen adan gran li akajou a, pou rapé mwen an rev-la oben sé vié-rev la éti man toujou té ka rivé chapé o dènié moman. Man té ka tonbé dan an gran tou, épi flap man té ka ni zel pou man volé. Man té ka lévé épi an kout kriyé, kòmwen tranpé épi laswè. Sé té ki an rev.

Sé mango tro mi a té ka tapisé lakou-a. Yo té ka tonbé pa grap kondisiré an lanmen envizib té ka soukwé piébwa-a. Yo té ka pété atè a épi té ka mélanjé san jòn yo épi latè mouyé a. Sé kokliko-a té ka ped fey-yo ki té tro frel pou rivé rézisté épi tousa dlo. Magré sé bougenviyé-a té soufran, yo pa té ka rivé tjenbé, sé konsi nou té adan tan siklòn.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 18:28

Liv kréyol

Poutji ou ka matjé kréyol toujou ba granmoun ?

Jude Duranty

SansannZouki, bon ZoutiKréyoladFantézi
Dictionnaire de rimes créoles 

Dépi 2004, lektè jounal  ANTILLA konnet Kréyolad éti ka paret chak simenn. Sé pres 750 teks éti yo ni anba lanmen yo. Sé kondisiré yo té ja liv 5 liv kréyol 150 paj.

Anlo koté ni «Mwakréyol» avan le 28 oktob Jounen Entènasional Kréyol oliwon latè péyi kréyolopal. Kisiswa Gwadloup, Kanada é menm Lafrans. Pa koté Matinik apaw randévou Rabouraj pabò Trinité, sé yenki randévou lwenzalwen kontel Préchè, Fodfrans é lanné-tala ant sèvis Lavil Chelchè.

Es kréyol pa mérité plis kisa?

Sa vré, séjou-tala ni «Oktob woz» pou lité kont krab-la, «Simenn blé» pou jété an zié anlè granmoun nou. Man ka pofité rimèsié Jounal ANTILLA éti dépi 14 lanné, pa janmen sispann vréyé an paj kréyol douvan douvan pou moun pran ek gadé labitid li lang kréyol-la. Mèsi misié Henri Pied, ou permet lektè ANTILLA ek mwen menm rété kantékant épi matjé ek lekti a.

Ni éditè éti fè mwen konfians kontel, Les Editions Nestor (Dictionnaire de rimes créoles), CaraïbEditions (Konparézon/SiparézonKréyol) toulédé liv-la matjé épi an konpè Gwadloup, Hector Poullet. Mé kanmenm pou té sa pibliyé liv kréyol man matjé man té oblijé kréyé prop mézon édision mwen  (EdisionZaboka) pou té mété sé liv-tala déwò (Sansann, Zouki bel zouti, Kréyolad, Fantézi, Nam an lò).

Sé palapenn bougonnen, annou genyen liv kréyol pou nou sa li yo ek pou sipòté sa ka matjé ek édité liv an kréyol. Sé bien pou sa man ka kontinié matjé lang kréyol-la.

Jid

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0